1er au baccalauréat 2021 avec 18,66 de moyenne : Fréjus Josué Godeme conseille l’écoute et la prière pour réussir - Journal Educ'Action

1er au baccalauréat 2021 avec 18,66 de moyenne : Fréjus Josué Godeme conseille l’écoute et la prière pour réussir

11 mins read

Après les examens de fin d’année, les résultats dévoilent progressivement les meilleurs candidats. Il est donc opportun d’aller à leur rencontre pour lever le voile sur l’approche de travail qu’ils ont développé pour réaliser de si bonnes performances. C’est le sujet au cœur de la thématisation du mois d’août dans les colonnes de Educ’Action. Cette première parution de la série, allume les projecteurs sur Fréjus Josué Godeme, sorti premier à l’examen du baccalauréat 2021. Découverte !

18,66 sur 20 est la moyenne qui a permis à Fréjus Josué Godeme, candidat de la série D de se hisser à la tête du classement des meilleures performances à l’examen du baccalauréat. Originaire de Klouékanmey, dans le département du Couffo, le champion du baccalauréat 2021 est l’avant-dernier enfant d’une fratrie de six (06), quatre (04) filles et deux (02) garçons. Actuellement âgé de 18 ans, il s’est toujours battu pour occuper le premier rang durant tout son cursus scolaire. Intelligence, discipline et travail sont les trois (03) valeurs qui caractérisent Fréjus, de l’avis de son enseignant de Philosophie, Adolphe Yao Kounou, pour qui la performance de son élève n’est pas une surprise. « C’est l’élève qui est attentif en classe, qui ne vient pas au cours sans faire l’exercice qu’on lui a donné. C’est l’élève, qui, dans une certaine mesure, dérange le plus ses professeurs parce qu’il veut toujours en savoir plus, il veut mieux comprendre. Quand il y a un flou, qu’il n’arrive pas à comprendre, vous sentez cela dans son regard. A travers ses questions, il montre qu’il n’est pas satisfait et ne sera gai qu’à partir du moment où vous l’avez convaincu de vos réponses », témoigne l’enseignant de philosophie

Adolphe Yao Kounou, enseignant de Philosophie de Fréjus

 

qui ajoute que le succès de Fréjus n’était pas sa première préoccupation parce que n’ayant aucun doute sur sa réussite, mais son questionnement était sur sa mention. « Ce qui l’intéressait le plus, c’est le rang qu’il allait occuper au plan national. Donc, lorsque j’ai appris qu’il est le premier du Bénin au bac, ce n’était pas une surprise pour moi. Nos vœux ont été exaucés et on a trouvé que c’était tout simplement la récompense de l’effort », évoque-t-il. Le cliché associé aux élèves brillants en classe est souvent l’orgueil. A en croire Adolphe Yao Kounou, son élève échappe à ce principe. « Fréjus, c’est l’élève qui s’amuse avec ses camarades en classe, qui discute avec ses camarades même en travaillant. Aussi bien en classe que dans la cour de récréation ou même au sport, c’est l’élève qui bavarde bien. Il arrive des fois où Fréjus n’est pas satisfait de la note qu’il reçoit et il demande à comprendre. Mais puisqu’il a eu une note supérieure aux autres et qu’il cherche à en avoir davantage, ses camarades le taquinent, mais ils les regarde puis sourit », confie l’enseignant de philosophie.

La prière et l’écoute des enseignants comme secrets de réussite

C’est vêtu de sa chemise manche longue de couleur blanche que le premier du baccalauréat de cette année à ouvert les portes de sa demeure à l’équipe de Educ’Action. Nous sommes le jeudi 05 juillet 2021 au quartier Zogbohouè, derrière le stade de l’amitié de Kouhounou. C’est cette maison moderne que Fréjus quitte tous les matins pour se rendre au Complexe scolaire privé Sainte Bakhita d’Abomey-Calavi, dans le département de l’Atlantique. Faire cette navette quotidienne d’environ quinze kilomètres n’est pas une mince affaire, mais l’apprenant a pu s’adapter. « On quitte la maison entre 6 heures 25 et 6 heures 30 minutes. Le temps d’arriver au collège, il sonne 6 heures 50 minutes et le cours commence. Chaque jour, je fais ses allers-retours entre Cotonou et Abomey-Calavi. C’est pour cette raison que je remercie les parents pour le soutien indéfectible sur tous les plans. Moral, physique, financier », renseigne Fréjus Josué Godeme.

      Fréjus Josué Godeme

 

A son géniteur, Gaston Godeme d’ajouter : « Nous avons essayé de les transporter tous les jours. C’est comme si nous sommes devenus aussi des élèves. Je faisais la navette au début, mais après j’ai essayé de trouver un chauffeur qui les amenaient le matin et qui les ramenaient à midi. Ils repartent aussi à 15 heures et le soir on va les chercher. C’est ce que nous avons pu faire. Comme l’enfant aussi aime travailler, nous faisons tout pour qu’il ne soit pas en retard, que le retard ne vienne pas de nous ». Interrogé sur la méthodologie de travail qui lui a permis d’occuper cette première position au plan national, le bachelier répond : « Il faut écouter le professeur et surtout faire beaucoup d’exercices à la maison en accompagnant tout cela de la prière. Je mettrai comme facteur de ma réussite, tout en haut Dieu et ensuite mes parents et enfin mon effort personnel. Veiller, ce n’est pas forcément la meilleure formule pour réussir. Certains de mes camarades veillent jusqu’à 4 heures du matin. Ce n’est pas forcément la meilleure méthode, il faut travailler méthodiquement ».

L’euphorie après la réussite et le projet d’avenir de Fréjus

Fréjus se souvient encore comme si c’était hier de l’euphorie qui l’a animé en apprenant la nouvelle du premier rang qu’il occupe au plan national, à l’examen du baccalauréat 2021. « Le jour où la liste du classement des meilleurs à l’examen est sortie, on m’a envoyé cela et puis j’ai remarqué que mon nom était en première place. C’est comme cela que j’ai appris la nouvelle et j’étais très content. J’ai larmoyé et l’instant d’après, j’étais tellement content. J’avais envie de sauter partout, c’était vraiment incroyable et indescriptible », relate-t-il. C’est cette même euphorie qui a animé le père de Fréjus ayant appris que son fils est classé premier de la République du Bénin. « Le choix a été porté par Dieu sur nous parce que c’est Dieu qui attribue toute chose. Donc, cela m’a donné la joie et j’étais très content », dira le géniteur Gaston Godeme. Actuellement admise en classe de 1ère, Penina Godeme, petite sœur de Fréjus renchérit : « Quand j’ai appris la nouvelle, j’étais très heureuse pour lui parce que cela a été toujours son souhait. Il m’a toujours dit qu’il va secouer le Bénin et maintenant son rêve est réalisé et donc je suis fière de lui. Il a toujours été un modèle pour moi, je l’ai toujours pris comme exemple et aujourd’hui il a réalisé son rêve. Pour moi, c’est la grâce de Dieu parce que c’est lui qui l’a voulu ainsi ». En termes de projection pour l’avenir, le champion au baccalauréat 2021 compte poursuivre ses études dans une filière qui le passionne depuis sa tendre enfance : l’informatique.

Edouard KATCHIKPE

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les plus récents

Dictée du 30/11/2022.

Besoin de te renforcer en grammaire, orthographe et conjugaison ? Prends le rendez-vous de la “Dictée du jour”. Une émission pratique adressée aux apprenants du primaire.