banner ong educaction

Kénya : Huit lycéens en prison pour tricherie

Ils ont comparu devant une Cour de justice lundi 26 novembre dernier. Eux, ce sont, huit lycéens du Kénya, nous apprend Radio France Internationale (RFI) qui titre  son article en ces termes: « Ils trichent aux examens, s'en vantent, insultent: 8 lycéens kényans en justice ».

 

En effet, explique le site web syfeed.com, les huit apprenants inculpés ont vanté l’acte qu’ils ont posé et ont copieusement insulté les ministres du gouvernement, en charge des enseignements primaire et secondaire. Tout ceci dans une vidéo qu’ils ont diffusée sur les réseaux sociaux, souligne RFI. Ils séjournent désormais derrière les barreaux où ils apprendront la discipline, a réagi le président Kenyatta  au micro de la radio française.

 En Côte d’Ivoire, les apprenants – tricheurs  sont libres de tout mouvement. Leurs enseignants n’ont pas eu le temps de les  appréhender avant de déserter les salles de classe.  Il s’agit notamment de ceux du lycée moderne Bocanda qui ont lancé un mouvement de grève depuis quelques jours, nous informe  l’Agence ivoirienne de presse (AIP).  

Ils revendiquent entre autres la revalorisation de leur  indemnité de logement, la suppression des cours de mercredi et le  paiement des 500000f dus à chaque enseignant ex-contractuel, croit savoir abidjan.net qui rappelle que, sur cotisation des parents des apprenants,  le lycée a procédé,  à la rentrée,  au recrutement de 23 enseignants vacataires toutes disciplines confondues et trois éducateurs pour combler le déficit en personnel enseignant et d’encadrement. Cela leur a coûté plus de 20 millions de francs CFA, précise l’API.

Le lycée Bocanda n’est pas le seul à se vider ces dernières semaines. Au Bénin,  les apprenants s’intéressent de moins en moins à la filière de  Dessinateur Projeteur Bâtiment (DPB). Au micro de Educ’Action,  M. Soulemane Ramanou,, Professeur Certifié de Génie-Civil,  crie : « la filière DPB  se vide de plus en plus ».  

Les raisons de cette situation  et les débouchés quand on choisit de faire les études  en DPB ont  été amplement  détaillées dans la parution du mardi 27 novembre 2018 de ce journal. C’est donc une filière qu’il faut revaloriser tout comme l’Education physique et  sportive (EPS).

Sans perdre le temps, le Ministre béninois des sports, Oswald Homéky,  a mis   au cœur des débats de la Conférence internationale de la francophonie ouverte au Bénin le 26 novembre passé,   l’enseignement de l’EPS dans les écoles primaires, lycées, collèges et universités, nous apprend Le Grand Quotidien. Il a donné le top des activités  et a invité les participants à des débats fructueux, témoigne   le Béninois libéré. Le Ministre dit ainsi oui à cet enseignement à tous les niveaux, se réjouit le journal Les 4 Vérités.

Fin de cette revue de presse, je vous retrouve la semaine prochaine.

Esckil AGBO