Rentrée scolaire 2021 – 2022 : Tout semble prêt, l’espoir est permis

Apprenants et enseignants s’apprêtent à renouer avec les classes pour le compte de l’année scolaire 2021-2022. Du côté des autorités comme chez les parents, tous s’activent pour une rentrée scolaire réussie le 20 septembre 2021. C’est le sujet inscrit au cœur de la thématisation du mois de septembre dans les colonnes du journal Educ’Action. Pour ce premier numéro de la série de quatre publications, Chefs de régions pédagogiques et directeurs départementaux en charge des divers ordres d’enseignement renseignent sur l’avancée des préparatifs de la rentrée.

Deux semaines nous séparent de la nouvelle rentrée scolaire 2021-2022 et la fièvre monte déjà dans le rang des différents acteurs de l’éducation chargés de son organisation. A l’instar des autres départements du pays, le Zou s’active pour un démarrage sans anicroche. Approché par Educ’Action, Pierre Chellon Hounkandji,

Pierre Chellon Hounkandji, DDEMP Zou

 

Directeur Départemental des Enseignements Maternel et Primaire (DDEMP) du Zou rassure que les dispositions sont en cours pour que, suivant les orientations de l’autorité, le premier jour de la rentrée, les enfants puissent prendre note dans les cahiers. Pour que cela puisse se réaliser, souligne-t-il, il faut effectivement prendre les dispositions en amont. Nous avons déjà reçu, ajoute-t-il, les plaquettes de la pré-rentrée qui précisent les différentes activités que les directeurs d’écoles doivent mener dans leur administration scolaire respective afin que le 20 septembre tout se déroule normalement. Chef de Région Pédagogique 28, l’inspecteur Camille Tchiakpè informe que dans le cadre de la préparation de la rentrée au niveau de sa région pédagogique, les directeurs sont déjà instruits pour l’acquisition de fournitures et les enseignants vont rentrer en possession de ces fournitures dans la semaine de la pré-rentrée. « Les projets de mutations sont en train d’être finalisés, nous allons les envoyer à la DDEMP afin que les enseignants qui ont demandé à être mutés au niveau du département, connaissent leurs nouveaux postes avant la rentrée. Au retour de la formation des formateurs par rapport au programme révisé, les enseignants du CI et leurs directeurs vont recevoir leur formation pour que les enfants de la classe de CI puissent profiter de ce programme révisé », informe-t-il.

Quid du bon déroulement de la pré-rentrée ?

La première semaine avant celle de la rentrée est une étape cruciale pour le bon démarrage de la rentrée scolaire. Mais le constat effectué depuis toujours montre que la pré-rentrée n’est pas encore entrée dans les habitudes des parents en dépit du travail de sensibilisation fait à leur endroit. A l’orée de cette nouvelle année scolaire, confie Pierre Chellon Hounkandji, une note de service a été prise par ses soins pour envoyer ses collaborateurs sur le terrain le lundi, mardi et mercredi derniers afin de rencontrer les parents et les autres acteurs qui interviennent dans l’école. L’objectif visé était que ces derniers prennent langue avec les directeurs d’écoles pour que la pré-rentrée soit effective dans le département du Zou. «Cette mission a pris fin et selon le compte rendu qui m’a été fait, les parents d’élèves ont beaucoup apprécié la démarche. Nous comptons aussi contacter les maires et solliciter la contribution de l’autorité préfectorale pour qu’on puisse, sur les ondes des radios communautaires, dire aux parents que la prérentrée est déterminante, capitale, afin que la rentrée soit effective à partir du 20 septembre», dira le DDEMP du Zou.

Pour que la semaine de pré-rentrée soit une réalité, chacun y va de sa créativité. C’est le cas du Chef de la Région Pédagogique 28. En effet, ce dernier entend mettre à contribution les élus locaux pour qu’ils instruisent les crieurs publics afin que ceux-ci passent le message dans toutes les contrés et hameaux qui sont sur son territoire. « Les parents attendent la reprise des classes pour venir inscrire les enfants. Il y a tellement d’affluence que cela empêche les enseignants de faire véritablement le travail pour lequel ils sont présents le premier jour. Nous allons continuer à sensibiliser, à dire aux parents d’envoyer les enfants, de venir inscrire les nouveaux apprenants. Surtout en cette période de Covid-19, il faut une autre organisation en vue de mettre en sécurité le personnel enseignant, les enfants de même que les parents qui viendront inscrire les enfants. L’affluence n’arrange guère», constate l’inspecteur Camille Tchiakpè, avant de conclure par un message adressé aux parents et à l’administration scolaire en ces termes : « Nous allons demander aux parents de faire l’effort de vite venir, de ne pas attendre le dernier jour pour se pointer dans les écoles. Qu’ils fassent le déplacement pour inscrire les nouveaux et que les enseignants soient aussi présents pour accueillir les parents et les enfants qui viendront à l’école. Nous allons aussi leur demander de prendre toutes les dispositions possibles par rapport à la Covid-19 qui sévit, c’est-à-dire mettre en place le dispositif de lavage des mains, faire respecter la distanciation sociale et qu’aucun parent ne soit accepté dans les écoles sans masque».

Edmond Houinton, DDESTFP de l’Atlantique, au sujet des préparatifs de la rentrée

« Nous allons rassembler les chefs d’établissements, les parents d’élèves pour tout peaufiner »

Dans le sous-secteur de l’enseignement secondaire, tout se met en place également pour une rentrée scolaire sans anicroche. C’est ce que nous confirme Docteur Edmond Houinton, Directeur Départemental des Enseignements Secondaire Technique et de la Formation Professionnelle de l’Atlantique, rencontré le 26 août 2021. C’est à travers cette interview accordée à Educ’Action.

Educ’Action : Quelles sont les activités menées au niveau du secondaire dans le cadre des préparatifs de la rentrée scolaire ?

Edmond Houinton : Lorsqu’on parle de préparatifs de la rentrée, on y met beaucoup de choses. Qu’est-ce que le directeur départemental fait avec les chefs d’établissements ? Quelles sont les premières tâches à accomplir rapidement ? Etc. Nous avions rassemblé les chefs d’établissements du public la semaine passée, parce que la pré-rentrée est prévue pour le 13 septembre. Nous allons rassembler les chefs d’établissements du privé, nous allons rassembler les parents d’élèves de l’Atlantique qui ont leur faîtière. Après, ce sera le tour des syndicalistes parce que c’est avec eux que nous essayons de tout peaufiner. En amont, il y a le Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de Formation Professionnelle qui réunit les directeurs départementaux, les chefs centraux. Les mutations, vous devez savoir qu’il y en a de deux sortes : les mutations nationales et les mutations départementales. Cette année, il y a les mutations nationales. Donc, tous les directeurs départementaux attendent que ces mutations nationales sortent avant qu’eux-mêmes ne procèdent à des réajustements. Ce sont ces réajustements que nous appelons les mutations départementales. C’est dans le but de combler les vides, pour décongestionner un établissement lorsqu’il y a plusieurs professeurs de la même matière. Il faut une certaine équité, un certain équilibre. Il y a aussi les nominations des différents responsables administratifs à savoir les directeurs, les censeurs, les surveillants généraux, les surveillants généraux adjoints, les gestionnaires comptables. Donc, tout cela est mis dans les préparatifs de la rentrée parce que si on ne fait pas cela, on ne pourrait pas avoir une rentrée réussie.
A partir du 1er Septembre, commence l’année scolaire en réalité. Tous les parents doivent comprendre qu’à partir du 1er septembre, ils peuvent commencer à inscrire leurs enfants dans les différents établissements. Nous mettons aussi dans les préparatifs de la rentrée au niveau des classes de 6ième, la liste des admis en classe de 6ième. Donc, la répartition des admis que nous avons faite déjà, nous avons demandé aux chefs d’établissements de passer au secrétariat de la direction départementale pour chercher les répartitions. Chaque chef d’établissement viendra chercher la liste des élèves qui lui sont envoyés. Donc voilà ce que nous mettons dans les préparatifs. A cause de la pandémie, nous devons amener les chefs d’établissements à mettre en œuvre les recommandations du gouvernement, à assurer le respect des gestes barrières. Donc les dispositifs de lavage des mains doivent être posés devant chaque classe. Il y a aussi la disposition des tables dans les salles et parlant de salles, il y a forcément des choses à reprendre, à réparer, des toitures qui ont été enlevées par la tempête. Il faudrait que chaque chef d’établissement se penche sur ces aspects. Donc, la mise au propre de l’établissement mais aussi la mise au propre des salles de classes.

Dans les zones lacustres, la rentrée n’est souvent pas une réalité surtout en cette période pluvieuse. Quelles sont les dispositions prises pour une rentrée effective le 20 septembre ?

Lorsque nous allons dans les zones lacustres, vous savez que tout le monde ne commence pas au même moment. Dans le Nord, il y a la montée des eaux. Cette crue s’étend jusqu’à la mi-novembre. Pour eux, des emplois du temps de circonstance sont élaborés. Vers la mi-novembre, les eaux se retirent et les enfants commencent à aller normalement à l’école. Les barques motorisées, les gilets de sauvetage, il faut mettre tout cela à jour. Il faut les mettre à disposition des chefs d’établissements pour que les enseignants aillent dans les classes. Nous, on va les sensibiliser de manière à ce qu’ils aillent dans les établissements au même titre que les enfants en mettant à leur disposition des barques. Les ONG aussi viennent à leur secours par endroit et je profite de l’occasion pour remercier toutes ces ONG qui permettent aux apprenants d’être en classe le même jour.

Quel est votre mot de la fin pour conclure cet entretien ?

Je vais simplement dire aux parents que l’année scolaire va reprendre, les enfants n’attendent que leurs fournitures. N’attendez pas d’avoir tout l’argent pour aller vers les stands parce qu’au dernier moment, les choses coûtent cher et on ne les trouve parfois même plus. Que les parents commencent les achats de fournitures scolaires. Tout est mis en place pour une bonne rentrée scolaire.

Réalisation : Enock GUIDJIME & Edouard KATCHIKPE

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *