Protection de l’enfant à Porto-Novo : Cadres municipaux, chefs CPS et acteurs informés des sources innovantes de financement - Journal Educ'Action

Protection de l’enfant à Porto-Novo : Cadres municipaux, chefs CPS et acteurs informés des sources innovantes de financement

3 mins read

«Au terme de cet atelier, je peux dire que beaucoup se fait déjà dans ce sens.Nous allons revoir dans les années à venir, les prévisions sur ces lignes-là pour améliorer la situation des enfants ».Comme Sikiratou Radji, cheffe service du budget et de la comptabilité de la mairie de Porto-Novo qui vient de s’exprimer, de nombreux cadres de la mairie, élus, chefs des Centres de Promotion Sociale, responsables de organisations de protection de l’enfant et le président des enfants de Porto-Novo, ont répondu à l’appel du Réseau des Structures de Protection des Enfants en Situation Difficile (ReSPESD).Réunis dans la salle de conférence de la mairie de Porto-Novo le mercredi 31 août 2022, ils ont pris part à un atelier de plaidoyer sur la budgétisation des activités de protection de l’Enfant dans la commune. Pour cette dernière étape, l’objectif est resté le même : renforcer les élus et les cadres des communes d’intervention sur les stratégies endogènes de mobilisation de ressources additionnelles pour financer les actions en faveur des droits de l’enfant.
Pour le 1er adjoint au maire de la ville capitale, Rachadou Toukourou, le respect des droits de l’enfant est bien une activité qui mobilise les efforts et les ressources de la commune. Il n’a pas manqué de remercier le ReSPESD et les autres structures qui intervienent dans le domaine de la protection de l’Enfant pour leur soutien à la mairie.
Comme dans les autres localités impactées par le même programme pluriannuel BJ2073, financé par le fondation Educo, et portant sur le Renforcement des Systèmes Nationaux de Protection et d’Education de l’Enfant, deux communications ont été déroulées. La première s’est penchée sur le Rappel des grandes conclusions de l’état des lieux de la prise en compte des droits de l’Enfant dans le processus de planification et de budgétisation dans la Commune. La seconde a eu pour thème : « Techniques innovantes de mobilisation de ressources endogènes additionnelles ». C’est Maxime Agoua, chargé de programmes du ReSPESD qui a présenté les deux communications.
Cette dernière rencontre, vient mettre un terme à la tournée organisée dans les neuf communes bénéficiaires du programme à savoir Cotonou, Malanville, Ségbana, Bembèrèkè, Karimama, Sinendé, N’Dali, Sô-Ava et Porto-Novo.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les plus récents