Promotion de la culture et du tourisme au Bénin : Le Conseil des Ministres tente une expérience salutaire - Journal Educ'Action

Promotion de la culture et du tourisme au Bénin : Le Conseil des Ministres tente une expérience salutaire

3 mins read

A la faveur du Conseil des Ministres du mercredi 18 mai 2016, le gouvernement a mis en place un comité dont la mission est d’œuvrer pour la création d’une Agence de Promotion des Patrimoines et du Développement du Tourisme. Par cette décision, le Président Patrice Talon et son équipe entendent mettre le secteur culturel au service de l’économie.

Le Président Patrice Talon a commencé la mise en œuvre de son projet de société. Et c’est le secteur de la culture qui en est le premier bénéficiaire. Au cours du Conseil des Ministres du mercredi 18 mai 2016, plusieurs décisions dont la création d’une Agence chargée de la promotion des patrimoines et du développement du tourisme ont été prises. « Notre pays dispose d’un riche patrimoine culturel artistique, architectural, naturel archéologique favorable au développement d’une industrie touristique et culturelle. Il faut donc valoriser ce patrimoine et en faire un outil majeur de rayonnement international de notre pays. Pour une bonne prise en charge de ce volet structurant du projet de société du Chef de l’état, le Conseil des Ministres a décidé de créer une Agence de promotion des patrimoines et du développement du tourisme », a annoncé le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République Pascal Irenée Koupaki, dans son traditionnel point de presse, à la fin du conseil. Pour atteindre cet objectif, l’équipe gouvernementale a confié le pilotage du dossier à un comité dont José Pliya, écrivain béninois et fils de Jean Pliya. Selon les propos du Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République, le Bénin ne dispose pas d’une « stratégie pertinente de développement du secteur culturel comme une filière économique et d’un plan de promotion des sites touristiques ». A cause de cette situation, la culture n’a contribué qu’à 2,7% au produit intérieur brut contre une estimation moyenne de 9% au plan africain. Au moment où d’autres nations de l’espace Uemoa ont enregistré un apport de 6%. La décision du Conseil des Ministres du 18 mai 2016 est donc salutaire.

Esckil AGBO

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les plus récents