Des enseignants perturbateurs du nouveau Bac menacés de sanctions en France

La tension dans les lycées ne cesse de prendre de l’ampleur en cette année scolaire par rapport à la réforme du baccalauréat en France.

Nombreux sont les tumultes qui s’observent tant dans le rang des élèves que dans celui des enseignants. Ceci à cause de la réforme du Lycée et des nouvelles épreuves Communes de Contrôle Continu (E3C) prévues désormais dans le nouveau BAC Blanquier. Selon les propos de quelques enseignants relayés sur le site d’information https://www.lemonde.fr: « La réforme du Lycée a été imposée dans la précipitation ». Ce qui, selon eux, occasionne non seulement « la transformation du métier d’enseignant, l’appauvrissement de la formation des élèves », mais aussi, affirment-ils, qu’il y a l’inadaptation des épreuves de contrôle continu.

Pour exprimer leur ras-le-bol face à cette situation étrangère à eux, un nombre significatif de professeurs du Secondaire et de classes préparatoires ont participé à des journées et mouvements de grève. Mais c’est sans résultats positifs. Face à cette crise, plusieurs enseignants ont reçu des menaces de sanctions pour avoir participé à la perturbation des épreuves du nouveau BAC. Selon le même site d’information cité plus haut, le responsable local du SNES-FSU, syndicat majoritaire dans le second degré a expliqué que c’est leur droit de se mettre en grève pour réclamer ce qui leur revient.

Gloria ADJIVESSODE