Hong Kong : Violents affrontements sur le campus de l'université polytechnique

Etudiants et policiers, dans une bataille rangée, se regardent en chiens de faïence.

La situation est extrêmement tendue aux abords de l'université polytechnique de Hong Kong. Engagée dimanche matin entre les deux parties, l’opposition de front s’est poursuivie toute la nuit, publie ce lundi la Radio France Internationale (Rfi) sur son site internet.

Dans cette confrontation, tous les moyens sont bons pour faire craquer les retranchés. Après les canons à eau et les gaz lacrymogènes, la police a sorti les décibels. « Ce n’est qu’un au revoir »,  à la cornemuse et les tubes préférés des forces de l’ordre sont diffusés à fond les hauts parleurs. En face, les protestataires frappent sur des tôles, à la façon des forces anti-émeute cognant sur leur bouclier. Une guerre psychologique qui commence par un étalage du matériel, décrit l’organe de presse international français.

Pour la première fois, ce dimanche 17 novembre, la police a employé un véhicule équipé d’un dispositif acoustique longue portée. Côté étudiants, des catapultes artisanales, des arcs et des flèches qui ont blessé un agent au mollet, et à l’intérieur : un « atelier de magie » ! « Là, ils fabriquent des cocktails Molotov pour repousser la police. Là, des clous dans des bigoudis. C'est pour les mettre sur la route, faire crever les pneus et bloquer la circulation », a indiqué un étudiant manifestant. Poubelles renversées, voitures garées au milieu de la chaussée, des insultes aux policiers pour les déstabiliser, ou simplement, du bruit encore, le déclenchement d’alarmes incendies. Tout pour renforcer finalement une tension déjà à son comble après 24 semaines de manifestations, avec des risques de dérapage à tout moment, décrit la rédaction du reportage.

Serge David ZOUEME