Rentrée scolaire 2019-2020 en demi-teinte en Haïti

Si le Bénin, un des pays de l’Afrique de l’Ouest, a pu mettre tout en œuvre pour respecter le calendrier scolaire 2019-2020 élaboré et homologué par les autorités éducatives, ce n’est pas le cas en Haïti.

Officiellement annoncée pour hier lundi 9 septembre par le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle d’Haïti, Josué Agénor Cadet, la rentrée scolaire a été un échec cuisant dans divers établissements dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. « Une reprise qui s’est faite en demi-teinte dans une conjoncture marquée par une précarité économique et une crise politique exacerbée par une pénurie de carburant sur le marché », renseigne le site Vant Bef Info (VBI).

La morosité économique du pays donne le tournis et l’insomnie aux Haïtiens. Selon ce site qui rapporte, de nombreux parents n’ont pas eu les moyens pour honorer leurs engagements financiers de l’année scolaire 2018-2019... « Le ministre de l’éducation nationale et les plus grands fournisseurs de livres scolaires sont à couteaux tirés et se renvoient mutuellement la faute en ce qui concerne l’indisponibilité des livres subventionnés et/ou en dotation », informe VBI.

Dans le même temps, plusieurs dizaines d’enseignants, membres des associations syndicales, ont investi les rues de Port-au-Prince et d’autres villes, hier lundi, pour battre le pavé. « Les enseignants ne vont plus travailler pour 13.000 gourdes (monnaie nationale d’Haïti) de salaire mensuel. Il faut une seule école pour tous. », peut-on lire sur les pancartes brandiespar les protestataires, renseigne le site Press Network. 

Enock GUIDJIME