Entretien avec Machoudi AYIBOUKI, Directeur de l’ONG LEMP : Quand le football inspire la lecture ludique ! - Journal Educ'Action

Entretien avec Machoudi AYIBOUKI, Directeur de l’ONG LEMP : Quand le football inspire la lecture ludique !

9 mins read
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Machoudi AYIBOUKI est Directeur d’école à Natitingou dans le département de l’Atacora. Cet enseignant de grande renommée s’est profondément inspiré des règles de jeu du sport roi pour inventer la lecture ludique. Un jeu à la fois divertissant et éducatif que son ONG LEMP s’emploie à promouvoir.

Educ’Action : Parlant de votre ONG, que peut-on comprendre par LEMP

Machoudi AYIBOUKI : LEMP, c’est Lumière sur les Enseignements Maternel et Primaire. C’est une ONG que j’ai créée après deux décennies de carrière professionnelle en tant qu’Enseignant. J’ai réuni assez de compétences et je me suis dit qu’il y a un problème qui se pose dans l’éducation et il faudrait qu’avant ma retraite, je puisse mettre ma main à la tâche pour que je puisse avoir le cœur tranquille à ma retraite.

Quels sont les objectifs poursuivis par votre ONG?

Notre objectif fondamental, c’est de porter une assistance de proximité à tous les acteurs du système éducatif. On entend par acteurs du système éducatif, enseignants, élèves, parents d’élèves, autorités en charge de l’éducation.

Pouvez-vous nous renseigner sur les activités de l’ONG LEMP tout en nous parlant du déroulement de celles-ci ?
D’entrée de jeu, la création de l’ONG LEMP est venue dans ma tête à partir du moment où j’ai pris part à des activités de contrôle, de correction de lecture pour les examens du CEP, le Certificat d’Etudes Primaires après avoir enregistré des centaines de zéro en lecture. Je me suis posé la question de savoir si ces enfants pourront réussir dans les autres matières. J’ai même pensé aller avec les faux numéros, voir la note que quelqu’un aurait reçue dans une autre matière lorsque des collègues m’ont bloqué. Tout de suite, à l’intérieur de moi, je me suis dit qu’il faut que je fasse quelque chose. C’est pour cela que j’ai décidé de créer la lecture ludique, qui, en fait, se fera comme un jeu de foot mais en lieu et place du ballon ici, c’est le livre.

Comment le jeu se déroulera ?

Vous savez qu’au foot, c’est 11 contre 11. C’est pareil ici. Ici, c’est 15 face à 15 avec 4 réservistes dont 11 joueurs actifs. Dès qu’ils vont monter sur le terrain (qui est une salle de spectacle ou un lieu approprié où les enfants pourront lire) en présence de 30 jurys. Nous avons deux arbitres de touche et un (01) arbitre central qui est au pupitre, cinq (05) officiels à la table de contrôle du suivi des critères. Dès qu’un joueur est désigné pour lire, les cinq (05) officiels tirent chacun le texte à lire et chacun souligne la faute commise. Donc nous avons comme fautes qui constituent les critères de lecture le non respect de ponctuation, de liaison, d’intonation, les omissions comme les ajouts de mots. Chaque critère non respecté constitue une faute. Dès qu’ils vont finir de lire, les jurys vont ranger de côté les textes ayant servi à les suivre. Disons que la 1ère partie, lorsqu’elle finit, au cours de la pause, les jurys font la synthèse des fautes commises par chaque joueur et en sortent une moyenne des fautes qu’ils vont mettre sur le fond des feuilles de rapport de match. C’est écrit moyenne des fautes. Maintenant à la 2ème partie, quand les enfants vont se retirer, le coach de chaque équipe connaissant la force de frappe des lecteurs, sachant qui est fort en lecture et qui n’est pas fort à l’écrit, ils procèdent à une refondation et ils reviennent cette fois-ci encore à 11 contre 11. Et là, on leur partage des feuilles de composition à l’image des feuilles de l’université pour que l’anonymat se fasse rapidement (quand ils vont finir d’écrire, ils ramassent l’angle supérieur droit) et ils auront à travailler sur un texte frappé de questions relatives aux outils linguistiques. Et ces questions, sont notées sur 17,5 et les 2,5 points sont réservés à la présentation, propreté et écriture. Donc quand on aura fini de corriger, on fait aussi la synthèse et après on désanonyme pour sélectionner les feuilles de chaque équipe. Là, on fait la moyenne. Une fois la moyenne faite, on porte la moyenne sur la feuille de rapport de match sur la partie la moyenne des notes. La moyenne des notes de présentation, propreté, écriture aussi, c’est ça que nous appelons tirs aux buts. Ça aussi on les reporte. Et quand on finit, on affecte les moyennes de fautes de signe négatif et les moyennes de notes de signe positif et on fait la différence. Le solde le plus fort, permet de dégager l’équipe vainqueur. Au cas où il y a ex éco, on va aux tirs aux buts que constituent les notes de présentation, propreté et écriture. La particularité qu’il y a là est que quand les notes de tirs aux buts auraient permis à une équipe de gagner, c’est que tous les joueurs (tous les lecteurs de cette équipe) doivent citer le nom des enseignants qui les ont gardés au CI, CP pour qu’on puisse leur adresser une félicitation et la félicitation dépend souvent du niveau du jeu. Si c’est un jeu niveau école, c’est une félicitation simple des membres du bureau APE, et quand c’est communal, on passe à la coordination qui donne des étrennes, un cadeau qui peut aller jusqu’à un voyage hors de la localité, et quand c’est au niveau national, ça aussi sa valeur. Il en est de même au niveau international. Toujours est-il qu’il constitue pour nous, un stimulant pour amener tous les enseignants de la base à jouer leur partition en ce qi concerne la lecture ludique.

Réalisée par 
Ulrich Vital AHOTONDJI
& Romuald D. LOGBO

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les plus récents

Santé et Bien- être

L’utilisation du bouillon communément appelé « cube » devient aujourd’hui, chose récurrente dans nos habitudes culinaires.