Déviances comportementales pendant les vacances : Les vacanciers invités à s’adonner à des pratiques saines et profitables

Les vacances définies comme des moments de long repos offerts aux apprenants pour se refaire afin de mieux affronter la nouvelle année scolaire, sont utilisées à d’autres fins. Lesquelles ne sont pas toujours conseillées pour le bien des apprenants eux-mêmes. Conscients des dangers qui guettent les apprenants, surtout les filles, des jeunes rencontrés dans la ville de Cotonou proposent des idées, qui selon eux, seront d’une grande utilité pour ces jeunes apprenants.

«Les vacances viennent de débuter. Il faut commencer à mettre de l’argent de côté. Les vacancières seront nombreuses comme d’habitude et il faudra leur faire du bien et en tirer profit ». Ces propos lâchés par un jeune étudiant de teint plus ou moins clair, taille moyenne et dont l’âge est compris entre 23 ans et 25 ans, lors d’une discussion entre amis, viennent ainsi d’attirer l’attention de presque tous les gens présents dans l’entourage. Si certaines de ces personnes se sont simplement contentés de rire face à ces propos tenus par le jeune, les plus curieux n’ont pas pu s’empêcher de pousser leur curiosité plus loin, afin de mieux cerner le contenu du message passé à l’instant. La réponse ne va pas tarder à venir, mais cette fois-ci, pas seulement de la bouche du jeune homme, mais de celle de la plupart des jeunes qui prenaient part à cette discussion. Il ressort de l’argument avancé par chacun d’eux, qu’il est un secret de polichinelle que les vacances sont plus que des moments de simple repos pour les apprenants, en l’occurrence les filles. L’équipe du journal spécialiste des questions éducatives, Educ’Action, ayant fortuitement assisté à cette discussion, a creusé des jours plus tard, le sujet auprès d’autres jeunes. Ils ont également leur petite idée sur la question.

Les vacances assimilées à des moments de débauches

« Les vacances sont des périodes au cours desquelles les apprenants, après un long moment de travail durant l’année académique, se reposent généralement ». Du haut de ses 1,55m environ et âgé de 23 ans, cette perception que Ambroise Ola Ogoussan, rédacteur web de profession, a sur les vacances, semble désormais caduque au vu des réalités observées dans le rang des apprenants. Au repos, s’ajoutent et s’entremêlent toutes sortes de comportements et pratiques qu’on pourrait assimiler à de la débauche. « La période des vacances est reconnue pour être celle au cours de laquelle les élèves se livrent à toute sorte de distractions. Malheureusement, toutes les distractions ne sont pas saines »,
fait observer d’entrée de jeu, Pancrace Sossou-Houessou, statisticien-économiste, pour qui les vacances ont tout un autre sens. En effet, explique-t-il, « la période des vacances est considérée par les élèves comme un moment de libération : il n’y a plus la pression des parents, ni celle des professeurs pour rester concentrés sur les études. Les parents aussi dans le but de laisser les enfants souffler un peu avant la reprise des cours, lâchent un peu du lest. Les élèves vacanciers pensent alors que c’est l’occasion de faire toute sorte d’expériences. On constate que les lieux de détentes communautaires sont pleins à craquer en période de vacances. Les évènements festifs se multiplient ». L’autre chose qui se multiplie également pendant les vacances, c’est la découverte du sexe, de l’avis d’un autre jeune homme bien averti des questions relatives à la santé sexuelle et reproductive des adoslescents et jeunes. « Les périodes de vacances qui devraient être un moment de recueillement pour les apprenants riment malheureusement avec les moments de découverte sexuelle ayant pour conséquences les grossesses précoces et non désirées. Généralement, on pense que la distraction est la seule chose qui occupe pendant cette période, mais le sexe aussi est au menu. Les apprenants entretiennent des relations sexuelles sans le minimum d’informations à ce sujet », se préoccupe Joseph Kinnou, étudiant en attente de soutenance au Département des Lettres Modernes à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC). Ici, les comportements des apprenants surtout filles, sont les plus déplorés par ces jeunes. Les raisons qui militent en faveur de ces dépravations observées en période de vacances sont légion.

Les raisons favorisant les déviances durant les vacances

La baisse de la garde parentale soulignée un peu plus haut par le jeune statisticien Pancrace Sossou-Houessou est la toute première raison qui justifie les comportements déviants observés chez les vacanciers. « En l’absence des parents, certains apprenants, surtout les filles passent des instants de distraction avec leurs pairs », a souligné Ambroise Ola Ogoussan qui n’a pas manqué de faire la lumière sur les types de distractions auxquelles il fait allusion. « En termes de distraction, beaucoup profitent pour passer des moments en amoureux en s’offrant des promenades, des virées nocturnes peu recommandées, la fréquentation d’endroits douteux et vont également au sexe avec leurs compagnons. Ces aventures se révèlent habituellement désastreuses pour beaucoup d’entre elles. C’est d’ailleurs l’une des causes des taux inquiétants de grossesses précoces et non désirées dans les écoles et lycées et beaucoup d’autres déviances », a fortement déploré le rédacteur web. S’il y a bien quelques chose de déplorable encore de l’avis de Joseph Kinnou, c’est bien le fait qu’il y a des filles, livrées à elles-mêmes sans aucune activité, qui n’hésitent pas à chercher de refuge auprès de leurs amis de sexe opposé. Dévoilant un peu le secret de ses pairs garçons, Joseph Kinnou dira que la rengaine des hommes à ces occasions, est bien connue : « Je vais encore tirer des coups maintenant, c’est le moment des vacances’’, c’est ce qu’on entend. Les hommes sont donc conscients de ce que les parents exercent moins de contrôle sur les enfants pendant cette période, surtout s’il y a un changement de cadre de vie ».

Le changement de cadre de vie, un couteau à double tranchant

Faire changer de milieu et permettre aux enfants d’explorer d’autres cieux après une longue période de cours. C’est l’une des récompenses offertes aux enfants, surtout les plus méritants. Mais cette manière de faire profite aussi bien positivement que négativement aux enfants. Savoir que les parents ne sont pas présents pour exercer une quelconque forme de rigueur, couplé à la souplesse observée parfois dans le rang de la famille hôte, animée du désir de bien prendre soin du vacancier, est la clef qui ouvre parfois les portes de la débauche aux jeunes très peu conscients. « Certains enfants sont envoyés chez des proches pour leur permettre de changer de milieu de vie et de découvrir d’autres réalités avant la reprise des cours. Mais là aussi, les jeunes oublient les pièges qui se dressent devant eux. C’est l’occasion pour eux de se lancer non seulement dans la consommation des stupéfiants et d’alcool, mais aussi dans des relations amoureuses de passade. Il n’est pas rare de constater que de nombreuses jeunes filles reviennent des vacances avec une grossesse », a révélé Pancrace Sossou-Houessou. En guise de témoignage, la jeune Ella (prénom attribué) va confier lors d’une formation pour les filles-mères, qu’elle a perdu sa virginité à 16 ans pendant qu’elle passait ses vacances chez sa tante à Parakou. Le manque d’occupation pendant la période des vacances ; la curiosité trop poussée sur la question du sexe ; la démission des parents face à l’éducation sexuelle de leurs enfants, sont autant de raisons des déviances observées pendant les vacances.
Ces réalités que vivent certaines de leurs camarades filles, ne sont pas inconnues des filles elles-mêmes.

Aurélie Klélé, devant la marchandise de sa mère en cette période de vacances

 

Aurélie Klélé, étudiante et jeune militante dans plusieurs groupes de femmes, va d’ailleurs fait la comparaison entre son vécu pendant ses vacances et ce qui s’observe de nos jours dans le rang de ses jeunes sœurs. « La période des vacances est ce temps qui me permet de mener des activités pour affronter les charges financières de l’année suivante. Je sors m’amuser avec mes amis, histoire de me relaxer. J’anticipe sur les cours de l’année prochaine », a étalé la jeune dame à Educ’Action, témoignant qu’elle se livre très bien au commerce de bouillie et de maïs chaque jour que l’occasion se présente pour venir en aide à sa génitrice. Cependant, le constat qu’elle fait aujourd’hui chez ses jeunes frères vacanciers est tout autre. « Ils s’adonnent à une vie de débauche. Ils tiennent forcément à suivre la tendance et tout ce qui va avec à savoir la drogue, le sexe, les partouzes, le vol, les convois à moto, les grossesses non désirées, les précipitations »,
a énuméré la jeune dame tout en mettant l’accent sur le fait que, « le seul avantage de tout ceci est le plaisir de quelques minutes, des plaisirs qui peuvent parfois gâcher notre existence et faire de nous des poids pour nos familles ».

Le conseil des jeunes pour leurs pairs

Passer des vacances saines sans laisser place à un brin de regret. C’est ce à quoi aspirent ces jeunes gens pour leurs plus jeunes frères et sœurs. Pour cela, ils n’ont pas manqué de faire des propositions qui, selon eux, leur permettront à la fois de garder leur dignité et d’acquérir de compétences dans divers domaines d’activités. Il est primordial, selon le statisticien-économiste Pancrace Sossou-Houessou, dont l’âge est compris entre 26 ans et 28 ans, que les apprenants participent à des activités récréatives instructives telles que des ateliers en art plastique, des cours de musique, des visites touristiques encadrées. Il faut créer un cadre de distractions sain et essayer d’encadrer les jeunes. Les vacances peuvent être aussi l’occasion pour les jeunes élèves de s’adonner à des activités manuelles. Les parents doivent avoir aussi un œil sur les distractions de leurs enfants, préconise-t-il. « Pour prévenir ce mal d’ordre social, il importe que les enfants soient véritablement occupés à des activités de vacances comme les cours d’informatique, de graphisme, de musique, de danse, etc. Ce faisant, on leur évite l’ennui qui pourrait induire les pensées sur le sexe. Même s’ils devraient y aller, que cela soit en toute responsabilité. D’où l’importance de bien informer les apprenants sur les questions de sexualité », a souhaité Joseph Kinnou, lui qui est passionné de théâtre et du cinéma. Il ajoute par contre qu’ « il importe de faire également attention aux personnes chez qui les enfants vont en vacances. Certaines d’entre elles se révèlent vicieuses et prennent les filles pour objet sexuel. Les preuves sont légion à ce niveau. Les vacances, c’est bon, mais il faut que les enfants y soient véritablement préparés ».
Le changement de comportement espéré chez les apprenants nécessite un engagement aussi bien des parents que des aînés, à en croire Ambroise Ola Ogoussan, poète pendant ses temps morts. Indexant les parents en premier, le jeune rédacteur web attire l’attention sur le fait qu’il ne suffit pas d’employer la solution de la chicotte ou du cachot pour encadrer les filles. « Les parents doivent apprendre à dialoguer avec ces dernières et leur prodiguer des conseils avisés quant au danger qui les guettent en périodes de vacances. De même, ils peuvent initier des sorties et des moments de détente, faire la proposition d’activités de divertissement saines. Par ailleurs, ce rôle incombe également à nous autres qui sommes en position de grand-frères, mais qui ne jouons pas toujours notre rôle d’aîné », a-t-il dressé tout en invitant ses jeunes sœurs à prendre également conscience de ce que les vacances ne sont pas synonyme de « période de débauche » et qu’il faille si possible s’adonner à des jobs de vacances afin d’apporter assistance aux parents, surtout si les ressources de ces derniers sont limitées. Pour finir, une meilleure vacance vaut mieux que des moments de regrets, pense sincèrement Aurélie Klélé, qui exhorte ses sœurs et frères à être prudents. Car, précise-t-elle, des personnes malveillantes courent les rues et les éviter, ferait enregistrer moins de dégâts comme les viols, les disparitions, les kidnappings ainsi que les grossesses non désirées.

Estelle DJIGRI

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *