banner ong educaction

A quoi sert une chronique?

En ce début d’année, je vous souhaite mes vœux les meilleurs.

Les vœux servent-ils à quelque chose ? Je ne sais pas. Quand une année passe, il est quand même bon de faire un bilan personnel ou familial. Dans les familles qui ont compris, on réunit tout le monde et on passe la parole à chacun pour faire un point individuel: ses avancées, ses problèmes. Il profite pour dire ce qui lui est sur le cœur par rapport à ses relations avec les autres et ce qu’il pense des réactions des parents, etc. Cet examen de conscience est sincère et c’est l’occasion de dire la vérité et toute la vérité. Vous pensez que c’est de la théorie ? Je vous donne alors mon expérience de la chose.
En des temps anciens, j’étais encore étudiant, j’ai eu la chance de connaître une famille. D’abord, j’ai tissé des liens d’amitié avec une des filles mais, en fréquentant la famille, je me suis senti attiré par une autre qui me rendit la pareille sans chichi. Au départ, je venais là étant ami de tout le monde, devisant avec les personnes que je trouvais à la maison et surtout la mère (vous aviez oublié qu’il n’y avait pas de portables en ces temps-là) qui stratégiquement était devenue ma meilleure relation dans la maison. Nous parlions de tout et de rien tandis que mes sentiments pour l’une de ses filles ont évolué. Je filais le parfait amour sans savoir comment résoudre le problème, étant entendu que c’est la grande sœur que j’ai connue. Ma conscience me torturait... Et c’est là que j’ai eu l’une de mes plus grandes surprises au monde: En un début d’année, le 3 janvier précisément, je vins encore dans la maison priant pour ne pas rencontrer la grande sœur et c’est mon nouvel amour qui m’ouvrit et tout en m’embrassant, elle me dit: « au fait, j’ai dit au conseil de famille le 31 décembre qu’on sortait ensemble ! » Imaginez-moi qui n’osais plus poser de question. Je rentrais dans la maison comme un zombie surpris en train de voler des mangues. Mais rien ne se passa. On m’accueillit comme à l’accoutumée...
La morale de cette histoire, c’est que les familles doivent se parler et surtout se dire la vérité et la personne qui souvent est au centre de ce processus est la mère. Avez-vous compris la conduite remarquable de la mère, qui savait déjà ce qui se passait dans une famille qui n’était pas nécessiteuse, qui n’attendait rien de moi sauf un comportement exemplaire.
Plusieurs personnes m’ont interpellé pour me dire que la chronique finissait trop vite et donnait parfois l’impression de n’être pas allé au fond d’un sujet intéressant. Cette première chronique de l’année va permettre de préciser à quoi sert généralement un écrit de ce genre. Tout d’abord, dans la forme, il doit tenir en 650 mots sinon 700 au maximum. Il s’agit d’attirer l’attention sur un problème, une situation; d’en définir les aspects et contours et enfin de donner son opinion.
On ne peut pas résoudre un sujet en si peu de temps. On peut l’introduire, le problématiser mais, il s’agit aux lecteurs, aux acteurs et décideurs de l’éducation de se le réapproprier pour en discuter et en faire quelque chose d’utile.
En prenant l’exemple des vœux, je voudrais poser le problème essentiel d’un examen de conscience personnel et/ou familial qui débouche sur la prise d’objectifs clairs pour l’année car, l’homme, quel qu’il soit en termes d’âge, de rang social, d’activités professionnelles, doit faire un point et se poser des objectifs. Ce ne sont pas du tout lorsqu’on a des problèmes qu’on fait ce point. Tout le monde est concerné et tous les aspects de la vie. Notez que le plus grand danger ici, c’est le mensonge: Il faut dire la vérité et se dire la vérité car, lorsqu’on arrive à ne plus pouvoir se dire la vérité i.e. se regarder en face, vous êtes fichu. Dites vous que si vous avez fait des problèmes, c’est que quelqu’un d’autre en a plus que vous. Relevez la tête (car tous les hommes qui ont réussi ont une seule tête comme vous !) Faites votre point et fixez des objectifs; le reste suivra à force de patience et de persévérance: BONNE ANNEE !

Maoudi Comlanvi JOHNSON, Planificateur de l’Education, Sociologue, Philosophe

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.