La paix, un si précieux et fragile bien !

Le lundi noir qui a mis en berne le drapeau de la démocratie et de la paix au Bénin continue de traumatiser les citoyens béninois, héritiers de la conférence des forces vives de la nation de Février 1990.

Si ce peuple, pionnier de la démocratie en Afrique avait encore besoin d’une meilleure raison de chouchouter et d’entretenir sa quiétude, elle en a eu. Ce lundi cauchemardesque, et le mercredi belliqueux qui l’a immédiatement suivi ont prouvé à suffisance combien la paix et la quiétude sont fragiles et évanescentes quand on n’en prend pas grand soin. Les langues poudrières de politiciens irresponsables, les uns autant que les autres, sont sans commune mesure avec les aspirations d’un peuple suffisamment meurtri. Ce peuple pourtant condescendant, mis à-genou par la galère, la gabegie politique, la délinquance financière d’un Etat voyou qui le vole dans l’insolence d’une impunité crasse, ce peuple commence à sortir de ses gongs. Si par le passé, le pacifisme béat ou peut-être le défaitisme fataliste a souvent conduit à l’inaction et à l’inertie totale, aujourd’hui, les paradigmes ont changé. Les jeunes de plus en plus trompés et désillusionnés ont du mal à croire en cette rhétorique de mauvais aloi qui aliène, consume et endormit. On comprend alors que la paix n’est pas un acquis définitif. C’est un bien fragile bien qui peut devenir très dispersible dans un étang de violence, de haine et d’oisiveté. D’où la nécessité d’une éducation à la paix. Une éducation qui s’intègre aux curricula proposés aux apprenants, une éducation à paix qui s’enracine dans nos cultures, nos habitudes pour en devenir une. Une éducation à la paix qui devient le premier reflexe du citoyen nouveau, face aux crises et aux conflits. C’est en cela que l’initiative de l’Unesco d’élaborer un guide à l'usage des développeurs de curricula pour l'intégration de l'Education au Développement Durable et à la paix au sein des universités et des structures de formation des enseignants est une heureuse trouvaille. Les Universitaires mis à contribution pour cette cause ont le sublime privilège de transformer l’homme par la puissance de l’éducation. Une tâche moins aisée que la simple transmission de connaissances et de compétences. Mais une tâche noble qui s’inscrit dans la durée et qui transmet de génération en génération, les valeurs intrinsèques de paix. Oui, la Paix ce précieux et fragile bien qu’il faut protéger jour après jour, mois après mois, année après année, siècle après siècle ! Qu’elle soit pour nous ici, maintenant et toujours, l’autre nom du développement durable auquel nos peuples africains aspirent si tant.

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.