banner ong educaction

Le Ridicule des politiciens béninois

Si le ridicule tuait, les hommes politiques du Bénin se suivraient à la queue leu-leu, à la rencontre d’Orcus ou de Hadès.

 Et pour cause ! Ils nous saoulent finalement avec ces discours agaçants, véhéments, et vides de contenu qui installent dans la conscience collective, une phobie généralisée.  Tout le monde et tout devient suspect. Comme dirait l’autre, on aura finalement tout vu et tout entendu sur cette terre  dite d’hospitalité et de paix. Mais ils ont oublié les propos de Tiken Jah Fakolly  qui a chanté, ‘’on a tout compris’’. Le peuple a cessé d’être ces chameaux qu’ils utilisent, mouvanciers et opposants, quand ça leur chante, qu’ils mènent en bateau vers des destinations inavouées, secret de leur mensonge sordide et crasseux. Ces marchands d’illusion qui ne vendent que du vent, allument le feu à leur guise et tentent de se faire passer pour des pompiers devant ce peuple jadis naïf, désormais averti et  éveillé, prêt à donner le carton rouge au moment venu. Tiken l’a martelé : « Allez dire aux hommes politiques, d’enlever nos noms de leur business » et  donc de cesser de nous faire croire que c’est de nous qu’ils s’occupent si tant. A l’opposé du discours politique des deux camps, on note avec aisance et grande satisfaction la maturité d’un peuple qui n’a de cesse à inviter les uns et les autres à la pacification, à la retenue et au dialogue constructif. Comment comprendre que sans vergogne, des responsables supposés concilier les positions s’adonnent au périlleux exercice de division d’un pays à la culture et à la sociologie très imbriquée.  Pourquoi doit-on opposer les fils de ce pays indivisible dans le seul et unique but de régner ou de prendre le pouvoir ?  Les discours répugnants que nous écoutons ces derniers mois sur le régionalisme, l’ethnocentrisme et le racisme sont des allégations graves et attentatoires à la cohésion et à l’unité nationale. Allégations dangereuses pour un petit pays démocratique comme le Bénin. La magistrature suprême au Bénin est-elle, subordonnée à une géographie territoriale ? Il est vain de vouloir faire une balkanisation fichtrement gauche et inopportune. Le Bénin est un et indivisible. Il le restera envers tout et contre tous. Nous disons, comme les grands modèles africains avec en tête Nelson Mandela, oui à la non-violence, oui à la paix, oui au dialogue, oui au consensus. Seul du choc des idées, jaillit la vérité. Le dialogue sincère et continu s’avère donc indispensable pour une sortie rapide de crise. Il est temps que les citoyens béninois retrouvent leurs droits les plus élémentaires.  Que les hôpitaux arrêtent d’être des témoins impuissants des séries de décès enregistrés. Gouvernants, opposants et syndicats, sont donc condamnés à faire la paix, dans le respect mutuel et la sagesse digne de leurs âges. Au nom de la Patrie, levons-nous pour un retour inconditionnel de la Paix et de la sérénité nécessaires au développement. 

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.