Bilan des 100 jours de Kouaro Yves Chabi au MESTFP : Des actions fortes pour un sous-secteur secondaire mieux structuré

Le bilan des 100 jours de Kouaro Yves Chabi à la tête du Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle (MESTFP) se poursuit. Cette parution, la dernière, relative aux 100 jours, renseigne sur les nombreuses autres actions entreprises par le nouveau ministre dans le but d’imprimer une nouvelle dynamique à ce sous-secteur dont il a la charge

La gouvernance administrative et la gestion des Aspirants au Métier d’Enseignant (AME) ne sont pas les seuls domaines ayant retenu l’attention de Kouaro Yves Chabi, nouveau ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, depuis son arrivée. Installé le 27 mai 2021 à la tête de ce sous-secteur, le ministre s’est également investi sur plusieurs autres chantiers non moins importants et qui méritent qu’on s’y attarde pour rehausser l’image de ce sous-secteur. Le bilan fait sur les actions menées durant les 100 jours, soit du 27 mai au 03 septembre 2021, renseigne, de façon détaillée, que l’enseignement technique et la formation professionnelle ne sont pas laissés pour compte. Pour se conformer à la volonté du chef de l’Etat de renverser la tendance en envoyant 70% des apprenants béninois dans l’enseignement technique, Kouaro Yves Chabi a tôt fait de se lancer dans la mise en œuvre du Programme de construction et de réhabilitation des Lycées Techniques Agricoles (LTA) et des Ecoles de Métiers pouvant accueillir ce grand nombre d’apprenants en perspective. Il a également assuré l’harmonisation des pratiques de suivi internes des projets et reddition des comptes.

Construction et réhabilitation des LTA et des Ecoles de Métiers

La nomination du nouveau ministre est intervenue dans la période de la mission d’inspection et d’approbation des sites d’accueil des trente (30) Lycées Techniques Agricoles (LTA). Tout en s’inspirant des premiers pas posés par son prédécesseur, le professeur Mahougnon Kakpo, sur ce chantier, Kouaro Yves Chabi, avec l’appui de son collègue du ministère en charge de l’agriculture, a procédé au lancement des études de faisabilité technique, économique et financière. Lesquelles études concernent la mise en place de l’unité économique à vocation pédagogique dans les Communes devant abriter les LTA. Pour ce qui est des rapports de démarrage et d’étape desdites études, ils sont validés de même que toutes les Communes concernées par ce programme, sont à pieds d’œuvre pour la finalisation des actes fonciers et communaux se rapportant aux sites d’implantation des LTA et des Ecoles de Métiers. Dans son management durant ses 100 jours, le ministre a aussi jugé nécessaire de mettre de l’ordre au niveau de la gestion des projets et d’œuvrer pour la reddition des comptes.

De l’harmonisation des pratiques de suivi internes des projets et reddition des comptes

Il est opportun d’uniformiser les méthodes et indicateurs de reddition des comptes des projets au sein du MESTFP. Du moins, c’est ce qu’a déduit le nouveau ministre au regard de ce qui s’y fait depuis des années. Pour celui qui connaît les pratiques de ce ministère et qui est d’ailleurs surnommé «L’homme qui connaît la Maison» par ses collaborateurs et autres acteurs du système éducatif béninois, «une uniformisation est d’autant plus importante qu’il est nécessaire d’assurer dans le temps et dans l’espace, la cohérence et la concordance des indicateurs et de disposer d’un mécanisme centralisateur avec des indicateurs convergents pour disposer en temps réel d’une image d’ensemble des projets sans pour autant être trop chronophage. Cela participe aussi du renforcement du dispositif de suivi et d’évaluation du MESTFP». En se focalisant sur ce qui se fait par rapport au suivi des projets en cours dans son ministère, il fait observer que les points périodiques présentés, quant aux performances en termes d’exécution physique et financière, n’ont pas toujours les mêmes bases, les pratiques n’étant nécessairement pas les mêmes d’un gestionnaire à un autre. Il a été donc retenu, et ce, à l’issue d’un processus de diagnostic, de concertation et d’échanges techniques entre les différents acteurs, un canevas-type de reddition des comptes. Ce dernier se présentera désormais comme suit : l’Intitulé du projet ; la dotation globale ; le point d’exécution du PTA en cours. Ce dernier point prend en compte le taux d’engagement, le taux d’ordonnancement, le taux d’exécution physique, le taux de réalisation opérationnelle, les activités en souffrance, les causes et mesures, la synthèse d’exécution relativement aux activités. Quant au point d’exécution globale du projet, il doit renseigner sur le taux de décaissement sur le projet, le montant cumulé exécuté et taux, le taux d’exécution physique global, les activités principales réalisées, le cadre de résultats du projet, le point des engagements particuliers, les difficultés éprouvées et mesures prises ou envisagées, les risques sur le projet et des suggestions à l’Autorité.
Etant donné qu’à l’instar des autres pays du monde, le Bénin est éprouvé par la Covid-19, les actions allant dans le sens de la lutte contre cette pandémie du siècle n’ont pas été occultées.

Riposte contre la Covid-19 dans les écoles

Dans la dynamique de faire de l’école béninoise, un lieu sans contamination à la Covid-19, Kouaro Yves Chabi est resté fidèle aux recommandations formulées par le gouvernement en place, pour le respect des mesures barrières. Il a, par conséquent, pour le compte de l’année scolaire 2021-2022, acquis et distribué au total cinq mille neuf cent vingt-huit (5928) Dispositifs de Lavage des Mains (DLM) accompagnés de huit mille deux cent quatre-vingt-douze (8292) flacons de savon liquide au profit d’au moins 90% des établissements de l’enseignement secondaire général. De même, pour favoriser l’utilisation effective de ces dispositifs, un mécanisme d’approvisionnement en eau est mis en place dans les établissements qui n’en disposent pas. Actions qu’il ne saurait mener sans l’accompagnement de l’Agence Française de Développement (AFD) et la Banque Mondiale à travers le Projet d’Appui à l’Enseignement Secondaire au Bénin (PAESB) et le Projet PME-BENIN riposte Covid-19. Ces actions ne se limitent pas à l’enseignement secondaire. Aussi, a-t-il permis la fabrication ou l’achat de DLM, de gel et détergents divers dans les établissements d’EFTP. Le nettoyage et la désinfection des dortoirs et des réfectoires de ces établissements et les internats ont été aussi faits.
Le déroulement réussi des examens de fin d’année dans un contexte de Covid-19, la visite de tous les bureaux du MESTFP de la Tour A pour s’enquérir des conditions de travail des responsables et leurs collaborateurs, la cérémonie de lancement officielle de la campagne scolaire de reboisement au Lycée Technique Agricole Bernadette Sohoudji Agbossou d’Adjahonmè, le lancement de l’examen du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) au CEG Tokpa-Domè (Kpomassè) le 14 juin 2021, celui du Baccalauréat au CEG1 Djougou le 21 juin 2021, les résultats encourageants obtenus aux examens nationaux (BEPC 60,50% et BAC 64,42%), l’organisation réussie des examens de l’EFTP, la cérémonie de remise officielle de plus de 2000 dispositifs de lave-mains à 647 établissements offerts par le PAESB sur financement de l’AFD, le 22 juillet 2021 au CEG la Verdure, l’organisation de la revue des performances du premier semestre 2021 du MESTFP le 22 juillet 2021, la participation de 24 enseignants de mécanique automobile pendant un mois à une formation à Dakar grâce à la Coopération japonaise (JICA) dans le cadre de la SN-EFTP (du 25 juillet à fin août 2021), le lancement de la SN-ESG le mercredi 04 août 2021 à Cotonou, l’organisation du concours d’entrée dans les lycées techniques le 30 août 2021, l’élaboration avec toutes les structures du Ministère d’un plan d’action et d’une feuille de route relatifs aux préparatifs de la rentrée scolaire 2021-2022, l’organisation d’un séminaire conjoint entre le CNE et les Ministres en charge de l’éducation sur les préparatifs de la rentrée scolaire 2021-2022, l’organisation des audiences pour écouter les acteurs et recevoir leurs doléances et contributions. Ce sont là autant d’actions qui sont à l’actif du nouveau ministre Kouaro Yves Chabi au cours de ces 100 premiers jours à la tête de l’ESTFP. Pour rappel, ce dernier entend, à travers son passage à la tête de ce sous-secteur, rehausser l’image du secteur de l’éducation au Bénin.

Estelle DJIGRI

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *