Professeur Dodji Amouzouvi à propos du lancement de la 2ième édition des agréments

" Les dépôts se feront du 1er au 30 avril 2019 "

A quand la publication de la liste définitive des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur (EPES) agréés en République du Bénin ?

La question préoccupe la rédaction du journal Educ’Action, qui, au moyen d’une interview exclusive, a tendu son micro au Directeur des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur. Avant de répondre à la question, Professeur Dodji Amouzouvi a fait l’état des lieux de la situation actuelle avant d’annoncer le 30 avril comme date butoir pour le dépôt des dossiers de demande d’agrément pour l’année en cours. Entretien…

Educ’Action : Quel est l’état des lieux au lendemain de la publication de la liste provisoire des établissements agréés au Bénin ?

Dodji Amouzouvi : Je voudrais profiter de votre micro pour d’abord saluer les amis lecteurs, vous saluer et vous dire mes vœux de bonne et heureuse année. Je voudrais également dire mon admiration pour le remarquable travail que vous faites au quotidien pour informer juste, pour informer vrai afin de contribuer au développement de notre pays. Pour revenir à votre question, je dois dire que pour compter de la date de la publication des listes provisoires officielles, nous avons donné deux semaines. Tous les collègues qui étaient dans le cas, ont effectivement respecté les deux semaines et nous avons déjà traité leurs dossiers. Toutes les dispositions qui doivent être prises sont prises et les actions qui doivent être posées sont posées. Nous sommes actuellement dans la phase de suivi pour voir si tout est respecté tel que nous l’avions annoncé, tel que nous avions agi face à la décision du Conseil Consultatif de l’Enseignement Supérieur, décision validée ou entérinée par le Conseil des Ministres. Donc, de ce point de vue, tout est sur les rails et tout évolue normalement.

A quand la publication de la liste définitive des établissements agréés ?

Nous sommes dans l’attente des résultats des enquêtes de moralité. Nous n’avons pas encore le retour des enquêtes de moralité. Les services compétents de la République sont à pieds d’œuvre ; nous en discutons presque toutes les semaines pour voir l’évolution. Or, si vous lisez très bien, nous avions dit « en attendant les résultats des enquêtes de moralité, voici les établissements autorisés à…etc. etc., selon les cas, les catégories ». Nous, nous sommes prêts au niveau de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et dès que nous avons ces résultats, les sessions seront convoquées, c’est-à-dire la commission des agréments et ensuite le Conseil Consultatif pour que la liste définitive soit entérinée, pour que les actes subséquents, notamment les arrêtés soient pris dans ce sens là.

A quand la prochaine publication de liste d’établissements agréés ou non pour le compte de l’année 2019 ?

Je voudrais tout d’abord informer les collègues, les amis qui nous lisent actuellement et qui sont des promoteurs que la deuxième édition des agréments est lancée. Nous avons démarré le processus et je prends par ce canal pour donner l’information afin que tous ceux qui se sentent concernés d’une manière ou d’une autre, prennent tôt les dispositions parce que le dépôt pour la deuxième édition se fera du 1er au 30 avril 2019. Qu’il vous souvienne que les textes nous font obligation de publier la liste au moins 90 jours avant la rentrée. Si vous faites le décompte, ça veut dire que le 1er juillet au plus tard, nous devons avoir publié ces listes-là. C’est pour ça, nous nous sommes pris très tôt. Les promoteurs sont déjà informés, ils ont retiré les courriers, ils sont à pieds d’œuvre. Pour ce qui nous concerne, à partir de février, nous allons libérer les dossiers qu’il y a avec nous ; ceux d’entre eux qui ont déposé des dossiers et qui ont reçu des avis défavorables afin qu’ils puissent réactualiser et déposer à nouveau de dossiers complets.

Qu’est-ce qui a changé d’hier à aujourd’hui pour que vous vous preniez tôt ?

Beaucoup de choses ont changé et ce n’est pas une bis repetitas de ce que nous avions fait la première édition. Cette année, nous avons quadrillé nos collègues promoteurs en les situant sur un certain nombre de documents qu’ils doivent produire. Je donne un exemple. Nous avions dit par exemple qu’il faut des rapports annuels ou des attestations, des rapports de délibération de quatre jurys consécutifs. Cette année, nous avons encadré la barre par la fin en disant parmi ces quatre rapports, il doit y avoir nécessairement celui du premier semestre 2018-2019 puisque l’agrément concerne 2018-2019. Donc, ça fait que quelqu’un qui a déposé un dossier l’année dernière et qui a échoué ne peut pas juste revenir avec le dossier in extenso, il échouera forcément.

Y a-t-il de nouvelles pièces à joindre au dossier pour s’inscrire sur la liste des établissements agréés ?

Il n’y a pas de nouvelles pièces à joindre. Il y a des pièces actuelles à fournir. Si hier, on a donné des rapports annuels de 2014-2015 ; 2015-2016, cette année par exemple, des deux rapports que doivent déposer les promoteurs, il y a celui de 2017-2018 nécessairement, donc ceux de l’année dernière qui font que nous sommes dans une édition nouvelle et pas réchauffée.

Des établissements ayant obtenu un avis défavorable ou réservé l’an dernier peuvent-ils recevoir cette année un avis favorable ?

Non. Pourquoi ? Ils les recevront s’ils sont bons. Ils les recevront si le Conseil Consultatif, la Commission des agréments, la Commission du contentieux le jugent ainsi. Puisqu’ils ont réclamé, on étudiera les arguments avancés et on verra les éléments apportés et si c’était qu’ils avaient droit à l’agrément qu’on ne leur a pas donné, on rectifiera le tir. Mais si c’est défavorable pour des raisons bien évidentes, il n’y a aucune chance pour qu’ils quittent le statut de défavorable pour venir au favorable simplement parce qu’ils auraient réclamé. Non ! Pour les cas de réserve à lever, oui parce que là ils sont déjà dans l’antichambre de la réussite, mais pour tel ou tel autre aspect, ils ont été réservés. Quand vous lisez très bien les communiqués affichés, on dit si les éléments de réserve apportés sont favorables, les réserves seront levées. Pour ce genre, oui ! Mais je dois préciser qu’il y a deux types de réserves. Il y a des réserves qui portent sur les filières et des réserves qui portent sur des établissements. Au regard de la loi, les réserves qui portent sur des établissements, sauf instruction particulière ou ultime ou reprise des textes qui régissent les établissements privés, je ne vois pas ce qui est possible. On a réservé un établissement par exemple dont le promoteur est agent permanent de l’Etat pour qu’il nous apporte la preuve du contraire. S’il ne peut pas apporter la preuve du contraire, il viole les textes qui disent que vous ne pouvez pas être à gauche et à droite. Face à ça, on n’a pas autre chose à faire que de faire respecter les textes si on est républicain ou citoyen. Voilà des cas à traiter par la Commission d’agrément, la Commission du contentieux et le Conseil Consultatif.

Des vœux pour cette nouvelle année à la communauté universitaire privée ?

Je voudrais commencer par le premier des citoyens, le Président de la République pour lui souhaiter mes bons vœux de bonne santé, de courage, d’abnégation à lui, à sa famille et à tout son gouvernement, car lorsqu’on a une petite parcelle de pouvoir, les enjeux, les intrigues, les problèmes sont monstres. Et lorsqu’il s’agit de gérer un Etat, c’est encore davantage plus compliqué. Dieu lui donne la sagesse nécessaire pour conduire le pays à bon port tel qu’il est en train de le faire. Je voudrais ensuite dire mon admiration et tous mes bons vœux à ma patronne, madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et demander que Dieu renforce et revitalise sa santé afin que le travail républicain qui est le sien, auquel elle s’adonne avec autant d’opiniâtreté, de volonté et d’engagement, que le Seigneur puisse la soutenir dans ça et à tout le reste, à tout le monde, je voudrais simplement souhaiter que nous soyons en bonne santé, travailler pour le développement de ce pays, la seule chose que nous avons en commun. Je voudrais enfin souhaiter à chacun, à chacune et à tous, qu’à défaut d’être une étoile au ciel, nous puissions dans nos domaines respectifs travailler pour être une lanterne sur terre pour faire jaillir la lumière partout où nous sommes.

Propos recueillis par Romuald D. LOGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.