Professionnalisation des offres de formation pour une économie stable et durable : Les premières lignes de la renaissance de l’EFTP écrites

Structurer un échange productif sur les orientations et options stratégiques de relance de l’Enseignement et la Formation Technique et Professionnelle (EFTP) au Bénin dans la perspective d’une validation de la version pré finale du projet de stratégie et de l’avant-projet de la loi-cadre de l’EFTP.

C’est-là tout l’intérêt de la table ronde technique sur la professionnalisation de l’Enseignement et la Formation Technique et Professionnelle tenue du 20 au 30 juillet dernier à Azalaï Hôtel de la plage à Cotonou. Retour sur les temps forts de cette messe de l’Enseignement et la Formation Technique et Professionnelle (EFTP).

A cette messe de l’Enseignement et la Formation Technique et Professionnelle (EFTP) célébrée autour du thème : « La formation au service de l’entrepreneuriat et de l’essor d’une économie stable et durable », les fidèles participants composés de décideurs politiques ; de membres du corps diplomatiques accrédités au Bénin ; de porteurs d’expériences et d’expertises dans l’EFTP du public comme du privé ; de partenaires techniques et financiers ; d’investisseurs du secteur privé, représentants d’institutions à caractère scientifique et social ; d’enseignants ; d’acteurs des chambres de métiers ; de partenaires sociaux ; d’hommes de métiers ; de patrons et promoteurs d’initiatives techniques et professionnelles, sont venus des quatre coins du Bénin et du monde pour enrichir les débats autour des communications inscrites au programme de cette table ronde technique.

De la cérémonie d’ouverture de la table ronde technique …

Mettre le système ‘’Enseignement et Formation technique et Professionnelle ‘’ au rythme des nouvelles exigences du marché de l’emploi et inverser la courbe vertigineuse inquiétante du taux de chômage au Bénin. C’est bien là la priorité des priorités du gouvernement de la Rupture qui dit s’employer depuis l’adoption et la vulgarisation du Programme d’Actions du Gouvernement, à en croire le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement qui a conduit une forte délégation ministérielle composée des ministres sectoriels Kakpo Mahougnon (Ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle) et Modeste Kérékou (ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion de l’Emploi) à la cérémonie d’ouverture des assises de Azalaï Hôtel. En s’appuyant sur la situation diagnostique du secteur présentée dans son discours de bienvenue par Jean-Pierre Bio Yara, Directeur de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Abdoulaye Bio Tchané a, au nom du gouvernement, invité les participants dans son discours d’ouverture, à l’opiniâtreté en vue d’inventer de solutions innovantes pour réveiller le secteur EFTP de son profond coma. Après la cérémonie officielle d’ouverture de la table ronde présidée par le numéro 2 du gouvernement, place aux communications.

Bref aperçu des communications …

Six communications ont meublé les échanges pendant ces 48heures d’intenses activités intellectuelles. En sa qualité de Directeur Général des Politiques de Développement au ministère du Plan et du Développement, Magloire Aguessy a conduit la « place de l’EFTP dans les objectifs du développement 2018-2025 ». A sa suite, Jacques Aguia Daho, Conseiller Technique chargé du suivi des Réformes et des Projets du Ministère des Enseignements Secondaires, Technique et de la Formation Professionnelle. Il a entretenu les participants sur l’Orientation stratégique 1 du projet de stratégie. Il sera suivi de Jean-Pierre Bio Yara, le DETFP dont la communication a porté sur l’Orientation stratégique 2 du projet de stratégie. Quant à l’Orientation stratégique 3 du projet de stratégie, il a été présenté par le Directeur de la Programmation et de la Prospective du Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle (MESTFP), Arsène Koffi Zocli. « Le contenu de l’avant-projet de la loi-cadre » a été présenté par Eliane Bada, Conseillère Technique Juridique du MESTFP tandis que Eric Hountongbé, Chargé des Politiques Sectorielles au Ministère du Plan et du Développement a assuré la communication qui porte sur « les grands programmes structurants découlant de la stratégie ». Les communications ont ensuite laissé place aux panels. Justement, parlant de panels, la table ronde en a connu cinq.

Focus sur les panels …

A la suite des débats sur les communications, cinq panels ont été constitués et animés en séance plénière. « Partenariat Public Privé : points d’attention et rôle des acteurs dans l’axe 5 du projet de stratégie » ; « Articulation des dispositifs de formation et insertion professionnelle dans les axes 1, 2 et 3 » ; « Mutualisation des ressources et approches innovantes de l’ETFP dans l’espace régional » ; « Portage politique de l’ETFP » et « Appui à l’ETFP : Points d’attention et perspectives », constituent l’ossature des panels suivis de riches débats sous la modération du Dr Gilles Yekpon. Les panels ont ensuite laissé place aux travaux en ateliers dénommés pour la circonstance séminaires-ateliers.

Du point des séminaires-ateliers …

« Synergie d’actions dans la mise en œuvre de la stratégie : intersectorialité et partenariat secteur public-secteur privé » ; « Modalité de financement de la stratégie » et « Partenariat Public Privé dans l’avant-projet de la loi-cadre » ont occupé dans les après-midis les participants qui se sont remués les méninges pour proposer à leurs pairs d’intéressantes conclusions assorties de recommandations.

De la cérémonie de clôture …

C’est le ministre Mahougnon Kakpo en personne qui est venu présider la cérémonie de clôture de la table ronde en lieu et place de son collègue d’Etat du Plan et du Développement empêché. Il avait à sa droite, l’ambassadrice du Venezuela qui a participé de bout en bout aux travaux et à sa gauche, le Chef de file des PTFs, la représentante de l’UNESCO Abuja qui a fait forte impression par ses contributions lors des travaux que ce soient en panels, en ateliers ou lors des communications. Séduit par la qualité des travaux et des recommandations qui sanctionnent les débats, le ministre Mahougnon Kakpo, a laissé entendre que « la présente table ronde est une étape, mais elle n’est pas la dernière dans le processus. Nous n’avons pas le droit de dormir sur nos lauriers, parce que nos femmes ainsi que notre jeunesse tutoient dangereusement la précarité. Nous n’avons pas le droit d’être lent dans l’action pendant que notre économie en plein essor est à la recherche d’un capital humain bien formé, un capital humain de pointe. A cette approche inclusive de travail qui vise à bâtir un nouvel écosystème de l’Enseignement et de la Formation Technique et Professionnelle, nous allons associer une promptitude à tous points dans la réaction. » Le défi de la table ronde technique relevé, un autre à gagner, reste celui de la table ronde de levée des fonds.

Recommandations

Les participants à la table ronde technique des 29 et 30 juillet derniers ont formulé les recommandations dont voici l’intégralité.
1. Clarifier les rôles du secteur privé dans la stratégie de l’EFTP ;
2. Impliquer le secteur privé et les professionnels dans la mise en œuvre de la stratégie de l’EFTP (depuis la conception des programmes jusqu’à l’insertion des formés) ;
3. Accélérer la mise en place du cadre de certification ;
4. Mettre un point d’attention sur la prise en compte du volet Alphabétisation dans la stratégie de l’EFTP ;
5. Intégrer le numérique dans les dispositifs de formation de l’ETFP ;
6. Prioriser la collaboration avec les professionnels organisés (groupements, faîtières) dans la mise en œuvre de la formation par alternance ou formation duale ;
7. Elaborer et adopter dans un temps relativement court les textes d’application relatifs à la stratégie et la loi-cadre de l’EFTP ;
8. Privilégier l’approche de mutualisation des ressources aux niveaux national et sous-régional pour la formation dans l’EFTP ;
9. Définir clairement l’approche de financement de la stratégie ;
10. Réviser la loi sur la décentralisation pour l’implication des mairies pour faciliter le financement de la stratégie de l’EFTP ;
11. Mettre en place un dispositif centré sur l’apprenant du début jusqu’à l’insertion professionnelle ;
12. Mettre à contribution de façon plus substantielle les ressources propres de l’Etat dans le financement de la stratégie de l’EFTP (+ de 28%) ;
13. Créer des unités de production efficientes au sein des lycées et centres de formation pour leur autonomisation ;
14. Faciliter la mise en place des projets clés en mains avec le secteur privé ;
15. Créer les conditions favorables/mesures incitatives pour le financement des programmes de formation des personnes physiques et/ou morales par les banques et les systèmes financiers décentralisés ;
16. Créer les conditions favorables pour la consommation des produits locaux provenant des unités de production de nos centres de formation et artisans locaux ;
17. Mettre en place un dispositif de suivi pour la mobilisation de ressources sur la base du plan de financement de la stratégie de l’EFTP ;
18. Supprimer les taxes sur masse salariale.

Romuald LOGBO

 

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.