Covid-19/Affrontements entre policiers et étudiants à l’UAC : Dieu-donné Théophile Djaho passé de vie à trépas

Il ne pourra plus poursuivre ses cours en première année de Géographie à l'université d'Abomey-Calavi.

Il vient de s'éteindre en succombant aux coups reçus dans les affrontements entre policiers et étudiants. Divisés autour de la poursuite ou non des cours à l'université pour raison de la propagation du virus Covid-19, les étudiants et forces de sécurité publique ont été les auteurs d'une échauffourée ce jour qui aura coûté la vie à ce jeune étudiant. A l'origine de ce mouvement d'humeur qui a fait des interpellations dans le rang des étudiants, la volonté affichée du premier responsable de la Fédération Nationale des Etudiants du Bénin à faire échec au cours à cause du risque élevé de contamination du Coronavirus dans le souci de protéger ses camarades étudiants contre cette pandémie qui secoue actuellement le monde. Depuis le lundi 23 mars donc, les étudiants sont systématiquement renvoyés des amphithéâtres pour minimiser les risques de la propagation du virus, selon le premier responsable de la FNEB. Seulement, au lendemain du communiqué du président de la FNEB appelant à la suspension temporaire des cours, certains enseignants ont renoué avec les cours. Ceci n'a pas été du goût d'un groupe d’étudiants visiblement déçus. Joint au téléphone par la rédaction de Educ’Action pour avoir plus de précisions sur les raisons de l'échauffourée ayant nécessité jets de gaz lacrymogènes, Isaac Adjidjan, secrétaire général de la FNEB se confie : « depuis hier, nous avons commencé à sensibiliser nos camarades sur les risques en venant au cours tout en leur conseillant de rester chez eux à cause de ce virus dont le contrôle échappe jusqu'à ce jour aux grandes puissances. Ce matin, des enseignants ont programmé des cours. Nous avons décidé de les sortir des amphithéâtres pour les  sensibiliser sur le danger qu’ils courent en participant aux activités académiques. Mais la police républicaine est venue arrêter le 2ième vice-président de la Fédération et deux de nos camarades. Nous avons pacifiquement voulu négocier leur libération. Mais elle a échoué. Finalement, le 2ième vice-président a recouvré sa liberté pendant que deux des nôtres sont toujours gardés par la police ». De sources rectorales, des mesures préventives contre la pandémie ont été prises par le Recteur et son équipe. Lesquelles mesures trouvent leur ancrage dans celles gouvernementales issues des deux derniers Conseils des Ministres.

Enock GUIDJIME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.