Rentrée académique 2019-2020 à l’UAC : Sous le signe d’une consultation permanente des partenaires sociaux pour relever les défis

 

Chaque nouvelle rentrée académique rime à l’exposition de nouvelles initiatives pour l’avenir, mais aussi celle de réflexion sur les actions entreprises par le passé. C’est la tradition à l’Université d’Abomey-Calavi qui a procédé, le lundi 28 octobre 2019, dans l’amphithéâtre Idriss DébyItno, au lancement de la rentrée académique 2019-2020 devant l’ensemble des acteurs de la communauté universitaire.

 

La météo n’a pas coopéré pour la tenue de la traditionnelle procession des enseignants en toges certes, mais la rentrée solennelle de l’année académique 2019-2020 a réuni plus que par le passé, l’ensemble des acteurs de la communautaire universitaire autour de l’équipe rectorale de l’Université d’Abomey-Calavi. Enseignants, étudiants, personnel administratif technique et de services étaient au grand complet pour le lancement de cette rentrée académique qui consacre le démarrage officiel des activités pédagogiques à l’Université d’Abomey-Calavi. A cette tradition de célébration de la nouvelle année académique, une trentaine d’enseignants ont affiché un certain dévouement dans la transmission du savoir aux étudiants au fil de trente (30) années de services dans différents domaines de l’enseignement et de la recherche ont été célébrés. Appelés à faire valoir leurs droits à la retraite cette année, ces universitaires ont reçu un parchemin de félicitations pour les loyaux services rendus à l’Université d’Abomey-Calavi sous les hourrahs de la communauté universitaire. « Je souhaite que des dispositions soient prises à la hauteur du vide que ces départs vont créer... Cela nous oblige à relever le défi de recruter en nombre suffisant pour faciliter la formation de nos apprenants et de nos apprenantes », a souligné Maxime Da Cruz, Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi pour attirer l’attention de l’assemblée sur la préoccupation du vide qui se pointe à l’horizon avec le départ à la retraite de ces enseignants avant d’ajouter : « l’équipe rectorale et moi, nous nous engageons à inscrire notre démarche dans la consultation permanente de nos partenaires sociaux et des différents responsables des entités, des écoles et des instituts de l’UAC pour toute question en rapport à la vie de notre institution commune. C’est un engagement et il sera tenu. Nous ne pouvons passer sous silence les différentes réformes touchant à la vie de notre institution. Je peux, au nom de l’équipe rectorale, vous rassurer de ce que les discussions se poursuivent avec la ministre pour la sauvegarde des acquis, fruit des luttes de toute la communauté universitaire. Les élections des responsables des institutions universitaires sont perçues comme le signe de la vitalité démocratique et ne plus élire les responsables serait perçu comme un recul ». Au nom de l’autorité ministérielle qu’il représente, Josué Azandégbé, Directeur adjoint de cabinet du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a également réitéré sa gratitude aux nouveaux retraités pour les sacrifices consentis dans la formation de la relève. « Le gouvernement de Patrice Talon est conscient du grand vide que créent, depuis quelques années, ces départs massifs de ressources humaines pétries d’expériences. C’est pourquoi, chaque année, on s’emploie à recruter de nouveaux enseignants pour en amoindrir les souffrances. On vous donnera de très bonnes nouvelles cette année », a promis le Directeur adjoint de cabinet pour rassurer le recteur de l’UAC par rapport à ces inquiétudes.

Rentre acadmique 2019 2020 lUAC 03

Photo de famille des enseignants admis à la retraite avec l’équipe rectorale

La valorisation des agroressources au cœur de la conférence inaugurale

« Valorisation des agroressources au Bénin : Vers quelle stratégie de développement ? » C’est le thème de la conférence inaugurale de la rentrée académique solennelle 2019-2020 a l’Université d’Abomey-Calavi. A la présentation, le professeur Mohamed Soumanou de l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC). Selon le communicateur, le Bénin regorge d’une diversité non négligeable en matière d’agroressources valorisables qui peuvent être utilisées pour atteindre l’autosuffisance alimentaire et énergétique. Cependant, souligne-t-il, malgré l’existence de technologies innovantes de valorisation des agroressources, le développement tant souhaité dans ce domaine tarde à prendre son envol. Le professeur Mohamed Soumanou évoque quelques raisons : « les difficultés résident, entre autres, dans la non-valorisation à l’échelle industrielle des résultats de recherche. A cela s’ajoutent les problèmes liés à la protection des droits d’auteurs. En vue de développer le secteur de façon harmonieuse, le communicateur suggère l’implication du monde industriel dans le financement et le copilotage des projets de recherche. A l’endroit de l’Etat, il l’invite à la mise en place d’actions orientées dans la consommation de produits locaux.

Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.