Formation dans le domaine de l’eau, hygiène et assainissement : Les parties prenantes du Master MAREMA mobilisées

 

«La plupart des activités que nous menons se sont concentrées sur la problématique de l’eau en milieu rural et l’on a occulté les problèmes liés aux activités entropiques, surtout dans les grandes villes où se concentrent les problèmes de tous genres : assainissement, urbanisation accrue, etc., sans que l’on ait des spécialistes pour régler les problèmes spécifiques à ces grandes villes et métropoles d’Afrique.

Chaque fois que le problème se pose, on est obligé de faire recours à une expertise externe, qui, à son arrivée, fait recours à une expertise interne qui n’existe pas sur le terrain. C’est ce vide qu’on a voulu combler et qui a abouti à la mise en place de cette offre de formation ». C’est par ce constat que le professeur Mama Daouda, Directeur de l’Institut National de l’Eau (INE), a planté le décor de cette table-ronde des parties prenantes dans l’effectivité du Master régional Ressources en Eau et Risques Environnementaux dans les Métropoles Africaines (MAREMA). Réunis le mercredi 16 octobre 2019 au Campus Numérique Francophone de Cotonou (CNFC), représentants d’entreprises, scientifiques, partenaires, étudiants et enseignants ont eu l’occasion de découvrir les enjeux de cette nouvelle offre de formation de l’INE. Ouvrant le bal des communications, Mama Daouda a fait l’historique de l’offre de formation et a présenté ses ambitions après avoir parcouru la genèse de l’INE. Avec sa dimension régionale, le MAREMA couvre cinq universités dans trois pays que sont le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Cameroun avec l’appui scientifique et technique d’autres universités européennes et de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). A en croire le Directeur de l’INE, après une première année dans chacune des universités avec un programme de formation semblable, les étudiants peuvent poursuivre la deuxième année de Master en choisissant l’une des cinq spécialités suivantes, chacune étant offerte par une université dont l’INE de l’UAC : ressources en eau et évaluation environnementale et traitement, ressources en eau et risques en milieux urbains et périurbains, ressources en eau et usages en milieux urbains et périurbains, ressources en eau et aménagement en milieux urbains et périurbains et, enfin, ressources en eau et pollution en milieux urbains et périurbains. Pour discuter de l’employabilité des étudiants inscrits à ces offres de formation, l’honneur est revenu à Jérôme Djegui, Consultant en insertion professionnelle de présenter le rapport sur l’employabilité dans le secteur de l‘eau. Point focal MAREMA à l’INE, Docteur Mathieu Hounsou a présenté le contenu de l’offre de formation de l’UAC ainsi que celles des quatre autres universités partenaires. « Apport des outils numériques à la formation » est le thème animé par Stéfano Amékoudi, Directeur du CNFC, représentant de l’AUF au Bénin. Dernier à prendre la parole, Léonide Atindéhou, a partagé l’expérience de SETEM-Bénin en matière d’accueil des étudiants en stage tant professionnel qu’académique. A l’occasion de la cérémonie de clôture de l’évènement, Stéfano Amékoudi a salué l’engagement des participants à faire de cette offre de formation une réussite tout en renouvelant l’engagement des partenaires à accompagner l’initiative.

Adjéi KPONON

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.