Fin du nouveau moratoire donné par l’Intersyndicale pour une sortie de crise : Les issues de la fumée blanche toujours bouchées, l’Intersyndicale en AG demain

«Suspension signifiée aux structures du ministère de tutelle, de toute participation aux activités du dialogue social à l’exception de celles dont l’objet porte sur la reprise des élections dans les UNB ; l’appel à tous les enseignants du Supérieur et aux structures syndicales d’entité à limiter leur collaboration avec les nouveaux Chefs d’établissements nommés et représentant le Gouvernement dans nos entités pour éviter toute confusion et compromission s’agissant surtout des questions de gestion sensible.

Par contre tous les collègues enseignants sont invités à continuer de s’acquitter avec le plus grand zèle possible, exclusivement de leurs activités pédagogiques à savoir : enseigner, évaluer et délibérer sans ignorer les travaux de recherche ». C’est l’essentiel à retenir, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, du mot d’ordre lancé par l’Intersyndicale des UNB au lendemain de l’échéance du premier moratoire donné au gouvernement dans sa stratégie de riposte. C’est dire donc que l’Intersyndicale n’entend ni capituler, ni abdiquer face à ce qu’elle qualifie de passage en force du gouvernement. Pour le moment, il est à retenir que le torchon continue toujours de brûler entre les deux parties, chacune campée sur sa position. Une attitude qui bouche les issues de la fumée blanche. « Tout en redisant son ouverture au dialogue, l’Intersyndicale des UNB réaffirme qu’elle désapprouve avec la grande fermeté la suspension des élections dans les UNB et les nominations en cascade des responsables académiques comme l’histoire nous l’indique. Les enseignants du Supérieur n’ont d’autres choix que de poursuivre la lutte afin de sauvegarder l’honneur et la respectabilité de l’enseignement du Supérieur face à la posture de passage en force du gouvernement qui s’est donné comme objectif de liquider contre vents et marrées la démocratie universitaire et ainsi ouvrir la voie à l’ingérence du politique dans les affaires académiques quotidiennes », peut-on également lire dans ce communiqué en date du 19 février 2019 et qui a requis l’onction de tous les Secrétaires Généraux des syndicats des UNB. Le même communiqué précise par ailleurs qu’ « un train de mesures et d’actions est déjà conçu pour être déroulé immédiatement » après l’expiration du nouveau moratoire accordé au gouvernement et qui a échoué le mois de février. Prenant conscience de cette échéance, une nouvelle Assemblée Générale extraordinaire est convoquée pour demain mercredi 06 mars 2019. Le point des activités menées pendant la période du moratoire accordé au gouvernement et la définition du plan d’actions pour de payantes stratégies, constituent les deux points, objets des débats, apprend-on de sources proches de l’Intersyndicale des UNB.

Romuald D. LOGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.