6ième édition de la Semaine du Monde Professionnel à l’UAC : Vers de solutions innovantes pour l’employabilité des jeunes

Formation et insertion socioprofessionnelle des jeunes diplômés : Rôle et défis des universités et des entreprises. C’est le thème au cœur de la 6ième édition de la Semaine du Monde Professionnel, ouverte lundi dernier par une caravane et officiellement lancée à l’Amphi Idriss Déby Itno le mercredi 21 novembre 2018 en présence du corps d’encadrement de l’UAC, de gouvernants, de partenaires stratégiques et des étudiants.

 

Il n’échappera à personne, en tout cas au Bénin que le problème du sous-emploi a atteint des proportions très importantes et assez inquiétantes qui ne peut laisser personne indifférente. Face à cette cruciale problématique qui est devenue un sujet majeur pas seulement pour les jeunes mais aussi pour toutes les couches de la société, il s’impose des réflexions pour endiguer le mal. Au Bénin, les gouvernants successifs à l’instar de leurs pairs de la sous-région, tentent vainement d’y trouver une solution durable. Même s’ils en font leur cheval de bataille, force est de constater que cela n’a pas encore eu tout l’impact positif qui est attendu auprès des intéressés que sont principalement les jeunes diplômés en quête d’un premier emploi et d’un emploi durable. Cet échec relatif s’explique en partie par plusieurs facteurs dont les plus essentiels ont été rappelés au lancement de la Semaine du Monde Professionnel (SEMOP).

De la cérémonie d’ouverture …

Dans son discours de lancement, Maxime da Cruz, Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, reconnaîtra que la problématique de l’insertion des jeunes diplômés de l’Université, demeure préoccupante au regard des multiples difficultés à accéder à un emploi. « Les jeunes issus de l’Enseignement Supérieur sont réellement confrontés à des problèmes d’insertion professionnelle, plus ou moins conséquents au diplôme, au cursus et à la filière de formation mais surtout à l’environnement. Traiter de l’insertion professionnelle des jeunes issus de l’Enseignement Supérieur, nécessite donc d’en identifier les différents freins et obstacles en prenant en compte la diversité de la situation des jeunes et en intégrant à la réflexion, la temporalité de l’insertion professionnelle et sa réalité à court et moyen terme ». Pour le Recteur Maxime da Cruz « il s’agit de tout mettre en œuvre pour améliorer les conditions de l’insertion professionnelle de ces jeunes. Cela suppose de rapprocher le monde de l’éducation et celui du travail, de concevoir la formation initiale sous l’angle des exigences du marché du travail. Cela implique également de repenser complètement les moyens d’accès à un premier emploi et au-delà, de rechercher les réponses propres à permettre une insertion rapide et durable dans des emplois de qualité ». Prenant la parole au lancement de la SEMOP en lieu et place du Maire en mission hors du territoire national, Julien Honfo, le 2ème Adjoint au Maire de la Commune de Calavi, a réitéré aux autorités rectorales l’engagement du conseil communal à soutenir toute initiative à l’image de la SEMOP s’inscrivant dans la dynamique de résorption de l’épineuse question de chômage des jeunes diplômés de l’université implantée sur son territoire. « La 6ième édition de la SEMOP est une œuvre de la volonté des autorités de l’UAC de travailler en synergie d’actions avec les entreprises pour faciliter l’insertion professionnelle à nos apprenants. La Mairie d’Abomey-Calavi ne ménagera aucun effort pour soutenir toutes stratégies d’insertion socioprofessionnelle des apprenants qui s’effectuera sur son territoire, voire au-delà », a-t-il promis. « Les jeunes bacheliers qui entrent maintenant dans les universités, ressortent très souvent diplômés sans qualification professionnelle pertinente en rapport à l’offre globale d’emploi, laquelle est elle-même largement inférieure à la demande », constate à son tour, le Professeur Ann Floken, Conseillère technique à la recherche, à l’innovation technologique et aux relations avec les établissements privés, illustrant le diagnostic fait par le Recteur Maxime da Cruz, dans son mot de bienvenue et de lancement de la SEMOP. « A l’heure actuelle, les diplômés du Supérieur estiment souvent ne pas avoir un emploi en rapport avec leur qualification que les autres jeunes qui sont sortis des niveaux inférieurs à savoir le Primaire ou le Secondaire. C’est quand même un paradoxe que plus on fait d’études et moins on se sent employable à la sortie. Et c’est ce paradoxe que nous allons mettre tous nos efforts à juguler », a rassuré le Pr Ann Floken, représentant le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Marie-Odile Attanasso. Six jours durant (du 19 au 23 novembre), les réflexions se sont focalisées sur le thème central. Différentes communications gravitant autour du thème ont nourri les échanges devant un gratin d’universitaires et d’étudiants. Une conférence inaugurale portant sur le thème central de la SEMOP et animée par d’éminents panélistes, spécialistes des questions de chômage des jeunes, du sous-emploi et de l’inadéquation formation-emploi, a mis fin au lancement officiel de la SEMOP meublée de diverses communications thématiques.

Le prsidium louverture de la SEMOP

Le Recteur et ses hôtes pour la coupure du ruban du village de la SEMOP

Aux communications …

« L’innovation, l’ingénierie, l’informatique à l’ère du numérique ». C’est l’une des communications qui ont meublé les six jours de la Semaine du Monde Professionnel (SEMOP). Animée par le Professeur Michel Bezy, cette conférence publique qui a eu pour cadre l’amphi Amoussouga Géro a été organisée à l’endroit des boursiers du Programme Master card, des étudiants de l’Institut de formation et de recherche en informatique (Ifri) et autres étudiants venus se nourrir des informations sur le numérique. Il en est de même pour plusieurs autres communications spécialisées animées simultanément dans d’autres amphis du campus universitaire d’Abomey-calavi.

De la visite des stands …

Après le lancement de la SEMOP, les officiels ont ouvert le village et fait le tour des stands. Plus de cinquante établissements de formation du Supérieur du public comme du privé et des entreprises ont offert, sur place, leurs services aux étudiants et visiteurs. Occasion pour le Recteur Maxime da Cruz et ses hôtes de constater l’animation du village par des étudiants dont certains ont été surpris en train de négocier des stages professionnels rémunérés avec des entreprises venues offrir sur place diverses prestations.

Romuald D. LOGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.