Polémiques autour des 30heures attribuées aux pré-insérés : Entre clarifications et justifications, Mahougnon Kakpo annonce des mesures sociales

 

Face à la presse locale cet après-midi dans les locaux de son département ministériel, Mahougnon Kakpo, ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle apporte des clarifications au sujet des 30 heures par semaine, assignées aux pré-insérés et qui défraie actuellement la chronique.

 

Sans langue de bois et dans un franc-parler, l'autorité ministérielle renseigne et soutient que cette décision est prise pour résoudre deux problèmes phares qui persistent depuis bien des années, dans le secteur de l'Education au Bénin.

Il s’agit du problème relatif au déficit d’enseignants et la qualité de l’enseignement qui est dispensé. A en croire l’autorité ministérielle, la mise à disposition des enseignants pré-insérés est un début de solution à l'éternelle question de pénurie des enseignants dans le sous-secteur du Secondaire. Malgré l'injection de cette catégorie d'enseignants dans le système pour gagner le pari de la pénurie, force est de constater que certaines disciplines essentielles dont le Français, les Mathématiques et les PCT restent toujours orphelines. « Comment faire face à ces situations sans continuer de porter une atteinte à la qualité de l’enseignement ? C’est pour cela que le gouvernement a décidé d’augmenter le quota horaire des enseignants aspirants afin que les classes qui auraient dû rester sans enseignants puissent en trouver », a expliqué Mahougnon Kakpo.

De même, poursuit-t-il, cette décision fera appel à la pratique de la bivalence ou de la polyvalence dans le rang de certains enseignants qui seront invités à ajouter à leur matière principale, des matières connexes. Ceci, dans le but de combler le vide créé par le déficit d’enseignants. « C’est un effort supplémentaire qui est demandé, mais nous devons préciser que ce n’est pas sans contrepartie de la part du gouvernement », a souligné l’autorité ministérielle.

En termes de contrepartie, le gouvernement s’engage, selon Mahougnon Kakpo, à prendre en charge, la part de ces enseignants qui seront déclarés à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale. Aussi, a-t-il décidé d’accorder une prime d’éloignement allant de 5% à 10% aux enseignants aspirants qui auront accepté de servir dans un département autre que celui dans lequel ils ont initialement été retenus. L’objectif du gouvernement en signant ce nouveau contrat avec cette catégorie cible d'enseignants est de sortir les enseignants aspirants de la précarité, aux dires du ministre. « Ce contrat proposé par le gouvernement, demeure une proposition », insiste le ministre qui précise par ailleurs qu'ils ont la liberté d'y souscrire avec un quota horaire de 30 heures ou de choisir de rester dans la veine de la prestation en heure de vacation.

 

Estelle DJIGRI

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.