Reprise des cours après les congés des fêtes : Élèves avec des tresses extravagantes et coiffures fantaisistes renvoyés des classes

 

Le 2ème devoir du premier semestre pour le 27 Janvier 2020

Premier jour de reprise des cours après les congés de fêtes de fin d’année, les élèves des CEGs publics ont été situés à nouveau sur le règlement intérieur des établissements et ramenés à l’ordre par les surveillants.

Par la même occasion, ces élèves sont invités à se préparer pour le second devoir du premier semestre. C’est le constat effectué sur place par une équipe de reportage de Educ’Action.

Nous sommes le lundi 06 Janvier 2020, premier jour de classe dans les écoles et collèges après les congés de fêtes de fin d’année. Si nombre d’élèves n’ont pas encore compris que les fêtes sont finies et qu’ils faillent reprendre avec les cours pour assurer de bons résultats à la fin de l’année, les surveillants des établissements publics se sont chargés de le leur expliquer. A 8 heures au CEG Sainte Rita, alors que des camarades à eux sont en train de renouer avec les cours, certaines filles se voient obliger de rebrousser chemin pour se mettre à jour vis-à-vis du règlement intérieur de l’école. Approchée, Nina, élève en classe de 5ème explique les raisons pour lesquelles elle doit retourner chez elle. « On nous a interdit l’accès dans l’école parce que nous avons mis des mèches sur la tête. Ce que nous ne devons pas faire en temps normal». Ce renvoi des filles porteuses de mèches a été effectif dans tous les établissements publics sillonnés le jour de reprise des classes. Du CEG Sainte Rita où le constat a été fait passant par le CEG le Nokoué, le CEG Zogbo et ailleurs, les surveillants se sont chargés de mettre de l’ordre dans les classes. Et pour cause : « le règlement intérieur des établissements publics est bien clair et précis. Pas de mèches, pas de coiffures extravagantes dans l’enceinte des CEG. Par contre, l’élève peut se tresser avec ses propres cheveux. Alors, quand une élève vient à l’école avec des mèches sur la tête, on n’attend même pas qu’elle accède au collège avant de la renvoyer », a rappelé de façon délicate Zacharie Hounsa, censeur au CEG le Nokoué. Même son de cloche au CEG Sainte Rita. « On ne peut pas prétexter d’une fête et venir avec des mèches à l’école alors que le règlement est clair sur la question », a fait observer Alfred Tiomon, surveillant général adjoint du CEG Sainte Rita qui renseigne avoir été très strict sur la question des mèches dans la matinée du lundi 06 Janvier. « Déjà à 6 heures 30 minutes, j’étais positionné devant l’école. J’ai renvoyé toutes les filles qui portaient des mèches sans exception. Il y a même un parent qui m’a supplié de les laisser pour le compte de cette journée, mais mon refus fut catégorique. Après les fêtes, elles ont eu trois jours pour se conformer au règlement intérieur, mais elles ne l’ont pas fait et connaissant les enfants, si vous les autorisez pour un premier jour, elles le referont après. Même les garçons qui se sont permis de teinter les cheveux en ont eu pour leur compte », a expliqué le surveillant du CEG Sainte Rita. A la question de savoir pourquoi les tresses sont interdites dans les établissements publics, le surveillant Alfred Tiomon répond que « ces tresses participent au harcèlement dans les écoles. Nous voulons éviter le harcèlement sexuel dans les écoles. On ne peut vouloir une chose et son contraire. Les enfants peuvent provoquer de par leur habillement et tresse. Voilà pourquoi on interdit les petites robes et les tresses extravagantes. Quand les robes ne dépassent pas les genoux, on interdit l’accès aux élèves et les pantalons slims sont interdits côté masculin aussi ». Pour cette reprise, les élèves sont déjà fixés sur les prochaines évaluations dans le public.

Le second devoir prévu pour le 27 janvier dans le public …

Du lundi 27 au 31 janvier 2020, les élèves du public vont être évalués sur les connaissances acquises au cours des dernières semaines. Cette évaluation s’inscrit dans le cadre du calcul des moyennes du premier semestre. Pour l’heure, les cours se déroulent bien à en croire les enseignants rencontrés. Invités à apprécier le rendement des apprenants dans le premier devoir, ils ont préféré gardé le suspens.

Estelle DJIGRI

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.