Un an après l’interdiction des TD payants au Secondaire : Les acteurs de l’école entre respect de la décision et recherche d’alternative

Au cours du conclave gouvernemental hebdomadaire en date du 30 août 2017, Lucien Kokou, alors Ministre en charge de l’Enseignement Secondaire avait soumis à l’appréciation de ses collègues, la décision selon laquelle les Travaux Dirigés payants ne seront plus permis dans les établissements secondaires d’enseignement public.

Un an 3 mois déjà que cette décision a été entérinée par le Conseil des ministres et les acteurs des différentes écoles parcourues par une équipe du journal Educ’Action s’en attentionnent comme la prunelle de leurs yeux. Si au niveau des établissements primaires d’enseignement public, les Travaux Dirigés perdurent avec la complicité des parents d’élèves, c’est tout le contraire dans le sous-secteur des Enseignements Secondaires qui relèvent aussi du giron de l’Etat. Dans toutes les écoles sillonnées par l’équipe de reportage de Educ’Action à Cotonou et environs, les Travaux Dirigés payants ne s’organisent plus. Interrogés devant le portail du CEG Gbégamey pour savoir si les TD payants se poursuivent dans leur collège, un groupe d’élèves répond en chœur en ces termes : « Non, il n’y a pas de TD payants ici. On fait les TD, mais on ne paye rien ». Leurs camarades des CEG« Le Nokoué » et « Zogbo » approuvent cette réponse. Suivant le recoupement des propos recueillis sur le terrain, dans les encablures du CEG Zogbo, des TD sont organisés par d’autres structures pour permettre aux apprenants de s’exercer, mais ce ne sont pas les professeurs du collège qui le font. Au CEG le Nokoué, pour le moment, aucun TD n’est organisé, mais selon les acteurs rencontrés, ils ne savent pas si à l’approche des examens cela pourrait resurgir.

Enock GUIDJIME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.