Pierre Chanou, D/INFRE à propos des cours à distance sur les radios : « Environ 1.708.617 apprenants sont impactés, soit 78,3% de l’effectif du Primaire »

 

Plusieurs initiatives éducatives ont vu le jour au lendemain de la détection de cas de Covid-19 au Bénin.

Comme dans le cas de la plupart des pays touchés, de nouvelles stratégies pédagogiques ont été inventées pour le maintien à niveau des apprenants. Le Bénin n’est pas resté en marge de ces initiatives. Au nombre de celles-ci, les cours à distance organisés sur certaines radios au profit des apprenants du primaire. Pourtant, cette initiative reste inconnue de la cible. Pour comprendre l’intérêt, l’importance et l’opérationnalisation de la délivrance des enseignements/apprentissages via les radiodiffusions locales, Educ’Action a rencontré pour ses lecteurs, Pierre Chanou, directeur de l’Institut National pour la Formation et la Recherche en Education (INFRE). Entretien !

Educ’Action : Le Ministère des Enseignements Maternel et Primaire a initié les cours à distance au profit des écoliers de CI au CM2 en cette période de crise sanitaire. Quel est le but visé par ces cours à distance ?

Pierre Chanou : Face à la propagation de la maladie à Coronavirus (Covid-19), le Ministère des Enseignements Maternel et Primaire a sollicité un appui de l’UNICEF et de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), pour développer et diffuser des supports éducatifs dans le but de permettre le maintien des apprentissages via la radio scolaire et éducative, certaines radios communautaires et d’autres canaux (site web, portail facebook, portail youtube) au bénéfice des apprenants des écoles maternelles et primaires.

Toutes les cibles sont-elles prises en compte dans la programmation ?

Les personnes ciblées par ces cours à distance sont les apprenants du primaire, qu’ils soient des écoles publiques ou privées avec un focus sur ceux du CM2, préparant l’examen du CEP.

Quelles sont les radios mises à contribution pour la diffusion de ces supports de cours ?

Ces cours sont retransmis sur la Radio Scolaire et Educative du MEMP dont la fréquence est 92.9 FM et sur 32 autres radios communautaires. Ces radios ont été identifiées et mises à contribution dans la diffusion de ces cours de manière à couvrir au maximum, l’ensemble du territoire national. Entre autres, nous avons la radio non commerciale Tonignon de Zogbodomey (102.2), la radio communautaire ORE-OFE de Tchetti (102.1) ; la radio communautaire KOUFE FM de Bassila (103) ; la radio communautaire DINABA Boukoumbé (99.6) ; la radio IDADU FM de Savè (radio communautaire) 107.8 ; la radio NANTO FM Natitingou (radio communautaire) 96.3 ; la radio TUKO SARI Kouandé (radio communautaire) 105.8 ; la radio rurale locale Ouaké (radio rurale Locale) 101.0 ; la radio NONSINA FM Bembèrèkè (radio communautaire) 90.8 ; radio SOLIDARITE FM-Djougou (radio communautaire) 97.00 ; la radio SUTII-DERA Nikki (radio communautaire) 88.9 ; la radio KPABLY FM Kérou (radio communautaire) 99.4 ; la radio SEDOHOUN FM Agbotagon (radio non commerciale) 97.4 ; la radio rurale locale Tanguiéta (radio rurale locale) 90.2 ; la radio DEEMAN FM Parakou (radio culturelle non commerciale) 90.2 ; la radio FM AHEME Possotomè (radio communautaire) 99.6 ; radio Kandi FM (radio communautaire) 102.9 ; la radio rurale locale Ouèssè (radio rurale locale) 97.7 ; la radio VOIX de la LAMA Allada (radio non commerciale) 103.8 ; la radio rurale locale Banikoara (104.2) ; la radio MONO FM Lokossa (radio non commerciale) 106.7 ; la radio ILEMA Dassa (radio non commerciale) 104.5 ; la radio BIO GUERA Ségbana (radio communautaire) 104 ; la radio OLOKIKI Pobè (radio communautaire) 105.3 ; la radio LA VOIX DE LA VALLEE Adjohoun (radio non commerciale) 107.8 ; la radio TADO FM Abomey-Calavi (radio non commerciale) 106.3 ; la radio rurale locale LALO (radio rurale Locale) 100.0 ; la radio ALAKETU de Kétou (radio communautaire) 95.8 ; la radio KPASSE de Ouidah (radio non commerciale) 93.8 ; la radio CITE Savalou (radio non commerciale) 87.8 ; la radio GBETIN Ouidah (radio non commerciale) 88.1 ; la radio Tonassé de Covè (radio commerciale) 107.2.

Quelle est la fréquence de diffusion de ces cours sur les radios partenaires ?

Avant la réouverture des écoles pour les apprenants du CM2, les radios avaient assuré chacune sur le plan national, la diffusion de huit (8) séquences de cours par jour (4 cours le matin de 9 heures à 10 heures et 4 cours dans l’après-midi de 16 heures à 17 heures). Aujourd’hui, malgré la réouverture des classes de CM2 et jusqu’à présent, quatre séquences sont diffusées par jour pendant deux jours dans la semaine (les mercredis après-midis de 16 heures à 17 heures et samedi matin de 9 heures à 10 heures) et tout ceci à raison de quinze minutes par séquence diffusée. La programmation et l’organisation hebdomadaire desdites classes virtuelles sont pilotées par l’INFRE avec la contribution financière de l’UNICEF, la Coopération Suisse et les ONG internationales telles que Handicap International, Plan Bénin et Aide & Action.


Avez-vous le sentiment que toutes les cibles ainsi que leurs parents sont informés de ces cours en ligne ? Sinon, comment leur porter l’information ?

Nous pouvons nous réjouir de ce que la majorité des apprenants du primaire sont touchés par ces cours à distance via la radio. Selon un récent sondage organisé par l’Institut National pour la Formation et la Recherche en Education (INFRE), environ 1.708.617 apprenants sont impactés par cette diffusion, soit 78,3% de l’effectif des apprenants du primaire. Pour ratisser plus large, il est envisagé un renforcement de la communication vis-à-vis des parents et un appui en équipements audiovisuels mobiles aux apprenants issus des familles défavorisées avec l’appui de l’ICESCO et de la Fondation MIKS.

Une descente sur le terrain a fait état de ce que les enfants sont plus portés vers les chaînes de télévision. Pourquoi le ministère n’a-t-il pas fait le choix de diffuser ces cours sur les chaines de télévision ?

Selon les estimations de l’INSAE, le taux de pénétration de la télévision au Bénin est d’environ 32 % tandis ce taux avoisine 63% pour la radio. Le choix est donc simple à faire dans le contexte béninois.

Que dire pour conclure cet entretien ?

Je voudrais inviter les parents à accompagner et encadrer sérieusement leurs enfants pendant que les cours sont diffusés à la radio. Les parents qui ont un accès facile à l’internet pourront retrouver les différents supports éducatifs multimédia sur nos différentes plateformes

Propos recueillis par Estelle DJIGRI

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.