Proclamation des résultats du CEP 2019 : Des apprenants en liesse, des enseignants satisfaits font des suggestions

L’examen du Certificat d’Etudes Primaires (CEP), session de juin 2019, a livré son verdict final depuis le vendredi 05 juillet 2019. 84,18% est le taux de réussite des neuf (09) mois de cours au titre de l’année scolaire 2018-2019 contre 67,54% en 2018.

Soit une augmentation de 16,64% de plus que le CEP 2018. Educ’Action a parcouru quatre (04) écoles dans les départements du Littoral, Atlantique et de l’Ouémé. Du calme à la joie, les reporters en ont été témoins.

L’affichage des résultats de l’examen du CEP, session de Juin 2019 n’a pas été fait le même jour, samedi 06 juillet 2019 dans les différents centres d’examen sillonnés par le groupe de presse Educ’Action. Annoncée par les autorités compétentes de la Direction des examens et concours du MEMP, la date du samedi 06 juillet 2019 n’a été qu’une journée d’impatience pour les candidats, parents de candidats curieux de voir le sort qui est réservé à leurs enfants. Au Complexe Scolaire Adovié A-B-C en plein cœur dans l’arrondissement de Hêvié, le calme plat y a régné le samedi 06 juillet 2019. En dehors du groupe A où la liste des candidats admis à cet examen est consultable sur la porte de la classe de CM2, celle des groupes B et C de ce complexe ne sont pas encore à la disposition des candidats visiblement pressés. Certains parents se voient obliger de recourir au relationnel avec l’un des responsables des groupes pédagogiques concernés pour se renseigner sur les résultats de leurs enfants. L’affluence n’est pas au rendez-vous. « Nous avons appris que c’est le lundi que les noms seront affichés », a fait savoir un groupe d’écoliers rencontrés dans la cour du complexe. Le même constat est fait au CS de Houalacomey. Plusieurs fois jointe au téléphone par l’un des parents inquiet des résultats de son enfant, l’une des autorités de ce centre de savoir n’a pu décrocher les appels de cette dame visiblement dépassée par l’impatience. « Les enfants sont déjà fixés sur leurs résultats dans les autres écoles privées. Pourquoi c’est si long ici ?», a-t-elle fini par lâcher pour se soulager. Malheureusement, sa question n’a pu trouver de réponse avant même qu’elle ne décide, comme la plupart de ces parents curieux, de s’en aller pour revenir le lendemain. On apprend le dimanche 07 juillet 2019 par les indiscrétions que c’est plus tard dans la soirée du samedi aux environs de 19h30 que les résultats ont été affichés pour le grand bonheur des uns et des autres. Tôt le matin du dimanche, Educ’Action a décidé de refaire enfin le tour pour recueillir l’ambiance dans certaines écoles. De l’EPP Houalacomey passant par le CS ‘’La sagesse’’ pour ensuite achever sa course dans le centre de Savi, les résultats du CEP dans ces centres ont impacté l’équipe de Educ’Action. Des 100% de réussite, des 91,11%, des 90%, bref… aucun de ces centres de composition n’a enregistré moins de 50% de réussite pour le compte de ce CEP 2019. Des parents, des frères aînés rencontrés dans la matinée du dimanche dans ces écoles, quelques-uns se prêtent, volontiers, à nos questions. «Je suis juste venue confirmer ce que mon enfant m’a déjà dit quand il est rentré. Il a déjà été l’année passée sans réussir. Donc, il fallait que je vienne voir moi-même. Je suis heureuse pour lui et ce qui me reste à faire, ce sont les démarches pour voir dans quel collège il peut trouver sa place », a confié, joyeuse, cette mère de famille. « A priori, on est content de ces résultats, mais, en même temps, je me demande si c’est vraiment mérité. On sait de quoi souffre le système éducatif de notre pays. Avoir plus de 80% de réussite au CEP, donne matière à réfléchir. J’espère que ces résultats ne sont pas des politisés et que les enfants ont vraiment travaillé. », confie, à son tour, Fabrice K., un autre parent d’élève d’une voix teintée de doute.

CEP2

... des admis qui s’offrent déjà le plaisir des vacances

Du calme plat à Calavi…

Si au CS Adovié, les noms ne sont pas affichés dans tous les groupes pédagogiques ce samedi, ce n’est pas le cas à l’école primaire publique Calavi centre. Ici, deux enfants déambulent de bâtiments en bâtiments et s’arrêtent devant certaines salles de classes. Approchés, le constat est vite fait. Ils observent la liste des admis aux résultats du CEP 2019 placardée sur les portes des classes de CM2 de chacun des trois groupes que compte l’école. Pendant qu’ils sont à la recherche des noms de leurs amis et sourient à chaque fois qu’ils en reconnaissent un, Alexandre Zinsou, lui est joyeux. En effet, sur les 29 apprenants que compte sa classe de CM2 au groupe B, il est l’un des 25 à être admis. Au micro de Educ’Action, il invite ses amis pour qui les résultats n’ont pas été concluants à garder courage et à se préparer pour l’année prochaine. A l’école primaire Lica comme à l’école primaire Catholique Sainte Thérèse, c’est le même constat. Apprenants et parents ne sont pas sortis pour regarder les résultats. C’est le calme plat, contrairement aux autres années.

De la liesse à l’EPP Tchonvi…

De Cotonou et environs à un autre département, celui de l’Ouémé, le constat reste le même. A l’Ecole Primaire Publique (EPP) Tchonvi dans le département de l’Ouémé, aucune autorité de cette école à quatre groupes pédagogiques n’est perceptible, ce 06 juillet 2019, jour de la proclamation des résultats autour de 14h. Dans cette vaste cour sablonneuse, se forment de petits groupes par ci et des attroupements par là. Certains amoureux du cuir rond n’ont pas hésité à mettre leur talent en jeu. Par contre, d’autres ont préféré s’amuser dans les toboggans. A 16 heures très précises, une impressionnante marée humaine prit d’assaut la devanture d’une classe du groupe D. Edouard Kodjo, représentant le directeur, demande au public de prendre place à l’intérieur de la salle. Il avait la liste des admis en mains. La peur se lit dans le regard des uns et des autres. Le calme est total. Tout en saluant les candidats et les parents présents, Edouard libère les résultats en ces mots : « Les résultats sont prêts. A l’EPP Tchonvi Groupe /D, nous avons obtenu 100%. Vous êtes tous admis ». Une déclaration qui vient déclencher une liesse dans la salle. Les heureux du jour n’ont pas su contenir leur joie. Ils grimpent des arbres. Ils courent dans tous les sens. « J’ai quinze (15) ans. Je suis très content. Au collège, je dois beaucoup travailler, », a déclaré, à chaud, sourire aux lèvres, Wilfried Azongbè. Pour ce qui est du groupe A, l’affichage de la liste des admis est fait sans grand enthousiasme. Alphonsine Covi, Directrice de ce groupe a refusé, de se prononcer sur les résultats de son groupe. Toutefois, madame n’a cessé de pointer d’un doigt accusateur, le malheureux Augustin Sognito en disant hors micro : «c’est ce garçon qui a brisé mon rêve de 100/% au CEP. ». A dix mètres de là, c’est Lucrèce Djossou, une candidate âgée de 11 ans pleurant à chaudes larmes qui s’est faite remarquer. « J’ai échoué pour le CEP » a –t-elle lâché d’une voix chevrotante.

De l’analyse d’un directeur du CS Houalacomey aux suggestions …

Joint au téléphone afin d’avoir ses impressions sur le taux de réussite de cet examen dans son école, Achille Mègnigbèto, Directeur du groupe C de l’EPP Houalacomey, se dit satisfait des résultats obtenus dans son centre. « Nous sommes satisfaits. Les enfants nous ont honorés. Au groupe C à Houalacomey, j’ai obtenu 92,2% de taux de réussite. Le groupe A a enregistré 36 admis sur 41, le groupe B a, lui aussi, fait 90% si je ne me trompe. Je crois que Houalacomey, une fois encore, a montré que les enfants, malgré le niveau bas constaté en début d’année, ont réussi à faire ce que nous leur avons appris. Les rares enfants qui ont échoué, sont les enfants à qui les parents ont refusé les séances de renforcement à l’approche des examens, », a nuancé le directeur. Il n’a pas manqué de rappeler que la dictée n’est pas éliminatoire et qu’à priori, son introduction ne doit pas être un obstacle pour la réussite des enfants. Dans la dynamique de mieux faire les années à venir, le directeur souhaite que l’Etat mette un peu plus tôt à leur disposition les outils didactiques. « Il faut que le gouvernement à travers le ministère et les Ddemp organise les examens blancs un peu plus tôt pour qu’on ait le temps de corriger les failles. Aussi, l’annale que le ministère envoie, il faut qu’on l’ait au plus tôt. Au lieu d’attendre un mois de l’examen pour l’envoyer, il faut que ça vienne deux mois, voire trois mois avant. Si tout cela est mis en place au plus tôt, on va mieux s’en sortir » a-t-il suggéré pour de bons résultats les années à venir.

La Rédaction

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.