Nécessité d’ouvrir des centres Barka du PAEFE dans le Mono et le Couffo : Séduits, les élus municipaux s’engagent sous réserve de l’autorisation du Conseil

 

Dans le cadre de la tournée itinérante explicative du Programme d’Appui à l’Education et à la Formation des Enfants exclus du système éducatif formel (PAEFE) sur les centres Barka, l’école de la deuxième chance, les départements du Mono et du Couffo non encore enrôlés, reçoivent les messagers du Programme. C’était dans l’après-midi du lundi 14 décembre dernier à la salle de réunion de l’Ecole Normale des Instituteurs de Dogbo. La délégation de Helvetas et de Solidar Suisse composée de personnes ressources du Programme ont conduit les débats.

C’est à pas de charge qu’autorités à divers niveaux de la chaîne éducative départementale du Mono et du Couffo, élus municipaux et présidents de fédérations d’associations de parents d’élèves et d’ONGs opérant dans le secteur de l’Education des deux départements ont foulé la salle de réunion de l’Ecole Normale des Instituteurs de Dogbo. Conviés à la séance d’information et de sensibilisation sur l’école de la deuxième chance du PAEFE, ils sont une demi-cinquantaine à répondre présents à l’invitation de l’administration du Consortium Helvetas – Solidar Suisse. « Pour le Bénin, l’Education est la fondation de tout développement. Nul ne serait laissé en rade dans le processus d’éducation si l’on souhaite pour le pays, un avenir radieux. C’est l’éducation réussie de personne humaine qui est la priorité des priorités de l’Etat béninois. Et quand la personne humaine est formée et bien formée, toutes les communes, tous les départements et le Bénin entier, se verront développer comme naturellement. Donc, c’est pour dire toute l’attention que nous devons porter à ces réflexions en remerciant aussi Helvetas, la Coopération Suisse et tous ses bras armés qui sont en train de ratisser large pour prendre en compte les enfants du Bénin exclus du système éducatif. », a dit Omer Zavonon, le directeur de l’ENI-Dogbo dans son mot de bienvenue. Pour Lambert Bossou, directeur départemental des Enseignements Maternel et Primaire du Mono « cette séance est d’une importance capitale parce qu’elle se préoccupe de l’avenir des enfants béninois non scolarisés et déscolarisés. » Après avoir replacé dans son contexte la séance, Lambert Bossou ajoute : « Je veux espérer qu’au terme des échanges que nos élus municipaux présents s’engagent vraiment et sincèrement en prenant à bras le corps, la question de l’école de la deuxième chance pour le bien des enfants cibles qui sont également à part entière les enfants du Bénin au même titre que les autres enfants du système formel. » Pour Marcellin Sognon, le premier adjoint au maire de la commune de Dogbo « malgré les efforts remarquables du gouvernement de la Rupture, on note toujours, chaque année, que des centaines d’enfants sont encore exclus de nos écoles pour diverses raisons qu’il n’est pas opportun d’énumérer ici. Face à cette situation et au regard de l’avenir de ces enfants qui s’assombrit, les laissant sans espoir et à tous les vices de la vie, il est important pour les gouvernants et décideurs que nous sommes, d’agir et de bien agir d’ailleurs. » Ces propos d’espoir de Marcellin Sognon installent le communicateur Brice Gado Lafia qui a entretenu le parterre d’hôtes de Helvetas et de Solidar Suisse sur les motivations et les objectifs de la tournée. Sa première communication a d’ailleurs porté sur la présentation du Programme dans toute sa plénitude. Dans sa deuxième communication, Brice Gado Lafia a exposé aux participants à la séance d’information et de sensibilisation, les conditions et critères d’ouverture des centres Barka avant d’introduire Oumarou Lafia, ancien maire de Nikki pour un partage d’expériences avec ses condisciples via son témoignage. A la fin de son témoignage, il a plaidé pour une adhésion responsable au Programme, des différents conseils communaux. Le PAEFE a fait du chemin et a déjà eu le temps de prouver son importance dans les communautés, a-t-il souligné. Cette séance qui a connu un succès franc et éclatant s’est soldée par l’engagement de certains maires, représentants de conseils municipaux. Sous réserve de la validation de cet engagement moral d’ores et déjà acquis, le maire de Lokossa, Gervais Hounkpè, le premier adjoint au maire de Dogbo, Marcellin Sognon et le deuxième adjoint au maire de Grand-Popo, Didier Kounake, ont tous recouru à la couverture de la délibération du conseil communal en suggérant à l’administration de Helvestas – Solidar Suisse de se tenir prête pour expliquer aux autres conseillers municipaux absents, l’intérêt et l’importance du Programme lors de l’une des sessions à venir avant toute délibération du Conseil municipal à ce propos.

Romuald D. LOGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.