Le Lares et la Coopération Suisse célèbrent 18 ans d’actions au profit de l’éducation des filles au Bénin

« Le Lares est un laboratoire privé de recherches qui intervient depuis 30 ans au Bénin et dans la sous-région dans trois (03) principaux secteurs que sont l’agriculture, le développement territorial et l’éducation.C’est ainsi que depuis 18 ans et en partenariat avec la Coopération Suisse, nous faisons chemin pour la promotion de l’éducation des filles. »

Cet extrait évocateur du discours de Esther Adimi, coordonnatrice des programmes d’éducation et de formation professionnelle, renseigne à bien des égards sur l’utilité et le bien fondé des activités du Lares, actuellement sous les feux de la rampe à la faveur d’une quinzaine de l’éducation des filles au Bénin.

Prévue pour durer trois (03) jours (08 au 10 octobre 2019), cette quinzaine sur fond de partage, d’échanges d’expériences et de relais médiatiques, vise à capitaliser les acquis issus de cette collaboration fructueuse de 18 ans au service de l’éducation des filles.

A la cérémonie de lancement, ce mardi 08 octobre, à l’Infosec de Cotonou, Servais Afouda, directeur administratif du Lares, a indiqué que plusieurs projets et programmes ont été initiés dans divers domaines dans le but de contribuer au développement équilibré des localités béninoises. « Aujourd’hui, nous sommes à l’heure du bilan de ces nombreuses années d’efforts, de soutien, de conceptions, d’initiatives d’orientation et même d’insertions professionnelles de nos filles », a précisé le directeur administratif.

Pour Valérie Liechti, directrice résidente de la Coopération Suisse, partenaire financier du Lares, l’éducation des filles est d’une grande importance et participe du respect du droit à l’éducation pour tous. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, « depuis près de 40 ans, la Coopération Suisse appuie l’éducation des filles au Bénin… Aussi avec le Lares, la Coopération a appuyé, depuis l’année 2000, l’éducation des filles. En 18 ans, un long chemin a été parcouru », a-t-elle dit, rappelant que près de 6.893 filles vulnérables ont été impactées et donc ont bénéficié d’un appui spécifique.

En dépit des efforts déployés, de nombreux défis restent à relever pour redorer le blason du système éducatif béninois. C’est donc en autorité bien avisée que le directeur de cabinet du Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, Jean-Benoît Alokpon déclare officiellement : « Cette quinzaine qui mettra l’accent sur les acquis de 18 ans d’interventions dans la promotion d’une éducation équitable et de qualité avec un accent sur l’éducation des filles devient alors une opportunité à saisir pour renforcer la mise en œuvre du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) sur le plan de la réduction des inégalités de genre dans le secteur de l’éducation. De façon spécifique, elle permettra de tirer des leçons pour l’opérationnalisation du Plan Sectoriel de l’Education au Bénin (PSE 2018-2030). »

Pour cette première journée des activités de la quinzaine, des débats sont ouverts et conduits par des spécialistes de l’éducation, avec un point d’honneur sur l’état des lieux du niveau de prise en compte de la recherche dans le développement du Bénin.

Estelle DJIGRI

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.