Lancement du programme Youthcan de SOS Village d’Enfants Bénin : Bientôt 2000 jeunes déployés dans des entreprises béninoises

Le Golden Tulip Hôtel Le Diplomate de Cotonou a servi de cadre au lancement officiel du programme Youthcan, le mardi 03 septembre 2019.

Président de la Cour Constitutionnelle, ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion de l’Emploi, chefs d’entreprises, responsables à divers niveaux des organisations de la société civile, ont marqué de leur présence cette cérémonie riche en couleurs.

 

«72 % de jeunes sont en situation de sous-emploi, selon une étude de la Banque Mondiale et de l’INSAE en 2017 ; 79,3 % des jeunes sont inscrits dans des facultés d’enseignement général à l’université ; 75 % des offres de formation dans les Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur sont dans le domaine tertiaire et tout cela baigne dans une population analphabète à 61 % et très peu qualifiée». Venant du directeur général de l’Agence National pour l’Emploi (ANPE), Urbain Amègbédji, ces chiffres qui ont de quoi donner de l’insomnie aux parents et aux responsables étatiques, suscitent de nombreuses interrogations. Qu’en serait-il des jeunes en situation de vulnérabilité, qui ont perdu la prise en charge parentale et ceux à besoins spécifiques ? La réponse, c’est YouthCan. Et pour cause, « les objectifs de YouthCan cadrent parfaitement avec le Programme d’Actions du Gouvernement, notamment en ses axes stratégiques 4 et 6. Ces objectifs permettront donc à notre pays d’atteindre les Objectifs de Développement Durable, notamment l’ODD 8 relatif à l’emploi décent pour les jeunes ». C’est sur ces mots que Modeste Kérékou, ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion de l’Emploi a officiellement lancé le programme YouthCan devant plus d’une centaine d’invités. Dans son allocution, il a rappelé les actions menées par le gouvernement et celles en cours pour l’insertion professionnelle des jeunes. A travers ce programme, initié par SOS Villages d’Enfants International, SOS Villages d’Enfants Bénin apporte des réponses appropriées et innovantes à cet enjeu d’employabilité des jeunes surtout ceux en situations défavorables et ceux bénéficiant de ses programmes, selon Salimane Issifou, Directeur nationale de l’Organisation. Au nom des patrons du Bénin, Laure Adoukonou a salué l’initiative qui cadre avec les objectifs du Conseil National du Patronat du Bénin dont les actions s’inscrivent dans le renforcement des capacités et la dynamisation d’entreprises citoyennes. Les témoignages n’ont pas manqué pour montrer la nécessité de tendre la main aux jeunes.

YouthCan, tresser la nouvelle corde au bout de l’ancienne

L’occasion a été donnée à trois anciens bénéficiaires des programmes de SOS Village d’enfants pour partager leurs expériences de vie jusqu’à leur insertion professionnelle dans divers secteurs d’activités. C’est au bout de l’ancienne corde qu’il faut tisser la nouvelle en s’assurant de la qualité de l’ancienne. Cette responsabilité, Issifou Mouroussalinan l’a portée au nom des bénéficiaires du projet en délivrant un message au cours duquel il a rappelé les défis de sa génération. Défis qui ont pour noms employabilité, entrepreneuriat et autonomisation et pour lesquels YouthCan ouvre les portes d’une lueur d’espoir. Créée en 1950 par trois jeunes, partenaires de longue date et partenaire actuel du programme, DHL a montré son expertise dans l’accueil de jeunes en vue de leur construction professionnelle. Cette information, c’est Mohammadou Aw, le Directeur Général de l’entreprise au Bénin qui l’a rapportée après avoir fait le tour des activités de la multinationale. « DHL a développé divers programmes dont Go Help, Go Green et Go Teach », a-t-il martelé avant d’ajouter que « depuis 2018, Go Teach a permis à dix (10) jeunes de SOS Villages d’Enfants Bénin de bénéficier de 3 à 6 mois de stages rémunérés à DHL qui milite aussi pour l’intégration d’autres entreprises partenaires». A l’image de Go Teach, YouthCan se veut aussi un espace de développement personnel et professionnel des jeunes avec ces six (06) partenaires mondiaux et 150 partenaires locaux, a fait savoir Hugh Eggar, Manager global de Youthcan, annonçant ainsi la présentation du programme.

Hugh Eggar Mohammadou Aw Joseph Djogbnou et Laure Adoukonou tenant une baguette

Hugh Eggar, Mohammadou Aw, Joseph Djogbénou et Laure Adoukonou tenant une baguette

A la découverte de YouthCan …

Parcourant des milliers de kilomètres après avoir brisé la barrière linguistique, Hugh Eggar a annoncé que les jeunes sont capables, ils ont des talents et ils peuvent y arriver comme le traduit si bien l’anglais : YouthCan. « Avec YouthCan, nous renforçons les jeunes avec les compétences nécessaires pour intégrer le marché de l’emploi. Concrètement, YouthCan consiste à donner aux jeunes participants au programme, les moyens de prendre en mains leur avenir, de libérer le potentiel que chacun détient afin qu’ils puissent créer un avenir meilleur pour eux et leurs futurs enfants », a fait savoir le manager global avant de mettre l’accent sur le contenu du programme. De plus, YouthCan vise, entre autres, à mobiliser les partenaires pour résoudre le problème de l’employabilité des jeunes ; à soutenir les jeunes à besoins spécifiques ou ayant bénéficié d’une prise en charge de remplacement à entrer sur le marché du travail ; à encourager l’esprit d’entreprise au niveau des jeunes ; à sensibiliser positivement la société Béninoise sur la thématique de l’employabilité des jeunes à besoins spécifiques ou ayant bénéficié d’une prise en charge de remplacement ; à offrir aux entreprises de différents secteurs l’opportunité de développer leur volontariat, de partager leurs connaissances et de stimuler la responsabilité sociale de leurs équipes. En 2018, selon le Manager global, ce sont cinq milles (5000) jeunes issus des Villages d’Enfants SOS de 25 pays qui ont bénéficié de YouthCan. Cette année, huit (08) nouveaux pays dont le Bénin intègrent le programme.

L’employabilité des jeunes en débats …

Pour montrer toute la pertinence du projet, toucher du doigt les défis de l’employabilité des jeunes et la nécessité d’une synergie des acteurs autour de cette thématique, un panel a été initié autour du thème « Partenariat secteur public, secteur privé et société civile pour l’employabilité des jeunes ». Autour de la table, les invités ont martelé la nécessité d’une requalification des jeunes, de l’adéquation formation-emploi et de l’éducation des populations. D’avis unanimes, les panélistes ont reconnu qu’il faut que les parents accompagnent les enfants dans la découverte et l’exercice d’activités en lien avec leurs talents et d’éduquer les populations à la consommation des produits locaux qui peuvent tirer la croissance économique, et par ricochet, la création d’emploi. A titre d’exemple, les participants et les officiels ont tous reconnu les talents des élèves de l’Ecole Secondaire des Métiers d’Arts (ESMA), logée dans l’enceinte du Village d’Enfants SOS Abomey-Calavi, qui ont animé, de mains de maître, la cérémonie à travers des chants et danses qui ont remué toute l’assistance.

 Lorchestre de lESMA en pleine prestation

L’orchestre de l’ESMA en pleine prestation

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.