CAMES GATE : Les sanctions disciplinaires sont tombées !

Le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche (CAMES) vient de rendre publiques ses décisions portant sanction de certains professeurs émérites, qui, pendant longtemps, ont fait et continuent de faire la fierté de la communauté universitaire béninoise, togolaise, ivoirienne et internationale.

En effet, vous avez eu vent de cette situation malencontreuse qu’ont connue les professeurs titulaires Ibrahim Salami, Dandi Gnamou, du Bénin, Komla Dodzi Kokoroko, du Togo et Djedjro Francisco Meledje, de la Côte d’ivoire. A l’époque, Educ’Action, mu par l’impartialité dans le traitement de l’information vraie en l’absence des décisions, a recueilli les propos de quelques professeurs d’universités qui ont bien voulu se prononcer sur le sujet. Aujourd’hui, les décisions punitives du CAMES accessibles et officielles, renseignent davantage sur les motifs, charges et sanctions disciplinaires contre les deux professeurs. Ainsi, selon la décision N° SO/CM/CAMES/2019-014 portant sanction pour non-respect du Code d’éthique et de déontologie du CAMES, faite à Cotonou, le 30 Mai 2019, et signée du président en exercice du Conseil, le Professeur Jacques Fame Ndongo, Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Supérieur de la République du Cameroun, « d’une part, monsieur Ibrahim Salami, professeur titulaire à l’Université d’Abomey-Calavi, est coupable de plagiat ; d’autre part son implication dans un réseau usant de pratiques non conformes aux règles d’éthique et de déontologie du CAMES. » Sur cette base, le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche décide : « monsieur Ibrahim Salami est interdit de toute participation aux programmes du CAMES, pour une durée de trois (03) ans » à compter de la date de signature de la décision.
Quant à la décision N°SO/CM/CAMES/2019-010 portant sanction pour non-respect du Code d’éthique et de déontologie du CAMES, « d’une part, madame Dandi Gnamou, professeure titulaire, a enfreint les dispositions du Code d’éthique et de déontologie du CAMES, par la production irrégulière et non conforme de documents d’encadrement de thèse dans son dossier de candidature à l’inscription sur la Liste d’Aptitude aux Fonctions de Professeur Titulaire (LAFPT) du CAMES, lors de la 40ème session des Comités Consultatifs Interafricains(CCI), tenue à Niamey (Niger), en juillet 2018 ; d’autre part, son implication dans un réseau usant de pratiques non conformes aux règles d’éthique et de déontologie du CAMES. » Ainsi, le Conseil décide : « l’inscription de madame Dandi Gnamou sur la Liste d’Aptitude aux Fonctions de Professeur Titulaire (LAFPT) du CAMES, lors de la 40ème session des Comités Consultatifs Interafricains(CCI), tenue à Niamey (Niger), en juillet 2018, est annulée. » Par ailleurs « madame Dandi Gnamou est interdite de toute participation aux programmes du CAMES, pour une durée de trois (03) ans. » Aussi « madame Dandi Gnamou est interdite de certifier ou d’authentifier les documents émanant des établissements et destinés au CAMES, pour une durée de trois (03) ans. »
Il convient de rappeler qu’outre les deux professeurs béninois, le professeur titulaire Komla Dodzi Kokoroko, président de l’Université de Lomé (Togo), est aussi « interdit de toute participation aux programmes du CAMES, pour une durée de trois (03) ans. » Il en est de même du professeur titulaire à l’Université Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire), Djedjro Francisco Meledje.
Selon les dernières informations parvenues à notre rédaction, les professeurs concernés ont reçu une note d’information de la part du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche (CAMES) qui leur a notifié lesdites sanctions. La grande question que la communauté éducative se pose aujourd’hui est de pouvoir situer toutes les responsabilités administratives et pédagogiques liées à cette situation.

Serge David ZOUEME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.