Revue sectorielle de l’éducation 2018 : Les acteurs de l’Ecole soucieux d’un système éducatif de qualité au Bénin

Le Secrétariat Technique Permanent du Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education (STP-PDDSE) appuyé par les ministères des trois ordres de l’enseignement a organisé, les jeudi 27 et vendredi 28 Septembre 2018, la revue sectorielle de l’éducation de l’année 2018.

Cette revue a été l’occasion pour les principaux acteurs du secteur de faire le point des résultats du système éducatif au cours de l’année écoulée et d’envisager les perspectives. C’était dans la salle de conférence de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS), en présence de la ministre intérimaire Adidjatou Mathys et de Valérie Leichti, cheffe de file des PTFs.

Faire le point de la mise en œuvre des recommandations des revues précédentes ; examiner les notes de performances des trois ministères en charge de l’éducation MEMP, MESTFP et MESRS au 31 décembre 2017 ainsi que le niveau d’exécution du budget 2018 en fin juin 2018 ; analyser le CDMT du secteur ainsi que les perspectives budgétaires pour les trois prochaines années ; apprécier l’évolution des indicateurs de suivi du secteur et enfin s’approprier les grands axes stratégiques du nouveau Plan sectoriel de l’éducation, PSE post 2015. Ce sont-là les travaux phares qui ont retenu l’attention des différents acteurs du secteur de l’éducation ainsi que des PTFs pendant les deux (02) jours consacrés à l’organisation de la revue conjointe du secteur de l’éducation de l’année 2018. Il convient déjà de rappeler que cette revue coïncide avec le démarrage de la mise en œuvre du nouveau Plan Sectoriel de l’Education approuvé par le gouvernement le 13 juin 2018, puis endossé par les PTFs le 26 juillet. De l’avis des techniciens et autres experts ayant travaillé sur ce document d’intérêt majeur pour le système éducatif, la vision du nouveau Plan est de faire en sorte qu’à l’horizon 2030, tous les enfants et jeunes béninois aient accès aux différents savoirs y compris la citoyenneté, l’éducation à la paix et l’accès aux compétences professionnelles et techniques dont l’esprit d’entreprenariat et d’innovation. Ainsi, cette revue a permis de faire le pont entre l’ancien Plan et le nouveau Plan Sectoriel de l’Education. A l’entame des travaux de la première journée, Valérie Leichti, représentante résident de la Coopération Suisse au Bénin et cheffe de file des PTFs, a mis un accent particulier sur l’originalité de ce nouveau plan sectoriel. «L’originalité du PSE 2030 tient au caractère holistique de sa structure qui intègre les programmes d’éducation alternative, les filières de pré-professionnalisation, la formation technique et professionnelle ainsi que les programmes d’alphabétisation et des formations des jeunes et des adultes en lien avec la formation professionnelle », a renseigné la cheffe de file avant d’attirer l’attention de l’assistance sur quelques points essentiels pouvant permettre de renforcer l’efficacité des actions. Entre autres points, « La nouvelle architecture retenue dans le PSE est complexe et son opérationnalisation nécessite la mise en place d’un cadre institutionnel qui mette en cohérence les actions des différents ministères sous-sectoriels. La réforme du Conseil National de l’Education (CNE) pourrait apporter de réponse à ce niveau. Nous restons donc attentifs à sa mise en œuvre prochaine et effective. La nouvelle configuration de l’éducation de base qui comprend désormais un continuum de 10 années de scolarité sera effective si les réformes du CEP et du collège sont faites sans tarder. Cela dit, nous sommes conscients que de telles réformes sont ambitieuses et nous vous encourageons vivement à vous y engager. La dynamique démographique du Bénin induit une massification des effectifs du secondaire. Il convient donc de se préoccuper de la gestion des flux scolaires, la mise en place des collèges de proximité et la formation d’enseignants bivalents nous apparaissent comme des réformes urgentes et nécessaires. Mais celles-ci ne suffiront pas. Il faudrait également développer des passerelles effectives pour les jeunes vers l’apprentissage et la formation technique et professionnelle avec l’engagement du secteur privé », a-t-elle relevé. Valérie Leichti a, par ailleurs, informé que les PTFs se sont engagés à hauteur de 42 milliards de franc CFA pour mettre en œuvre le PSE au Bénin pour les trois prochaines années. Elle a également saisi l’occasion pour réitérer leur engagement à soutenir les efforts du Bénin en vue de la mise en œuvre de ce Plan et de l’atteinte des Objectifs du Développement Durable qui prône une éducation inclusive et de qualité pour tous avec des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie. Prenant la parole à son tour, Adidjatou Mathys, ministre du Travail et de la Fonction Publique et ministre intérimaire du ministre de l’Enseignement Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, a situé le cadre de cette revue. « Les revues constituent un cadre de discussions offert aux acteurs de notre secteur pour mieux apprécier les performances réalisées à travers la mise en œuvre des actions opérationnelles des politiques de développement de chaque sous-secteur. Ainsi, au regard des résultats obtenus, des leçons seront tirées et des recommandations formulées en vue de renforcer les stratégies à déployer pour atteindre les objectifs fixés », a martelé la ministre intérimaire qui promet au nom du gouvernement de faire du PSE post 2015, le cadre référentiel sur lequel toute planification et toute budgétisation se baseront pour le secteur de l’éducation au Bénin, tant au niveau central que déconcentré ou décentralisé. « Il est attendu des présentes assises des débats fructueux, des propositions concrètes, des recommandations et suggestions pertinentes et clairement formulées pour aider les autorités nationales, les PTFs, les Ongs et toutes les parties prenantes du secteur de l’éducation à en améliorer les performances. Au regard de la qualité des femmes et des hommes ici réunis, je ne doute point que les objectifs assignés à cette revue conjointe de l’année 2018 seront largement atteints », a reconnu la ministre intérimaire avant de déclarer ouvert les activités de la revue. Des communications et des débats ont été menés au cours de ces deux jours pour meubler les assises.

Vue partielle des participants

Des communications de la revue …

Après l’installation du présidium de la séance, Raoul Atohoun du Secrétariat Technique Permanent du PDDSE a, dans sa communication, fait le point de la mise en œuvre des recommandations et observations de la revue de 2016. Il se dégage de son exposé la réalisation de la grande partie des activités annoncées au cours de la précédente revue. Au total, douze (12) activités ont été réalisées, soit 54,5% ; six (06) activités sont en cours de réalisation, soit 27,3% et quatre (04) autres n’ont pu être réalisées, soit 18,2%. La deuxième communication porte sur l’analyse de l’évolution du CDMT consolidé du secteur de l’éducation de 2014

Estelle DJIGRI

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.