Mireille Afouda, à propos de l’encadrement pédagogique de la petite enfance

"Il y aura des CP et inspecteurs spécialisés dans l’Enseignement Maternel"

Bientôt trois ans que le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) a été lancé et le sous-secteur de l’Enseignement Maternel occupe une place de choix dans ce bréviaire gouvernemental pour l’amélioration de la petite enfance dont le taux de préscolarisation est de 15%.

A travers cette interview que Mireille Afouda, Directrice de l’Enseignement Maternel (DEM) a accordée à Educ’Action, il est question pour la collaboratrice de Salimane Karimou, Ministre des Enseignements Maternel et Primaire de faire l’état des lieux des activités menées dans le préscolaire pour enfin projeter les actions à mener dans ce sous-secteur.

Educ’Action : Qu’est-ce que la petite enfance ?

Mireille Afouda : La petite enfance ou première enfance se définit comme la période allant de la naissance à l’âge de huit ans. Certains auteurs la situent à l’âge de 6 ans. C’est une période d’intense croissance et de développement de l’enfance. C’est pourquoi à cette phase, il faut donner tous les soins indispensables à l’enfant pour lui permettre de se développer normalement. L’éducation et la protection de la petite enfance visent le développement holistique des besoins sociaux, émotionnels, cognitifs et physiques de l’enfant. Ce qui permet de le préparer non seulement pour les apprentissages à l’école primaire, mais aussi pour la vie et d’avoir un citoyen bien bâti, responsable capable d’entreprendre.

Dans l’amélioration des rendements scolaire de cette petite enfance, il est inscrit dans le PAG au point 3 le projet d’Appui pour le Développement de la Petite Enfance (ADPE). Que retenir aujourd’hui de ce projet ?

Oui, l’ADPE est un projet de l’UNESCO qui n’a pas encore démarré. C’est donc un projet qui est en cours et qui va démarrer en 2019. Mais déjà à notre niveau, le Ministère des Enseignements Maternel et Primaire (MEMP), à travers la Direction de l’Enseignement Maternel (DEM), a prioritairement comme cible à prendre en charge au niveau de la petite enfance, les enfants âgés de deux ans et démie au moins. C’est la loi portant orientation de l’éducation nationale qui l’a dit. Donc, ce sont ces enfants qu’on accueille à l’Enseignement Maternel pour un séjour de deux ans. L’objectif visé pour ces enfants est l’éveil et la stimulation des fonctions psychiques, physiques et mentales. Mais, le Plan Sectoriel de l’Education (PSE) Post 2015 a proposé trois ans au moins pour les enfants à accueillir dans l’Enseignement Maternel. Le gouvernement béninois ayant très tôt compris l’enjeu du développement de la petite enfance, a prévu dans son plan d’actions d’appuyer ce sous-secteur pour améliorer les rendements scolaires. Pour ce faire, la DEM étant chargée, entre autres, de l’exécution de la politique de l’éducation dans ce sous-secteur s’est dotée d’une vision qui est en arrimage avec les réformes au niveau du MEMP. Les grands défis considérés dans cette vision sont l’accès équitable au préscolaire et la qualité des apprentissages. Ce qui induit des actions à réaliser, à planifier dans le PTA et à financer aussi bien par le gouvernement et les PTFs. Pour dire de manière synthétique ce qui a été déjà fait au niveau de la petite enfance, il faut commencer par dire qu’il y a eu la création des centres préscolaires communautaires, il a aussi l’autorisation de la création des écoles maternelles publiques et privées, le renforcement des capacités des enseignants et des animateurs sur des activités d’éveil de l’enfant. Nous avons aussi fait le contrôle de la création anarchique des établissements préscolaires privés parce qu’ils en créent énormément. Par ailleurs, nous avons contrôlé la qualité du fonctionnement de ces établissements et la qualité des apprentissages qui s’y mènent. En dehors de tout ceci, nous avons tenu récemment un atelier qui a réuni des acteurs indiqués aussi bien du niveau central que du niveau décentralisé et déconcentré pour réfléchir ensemble sur le développement du mode préscolaire comme retenu dans le PSE Post 2015. Les résultats sont donc là. Nous allons porter à l’appréciation de l’autorité pour vérification et approbation.

Qui sont vos bras opérationnels pour les contrôles dans les écoles ?

C’est une organisation qui se met en place à partir de la direction. Nous essayons aussi d’impliquer les acteurs du niveau déconcentré, c’est-à-dire les Directeurs Départementaux des Enseignements Maternel et Primaire, les Chefs de Régions Pédagogiques avec qui nous faisons le travail.

Un mini atelier a été organisé les 29 et 30 octobre 2018 au Chant d’oiseau de Cotonou. De quoi s’agit-il et que faut-il en retenir ?

Des stratégies ont été retenues dans le PSE post 2015 au nombre desquelles il faut aller vers la population, la sensibiliser et porter l’information sur le contenu des conclusions de ce mini atelier en vue d’avoir leur engagement pour la mise en œuvre de ce programme. Au cours de cet atelier, les rôles et les responsabilités des différents acteurs impliqués dans la préscolarisation de la communauté ont été définis.

Quelles sont les perspectives au niveau de la petite enfance ?

En termes de perspectives, déjà dans l’architecture du système éducatif béninois, il est prévu que l’éducation de base doit durer 12 ans. L’Enseignement Maternel est pris en compte. Toujours dans ce Plan, trois objectifs sectoriels sont retenus. Il s’agit de l’accroissement de l’accès pour tous à une formation équitable et inclusive, le renforcement de l’enseignement-formation, de l’efficacité interne et externe et l’amélioration de la gouvernance du secteur de l’éducation. En ce qui concerne la maternelle pour le compte de ses trois objectifs, il est retenu, entre autres, le développement du mode communautaire subventionné pour faciliter l’accès aux enfants des zones déshéritées ou rurales en vue d’accroître le taux de préscolarisation qui est de 15% à 32 % en 2021. Il est prévu également dans ce Plan, l’actualisation de la politique de formation initiale et continue des enseignants. Il y a aussi la création d’une spécialisation pour la maternelle au sein du personnel d’encadrement. C’est-à-dire au niveau de la maternelle, il aura des conseillers pédagogiques et inspecteurs spécialisés dans ce sous-secteur. Ce ne sera plus le même conseiller pédagogique ou le même inspecteur du primaire qui va coiffer et le primaire et la maternelle. Dans les années à venir, il y aura aussi le recrutement et la dotation d’enseignants et d’infrastructures couplé à la répartition rationnelle des enseignants et du corps d’encadrement. Par ailleurs, il y a la mise en place d’un cadre de partenariat Etat, privés, collectivités et la communauté locale. Il s’agit de mettre en place ce partenariat pour une gestion participative des différentes composantes du système éducatif.

Que dire pour conclure ?

Je vous remercie d’avoir fait le déplacement sur Porto-Novo. Votre passage permet à la Direction de l’Enseignement Maternel de rendre un peu visibles ses actions en ce qui concerne le développement de la petite enfance au Bénin. Educ’Action est toujours le bienvenu pour les actions à venir.

Propos recueillis par Enock GUIDJIME

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.