Trois questions à Gislain Fadohan sur le répertoire actualisé des acteurs des arts visuels du Bénin : « Cela prend en compte les nouveaux jeunes plasticiens qui ont investi le secteur »

 

Sept ans après l’édition du répertoire des acteurs des arts visuels du Bénin, l’Association Béninoise des Arts Plastiques Four P (ABAP Four P) en tandem avec l’Association pour le Développement des Arts Visuels dans le Nord Bénin (ADAV-Nord Bénin), vient de sortir une version actualisée du document. Gislain Fadohan, coordonnateur de l’ABAP Four P renseigne sur les nouveautés du répertoire.

C’est à travers cette interview accordée à Educ’Action.

Educ’Action : Vous êtes l’initiateur du répertoire des artistes plasticiens du Bénin. Qu’est-ce qui vous a motivé à mettre en place ce catalogue ?


Gislain Fadohan : Le répertoire est un outil de visibilité. En 2012, lorsqu’on voulait démarrer la phase de recensement national des artistes pour l’élaboration du premier répertoire, l’art plastique était un peu méconnu des cadres à l’époque. Si tu te présentes dans l’une des structures, on te demande qu’est-ce que tu chantes ? Comme si être artiste s’arrête à la musique, au cinéma, au théâtre. Donc, il y avait un problème. Notre discipline, notre secteur, n’était pas bien connu de ceux qui doivent nous aider, nous accompagner. Pire, ils connaissent peu de plasticiens, à peine une vingtaine. Lorsque nous organisons nos événements ici dans le Sud, il y a des artistes qui viennent de l’intérieur ou du nord du pays pour participer. Voilà comment est venue l’idée de faire un recensement en vue de connaître les différents acteurs des autres départements.

Comment avez-vous procédé pour répertorier les plasticiens dans tous les douze départements du Bénin ?

Tout a commencé par la phase de documentation. Nous nous sommes rapprochés des instances qui ont des relations avec les acteurs des arts plastiques pour voir la documentation qu’ils ont, les projets financés en arts plastiques et la liste des artistes qui en ont bénéficié. Nous sommes passés au dépouillement et cela nous a permis d’avoir une liste des artistes. Sur la base de ces premiers acteurs recueillis, nous avons envoyé des agents recenseurs dans tous les départements, à raison de deux agents recenseurs par département. C’était essentiellement des géographes que nous avons recrutés.
Au niveau de chaque département, nous avons identifié un artiste comme facilitateur. L’enrôlement s’est déroulé sur un mois, il y a aussi des cas où ce sont des œuvres d’autres artistes qui nous ont été ramenés. Pour ces différents cas, nous avons effectué une tournée de vérification. Tournée à l’occasion de laquelle, nous avons aussi profité pour prendre les coordonnés des lieux culturels qui étaient recensés dans ces différents départements afin de faire une carte géographique de ces lieux.

Quel était votre objectif en initiant ce recensement ?

L’objectif, c’est de montrer à l’autorité qu’il n’y a pas que 20 artistes plasticiens au Bénin. A l’époque, l’enveloppe financière consacrée à chaque discipline prenait en compte le nombre d’acteurs. Donc, les acteurs de la musique et du théâtre étant les plus nombreux, bénéficiaient d’une enveloppe financière consistante. Mais n’ayant connaissance de l’existence que d’une vingtaine de plasticiens, l’enveloppe destinée aux arts plastiques était tellement insignifiante qu’elle ne profitait pas à l’ensemble des artistes. Donc, ce problème doit être réglé afin que l’autorité se rende compte que l’art plastique a besoin également de grandes ressources pour son développement.

Après l’élaboration du premier répertoire des artistes plasticiens sorti en 2013, vous venez de publier une nouvelle version du document. Quelles sont les innovations apportées au nouveau répertoire ?

Le répertoire est une base de données qui permet de savoir le nombre d’acteurs et les différents maillons en arts visuels au Bénin. Le premier exemplaire étant sorti en 2013, ce qui fait plus de sept ans, c’est tout à fait normal que certains acteurs aient perdu leurs contacts que, certains mails ne fonctionnent pas et la qualité des travaux ont certainement dû changé pour certains plasticiens qui ont amélioré leur style. Il y a certains qui ne sont plus parmi nous sur cette terre et il y a beaucoup d’autres jeunes talentueux qui ont intégré le domaine. Donc, voilà autant de paramètres qui nous ont conduits à décider d’actualiser cette base de données en vue de la rendre encore plus fiable et récente.
Lorsqu’on avait lancé le premier répertoire en 2013, des étrangers essentiellement des anglophones, lors d’une résidence avec des artistes béninois à la Villa Karo, ont pris connaissance du document. Ils l’ont apprécié mais la langue a été une barrière pour leur accessibilité. Donc, nous nous sommes dit que pour plus d’accessibilité, il faudrait qu’on traduise les textes aussi en anglais pour faciliter la compréhension. La version actualisée a pris cela en compte pour que nous ayons un document bilingue.
Le deuxième répertoire des acteurs des arts visuels du Bénin contient tous les anciens acteurs du premier répertoire, à l’exception de ceux qui nous ont quittés. Dans le premier répertoire, c’était environ deux cent artistes mais dans ce nouveau répertoire, c’est trois cent artistes plasticiens qui sont répertoriés. Autour de l’artiste, il y a un certain nombre d’acteurs qui l’accompagnent dans le développement de sa carrière. Il s’agit des journalistes culturels, des critiques d’arts, des historiens, des collectionneurs, des associations, des centres culturels, qui se retrouvent dans ce nouveau document.

Propos recueillis par Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.