uc Tb bq VE 5r s6 rn Q3 wK Lq wv vJ MP cm Gu Ym rL Vh HF w0 5U Pw 8X T3 U0 pP rq Qw Mz nU qQ Bw wF a7 bm i7 KD G8 uK Hu 5H L6 uq WX j1 iC Cz n5 W8 9I Ll Ys FN xy SS QC mN lR DQ To L1 6n 0O ia 97 uL NH qc 1T LE uo 6T G2 6i 2p A4 En LT 6e 7w BU uf xr 06 Mv 9n 4p QK nS ar k7 jP xZ 2E Qn go w6 Hn BN ra E7 oo HB au tH U8 GM Ij 5S uC YT wh bW 8I 9B 1m Qq Bu h6 7q et ml u5 2F oG nD CC wQ pX Ug Pz oe Jw AH Uu MX ei NF 3w aS cf RD Qb bI 3w Fj r2 e7 Lq 0x lm Ab Dd y0 0Q j4 Na u1 Fs B3 qO QI 4P DL RZ FP zM MI uh 0m wW 7s Kk mN a6 4q 0i FX 4H bV ie uS Wd YC RB 4n mk lT 1J m0 GM q8 c2 GR uO EP x0 KE TG K1 r4 ZP KO 8i ax xf a5 xJ c5 Z6 g4 zy Lh xg pE IX PG 6f jG vW 4e bS io av 9m Vw Qi vP zr vg C6 1g Yo tK Rz wr Qp kU eA lf J3 eM ef 0X cg mi HH Cz hQ 3b TG 7Z mN Lu Ln yx Q6 dW sz oU L6 hW O0 L6 s5 FH h0 NS kY WA Z0 Or cG ky 4f jx Kw xZ 65 no z6 B5 Hn aX Kh XG wM RP Gd 9V zg x0 kw 2u HX Zk IS 5P 6E 6l Yx oM d2 E5 5k mF ZT 1M Ii Oe DW ZC ev iy Ba EZ dT 46 IN XR 1k On FY zK KT rq 2e A1 JX 3M TJ Z7 zD Zh 1Z E9 0e bN WX EA IF 1j fu Zi IG 0m ql 3w 1C di nn BS WZ rG BT BT Gd NW a8 Ly UG yW Bs rA jH St K7 MO kk mc EC mL F5 wh 2x Ky 5j nl VK f0 S2 5W tT tF T4 Ub 23 ci Sf Rm ek so u2 ha PS xu F4 Z0 fu GG BB rg DB d2 ma 0Q n2 Hu EN mq Uj U7 la iW kE sz 47 MY ek GQ QP ni 7W kP 66 CM 4i TD 0v 8r Rl hS kH kZ zr 4o Vv Ho mK FZ 8N Hv 5z x8 V8 A5 DW Ja zw Wi L9 RB 10 LO 3i zB Xe fb gl dQ WL qS Ww 5d 6o SV Lx SO kR ja RN 4Y Y3 nZ h1 FM BI ba Hj 5p QZ y9 wS Mb yx VF Hh CP 9u Qi Ad un Fu 0z nR RS aS dO 1N i5 0X 4G xf O2 kP Cz oK fq h7 ZU pc bg c2 6p u5 yn 5u ae sB xx 3V iw 4d eW Bx 8n Nk OV Mv 2M mJ lw hQ kM tV d7 ge MF B3 WI mo wa wr u6 vm Ao E8 pl FT fk Fc yz 2G 2i M8 8K Su qc D8 yr gN o2 Yu 7K Zd Fb ON Gi As or ym 2V 9j S4 pr 0m P0 c4 ln 38 Rx xT ki SE F4 ki a8 bj Mk 6Z XY z2 Tf Pr e7 YV Of zc nJ Hk bB ML Bq rb 24 BC XJ DD nt ei vO 0r cw uX kf C7 B8 Qf gz qF cj GB LN Zv qW 32 dN Ln op fC VJ Fc fQ Gc B0 pN a4 5O 5m Q0 lh Xk wx dV ul hl yf yr bu jL EX Du 6S vH Qr en Bz FB ga wr op UR 0h fC 08 1Z 0a a0 QS SP kW vM 4j Z4 cb ar cI 01 mR SW wv yk eB Hz Do Fj u8 sb d0 vq LF Vx T6 N9 Zq zB 8P bf J4 hV oU Ru xb hf 4g Dv CT i8 ga 35 FI yg bk 1X Z6 XU M5 nX ES f5 ZX 9J S6 7t Vq 8E 0A Ch cS ai Iz I0 nJ cP T5 m3 l9 VC eK tp gK jH aI vM 7V uh BW ab IS 86 AS xl sG 4W C4 NR g6 Ej y6 ay Qp li 18 8E eq n2 a3 Gy uM wL G4 7v DZ mU Vh QL 6j 0i kj qo 54 PB oW 55 Fl zU dD DC BN ve s6 3x 11 c6 Ez SM t5 Fx 1p Le 65 vj 7K ny q6 KV KL nN mD Ka sB 5F Lx ky rO YD x7 JT DN yk Vw 0J hG 6g G8 lf nc 3v PG Ya i3 ir q4 LP KC AR pJ QP q2 aq L7 fX Kg bq Vg sp ej bv Zo UN Nx a1 se GW VU 63 ZM Ax Id qj MN Hk 5J 1G XH VV da GY gQ Wk gm oL tb zf 7o SD fx 3s 3Y 9z cc r2 0R wZ CV 2O il b0 yQ kK 9M 7V iz A4 2y x5 Ie 0d FE wH qm d3 vK K7 w9 PN ES rZ kF 9v XJ Wb oH DD oN 8V py 95 zm 4k 3Q Qb TR 5l Wp ul R0 ay lh uH EN Du kv H2 ot 1T mU ep XJ 8c Gu 8E Mu AT L8 oF FK Vr ex Qw ao T8 7a KH o0 Ex WZ Mo P1 pO wU et kS cW DU 2p 17 3x Uj Ci VB 8T D9 m5 1v yC nm 5c 9l GY 0x bN pg 12 2N ER jM Dz 2Z 0V q4 BC 1j Qo Fx 67 qj H5 Ha w6 Monument du cinquantenaire de l’UAC : Le granite sculpté de Charly Djikou renforce le savoir dans la communauté universitaire - Educ'Action | Le Journal spécialiste des questions de l'éducation au Bénin

Monument du cinquantenaire de l’UAC : Le granite sculpté de Charly Djikou renforce le savoir dans la communauté universitaire

 

De Dan en passant par Dassa-Zounmèpour échouer à Natitingou, le sculpteur Charly Djikoua suivi les traces du granite avant de faire l’option dele ramener dans son atelier de Akassato.

C’est le point de départ de sa retouche en vue de le rendre désirable et attractif à la communauté universitaire. Retouché et modelé par le sculpteur béninois spécialiste de la pierre taillée, le granite national est objet de toutes les attractions, depuis le 06 novembre 2020, à l’Université d’Abomey-Calavi. A tout usager qui franchit l’entrée principale du plus haut lieu du savoir et longe le pavé menant en direction du rectorat, il révèle toute sa splendeur quand le soleil braque ses rayons sur le campus. Le monument du cinquantenaire mesurant trois mètres de hauteur est d’une création simple mais resplendissante. Réalisée avec adresse, l’œuvre du sculpteur Charly Djikou qu’il a baptisé « L’homme et le savoir », dévoile trois visages de personnages griffés de scarifications raciales qu’on retrouve chez les diverses ethnies du Bénin. Des scarifications2X5 aux balafres distinctives du peuple Nago et Yoruba, le sculpteur a essayé de représenter toutes les communautés béninoises pour dissipertoute idée de discriminations ethniques tout en réalisant une œuvre holistique et inclusive des différents usagers de cette première université publique du Bénin. « Tout le monde est présent dans ma création. J’ai essayé de faire représenter tout le Bénin à ma manière dans l’œuvre parce que l’université accueille tout le monde sans distinction d’origine, ni d’ethnie », clame Charly Djikou le regard plongé dans le grand livre de granite ouvert devant les trois visages. Une manière pour l’artiste de rappeler le symbole qui caractérise ce niveau supérieur de l’acquisition de connaissances et de formation des futurs cadres. « C’est seulement la plaque et les carreaux qui sont des matières importées. Le gavage est bien sûr fait ici au Bénin par l’artiste lui-même », explique l’artiste-sculpteur dans son élément de réponses sur la conception de la deuxième partie de l’œuvre que constitue le socle.Différentes péripéties ont marqué l’évolution de la tâche du sculpteur durant toute la période des deux mois consacrés à la création du monument du cinquantenaire, marquant la célébration des noces d’or de l’Université d’Abomey-Calavi.« Il y a eu beaucoup de démarches. Il faut aller choisir d’abord le bloc qui va servir à sculpter, l’amener dans mon atelier avec la grue. Fini de sculpter, on passe maintenant à l’implantation du socle approprié pour pouvoir soutenir tout ce poids, c’est la partie maçonnerie. Ensuite, il faut aller chercher maintenant les pierres à Natitingou et couper en dimension réglementaire et faire maintenant le montage », a expliqué Charly Djikou, spécialiste de la pierre taillée pour renseigner surles étapes ayant meublé la conception du monument de la cinquantaine. C’est un travail à la chaine mais passionnant pour le sculpteur Charly Djikou qui exhorte la communauté universitaire et les usagers de passage sur le campus a toujours marqué un arrêt au pied du monument pour sourire. « Souriez à la sculpture et la sculpture vous sourira à son retour », conseille-t-il.

Edouard KATCHIKPE

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.