Grève des enseignants en RDC : Le public reçoit le renfort des écoles confessionnelles

Mécontents de la décision du gouvernement congolais consacrant la gratuite de l’enseignement de base pendant que la situation salariale du personnel d’encadrement est dégradante, les enseignants des écoles publiques de la République Démocratique du Congo sont décidés à paralyser les activités académiques.

En grève depuis quelques jours, ils reçoivent depuis le mardi 05 septembre 2019, le renfort de leurs collègues des écoles confessionnelles. Venus sur le lieu de travail, ces derniers n’ont pas dispensé de cours aux apprenants. Il s’agit d’un acte de solidarité du Syndicat National des Enseignants des Ecoles Catholiques (SYNECAT) envers leurs collègues embauchés par l’Etat et qui sont impayés depuis plusieurs mois.

105.000 enseignants sont concernés par cette situation de non payement de salaire au plan national, dénombre le Syndicat des Enseignants du Congo (SYECO). L’autre situation, source de mécontentement des enseignants est relative à la différence du traitement salariale des enseignants selon qu’ils soient en ville ou en  campagne. « A Kinshasa ou à Lumumbashi, en guise de compensation, un enseignant touche 124 dollars. En milieu rural, ce n’est que 24 dollars », déplore Cécile Tshiyombo, présidente du SYECO qui assure qu'elle travaille avec le gouvernement afin d’obtenir un rééquilibre.

De son côté, le gouvernement oppose une opération d'identification d’ici le 15 novembre comme préalable avant toute négociation sur le payement des salaires.

Edouard KATCHIKPE