Afghanistan : L’UNESCO garantit le droit à l’éducation en cette période de crise.

« Rien ne doit entraver le droit fondamental à l’éducation, en particulier pour les filles et les femmes ». C’est le message lancé par  Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, lors de sa sortie relative à la situation qui prévaut actuellement en Afghanistan.

A en croire la directrice générale de l’UNESCO, son institution n’entend ménager aucun effort pour soutenir tous les Afghans, afin de garantir ce droit fondamental, indispensable à l’exercice des autres droits de l’Homme et au développement de l’Afghanistan. Car, pense-t-elle, « les importants progrès réalisés dans le pays, notamment en matière d’éducation, ne doivent pas être perdus. L’éducation doit se poursuivre pour les filles et les femmes. L’avenir de l’Afghanistan dépend d’elles ».

Quant aux étudiants, enseignants et autres personnels de l’éducation, Audrey Azoulay préconise « un accès à des environnements sûrs. Les filles et les femmes, en particulier, doivent continuer à apprendre et à enseigner sans aucune restriction ».

Pour information, l’UNESCO agit aux côtés de l’Afghanistan depuis les années 1948 et fournit une assistance technique pour renforcer son système éducatif, en particulier pour l’éducation des filles. A ce propos, 1,2 million d’Afghans dont 800.000 femmes ont été touchés par la plus grande campagne d’alphabétisation. Aussi, a-t-elle soutenu le pays à promouvoir un retour à l’école en toute sécurité, tout particulièrement pour les filles en cette période de crise relative à la Covid-19.

 

                                                                                                                Estelle DJIGRI  

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *