59% de réussite au Baccalauréat, session de juin 2022 : Fruit des réformes dans le Secondaire - Journal Educ'Action
/

59% de réussite au Baccalauréat, session de juin 2022 : Fruit des réformes dans le Secondaire

9 mins read

L’examen du Baccalauréat 2022 a livré son verdict depuis le mercredi 13 juillet dernier. Les résultats ont connu une baisse de 5,42% par rapport à l’année dernière. L’attente aura été longue mais les candidats sont désormais fixés sur leur sort

«Je suis très content, c’est bon. C’est tout ce qu’on souhaitait. Je ne peux que remercier Dieu ››. Ainsi s’exprime tout ému, Adam Akpaki, candidat heureux au Bac série B du collège Saint Thomas d’Aquin de Parakou. Non loin de lui, c’est Abdoul Nabil Alfa Gambari lui aussi candidat au Bac B de l’établissement ‘‘Les Merveilles Seniors’’ qui ne peut plus contenir toute la joie qui l’anime. « Franchement je me sens vraiment soulagé. Je me sens vraiment libre, j’ai vu que toutes ces souffrances ont porté leurs fruits. Je me sens fier parce que je vois qu’il n’y aura plus de contraintes comme avant et il est tant aussi que l’on passe à autres choses. Je suis très heureux ». Aurel A. candidat au Bac D est finalement délivré après son second essai au Bac. « C’est un soulagement pour moi. Je ne m’attendais pas à échouer au Bac pour la première fois. Ce qui fait que cette année, je n’étais sûr de rien. Mais par la grâce de Dieu, j’ai réussi. ». Ces impressions sont celles des candidats éclarés admissibles à la suite de l’examen du Baccalauréat, session de juin 2022. L’attente aura été longue avec des moments de prières, de peur, de doute et de stress mais l’effort a payé dans le rang de certains. Pour d’autres, candidats malheureux, des efforts restent encore à faire l’an prochain pour tirer leur épingle du jeu.
Ils sont au total 44 785 candidats à avoir été déclarés admissibles cette année, sur les 75 911 ayant rigoureusement composé. Taux national enregistré, 59% contre 64,42% en 2021, soit une baisse de 5,42% comparativement à l’année passée. La proclamation de ce taux a été faite dans la nuit du mercredi 13 juillet 2022 par le directeur de l’Office du Baccalauréat, Alphonse da Silva en présence de certains acteurs du monde éducatif et de la presse béninoise. A l’arrivée, le département de l’Atlantique a donné le plus grand effectif de réussite qui le propulse à la première place tandis que le département des Collines ferme la marche.

65,65% et 47,02% respectivement plus fort et plus faible taux de réussite

Pour le classement des départements, l’Atlantique et le Littoral ont permuté leur place pour le compte de cette année. 2e en 2021 avec un score de 70,43%, l’Atlantique s’est illustré cette année à la première place avec 65,65% de taux d’admissibilité. Le département du Littoral qui occupait la première place l’année dernière avec 73,44%, a régressé d’un rang et occupe la deuxième place avec 64,51%. 6e en 2021 avec 64,41 %, le Mono obtient 59,74% qui le propulse à la troisième place en 2022. Le département de l’Ouémé qui était la 4e place avec 64,69% l’année dernière, reste constant et maintient sa place de 4e mais cette fois ci, avec 58,14%. 3e en 2021 avec 65,41%, le Zou descend à la 5e place avec 57,47%. La 6e place est attribuée au département de la Donga qui s’en est sorti avec 57,30% en 2022 alors qu’il occupait la 8e place en 2021 avec 56,10%. Un effort est constaté au niveau du département du Couffo aussi bien dans la moyenne obtenue que dans la place occupée. 11e en 2021 avec 54,96%, il revient à la 7e place avec 56,54%. 7e en 2021 avec 57,73%, le Borgou est désormais 8e avec un taux de 54,57%. L’Atacora maintient sa place de 9e. De 56,03% l’année passée, il est passé à 52,48% en 2022. Autrefois 4e ex en 2021 avec 64,69%, le département du Plateau se taille la 10e place en 2022 avec 50,51%. L’Alibori, 10e en 2021 avec 55% se retrouve à la 11e place avec 49,50% en 2022. Demeurant 12e cette année avec 47,02%, les Collines avaient obtenu 51,79% en 2021.
Ces résultats, à en croire Alphonse da Silva, directeur de l’Office du Baccalauréat sont d’une fiabilité certaine. Et pour cause : « A la fin des compositions, les copies de tous les centres ont été totalement mélangées. Cela pour permettre que les copies soient corrigées avec doigté. Les copies ont circulé à travers les départements du Bénin et totalement mélangées. C’est ce que nous appelons permutation des copies. Par exemple, les copies d’un département ont été corrigées dans cinq autres départements au moins. A la fin des corrections pour les délibérations, les jurys présidés par les universitaires avérés et des inspecteurs de bons calibres ont vérifié si les copies sont bien corrigées. »
Ce taux de 59% est aussi le résultat des efforts consentis par le gouvernement du Bénin, selon le premier responsable de l’Officie du Bac. Entre autres efforts évoqués, « le gouvernement de notre pays a mis les moyens qu’il faut pour assurer l’avenir de la jeunesse. On peut noter également la mise à disposition d’enseignants dans tous les établissements, les cahiers de charges donnés aux responsables d’établissements jugés sur leurs résultats ; la lutte contre les fraudes à l’inscription ». La question relative à la baisse du pourcentage de 5,42% par rapport à l’année 2021 n’a pas été occultée par les hommes de la presse.

Les raisons des 5,42% de moins

77 416 candidats ont été inscrits cette année contre 82 958 en 2021, soit un effectif de 5 542 candidats en moins en 2022. Au nombre de ces 77 416 candidats, 75 911 ont réellement pris part à la composition des épreuves écrites du Baccalauréat 2022. Ceci constitue l’une des raisons de la baisse du taux de réussite cette année et se justifie par le fort taux obtenu l’année dernière selon Aristide Akpo, superviseur général d’un centre de correction et de délibération du Bac, ayant représenté l’ensemble des superviseurs lors de la délibération officielle par le directeur Alphonse da Silva. « L’année dernière, nous avons eu 64,42% et donc, les salles de classes sont vidées. La plupart de ceux qui ont réussi cette année, on peut dire avec certitude que ce sont des gens en majorité qui vont au Bac pour la première fois et qui ont réussi avec ce taux qui tend vers 60% », a justifié Aristide Akpo, avant d’ajouter avec certitude que les réformes dans l’enseignement secondaire portent déjà des fruits.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les plus récents