4e Journée internationale de l’Education : Bientôt un sommet sur la transformation de l’éducation - Journal Educ'Action

4e Journée internationale de l’Education : Bientôt un sommet sur la transformation de l’éducation

7 mins read

« Changer de cap, transformer l’éducation ». C’est le thème principal retenu dans le monde entier à l’occasion de la 4e édition de la Journée Internationale de l’Education, célébrée chaque 24 janvier.

Ce lundi 24 janvier 2022, les responsables des différentes organisations internationales ont honoré cette célébration de leurs discours, en faisant le bilan des deux années marquées par la Covid-19 dans le monde. Dans son point relatif à ces deux (02) ans de pandémie, le responsable de l’ONU, António Guterres, a mis l’accent sur le chaos provoqué dans l’éducation à travers le monde. A en croire les statistiques énoncées par ce dernier, 1,6 milliard d’écoliers et d’étudiants ont vu leurs études interrompues et la part des enfants quittant l’école dans les pays en développement qui ne savent pas lire, pourrait passer de 53 à 70% si rien n’est fait. Les nouvelles données publiées par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) lors de cette journée internationale révèlent que les écoles sont actuellement ouvertes dans 135 pays, tandis que les cours sont temporairement suspendus dans 25 autres nations. Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO a fait remarquer que « l’éducation continue d’être profondément perturbée par la pandémie, mais tous les pays sont désormais parfaitement conscients des coûts dramatiques qu’entraîne la fermeture des écoles, comme l’a dit l’UNESCO ces deux dernières années ».

Les bouleversements constatés pendant ces deux dernières années vont au-delà des questions d’accès et d’inégalité, de l’avis de António Guterres, secrétaire général de l’ONU. Car, estime-t-il, « les systèmes éducatifs conventionnels peinent à transmettre les connaissances, compétences et valeurs dont nous avons besoin pour offrir un avenir meilleur, plus vert et plus sûr à toutes et à tous ».

Lire aussi  4e Journée Internationale de l’éducation : Tous favorables à un changement de cap pour booster la scolarisation

De son côté, le président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid a fait observer que « les élèves et les étudiants du monde entier pourraient perdre un total de 17.000 milliards de dollars de revenus au cours de leur vie, en raison des contraintes », soulignant la nécessité de réfléchir à l’impact des deux années de pandémie de Covid-19. Ce chiffre représente un appel à combler la fracture numérique, à autonomiser les filles et garçons et à renforcer le soutien aux personnes vivant avec un handicap. « Dans un monde de plus en plus complexe, incertain et précaire, la connaissance, l’éducation et l’apprentissage doivent être ré-imaginés », a-t-il fait savoir.

Pour relever ces défis, António Guterres entend organiser un sommet sur la transformation de l’éducation en septembre 2022. « Le moment est venu de raviver notre engagement collectif en faveur de l’éducation. Pour ce faire, il s’agira de placer l’éducation au cœur des efforts de relèvement qui visent à transformer l’économie et la société et à avancer plus rapidement sur la voie du développement durable », a-t-il laissé entendre tout en mettant l’accent sur la nécessité d’une solidarité financière avec les pays en développement et la compréhension de la manière dont les systèmes éducatifs nationaux peuvent être réformés, d’ici 2030.  Abdulla Shahid, quant à lui, estime également que « le monde a besoin d’un système éducatif qui pourrait tirer parti de l’intelligence collective de l’humanité, un système qui fait progresser, plutôt que de subvertir, nos aspirations à une éducation inclusive fondée sur les principes de justice, d’équité et de respect des droits de l’homme ». L’UNESCO invite, à son tour, à la prise de mesures correctives. « Si l’on ne prend pas de mesures correctives et que l’on ne se concentre pas sur les élèves les plus vulnérables, la pandémie de Covid-19 aura des conséquences dramatiques à long terme », a averti Mme Azoulay.

Lire aussi  Le cœur de notre éducation

                                                                                                                  Estelle DJIGRI

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les plus récents