1ère édition de la Journée Mondiale de la Culture Africaine : Un pari gagné pour le Bénin avec le soutien du FAC

La danse Guèlèdè, identité culturelle béninoise inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO exécutée avec brio par les danseurs de la troupe 3L Ifèdé devant une délégation venue du Niger, de la France, du Togo, de la Guinée Conakry, de la Martinique, d’Haïti. Les rythmes traditionnels Akonhoun et Tipenti et la danse des adeptes de la religion endogène Sakpata déroulés sur scène sous l’admiration des têtes couronnées et gardiens de la tradition. C’est dans l’apothéose que la célébration de la Journée Mondiale de la Culture Africaine (JMCA) a connu son épilogue dans la salle bleue du Palais des Congrès de Cotonou, ce dimanche 24 janvier 2020. Démarrée le vendredi 22 janvier dernier par une conférence de lancement suivie d’un défilé de remise de flambeau, la célébration de la première édition de la JMCA a été marquée par plusieurs manifestations. Au nombre des activités, on peut citer, entre autres, une communication sur les politiques et perspectives du Bénin pour la promotion et la valorisation de la culture, une table ronde sur la place de la culture dans le développement du Bénin et de l’Afrique, une élection de l’ambassadrice de la JMCA 2021, une cérémonie de reconnaissance et de remise de prix aux acteurs culturels et à l’ambassadrice de la JMCA 2021. « La longue marche a débuté par le lancement de la Journée Mondiale de la Culture Africaine et afro-descendante, le 24 janvier 2014 avec l’implication du Réseau Africain des Promoteurs et des Entrepreneurs Culturels (RAPEC), que préside le togolais John Ayité Dossavi. Cette réussite s’est concrétisée ensuite par l’adoption et la ratification de la Charte de la renaissance africaine par bon nombre de pays dont le Bénin. Après plusieurs années de combats et de lobbying à l’international, la 40ème Conférence générale de l’UNESCO du 20 novembre 2019 a fini par adopter, le 24 janvier, comme Journée Mondiale de la Culture Africaine », a renseigné Sa Majesté Togbui Akatsi, roi de Comé et président du comité de mobilisation et d’organisation pour renseigner sur le contexte de cette célébration. Il n’a pas manqué d’adresser ses mots de remerciement aux participants venus d’ailleurs et au Fonds des Arts et de la Culture qui, selon lui, a été d’un grand soutien pour la réussite de cette célébration.
Représentant le ministre en charge de la culture à cette célébration, Gilbert Déou Malè, directeur du Fonds des Arts et de la Culture, a décerné un satisfécit au comité d’organisation pour avoir réussi le pari de l’organisation en dépit des difficultés. « Nous sommes en train de célébrer notre culture, ce qui nous différencie des autres et nous devons en êtes fiers. Désormais, nous allons nous impliquer davantage dans l’accompagnement de cette célébration », dira le directeur général du FAC.

Edouard KATCHIKPE

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *