1ère édition de la Journée de l’enseignement supérieur : L’employabilité des diplômés au cœur des échanges - Journal Educ'Action

1ère édition de la Journée de l’enseignement supérieur : L’employabilité des diplômés au cœur des échanges

3 mins read

C’est l’amphithéâtre Idriss Deby Itno de l’Université d’Abomey-Calavi qui a accueilli, le jeudi 02 décembre 2021, la première édition de la Journée de l’enseignement supérieur.
Cette journée qui entre dans le cadre de la conférence triennale du Forum Régional des Universités pour le Renforcement des Capacités en Agriculture (RUFORUM) et organisée par la Fondation MasterCard de l’Université d’Abomey-Calavi a été l’occasion pour l’ensemble du corps enseignant et les acteurs de l’éducation à divers niveaux, de réfléchir sur le thème «Enseignement supérieur et employabilité des diplômés au Bénin».
Pour le professeur Félicien Avlessi, recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, le thème sous lequel est placé cette journée tient d’une importance capitale pour toutes les universités du Bénin. Ainsi, «réfléchir sur l’enseignement supérieur et l’employabilité des jeunes au Bénin permettra, à coup sûr, à notre université d’affiner sa vision et de faire face aux enjeux de l’heure».
Quant à la ministre de l’Enseignement supérieur, Eléonore Yayi Ladékan, représentée par son homologue Kouaro Yves Chabi du Ministère des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, cette séance d’échanges intervient à un moment crucial pour sensibiliser les acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur sur les problèmes qui minent l’employabilité des diplômés au Bénin. «Les constats prouvent que le nombre de demandeurs d’emploi est de plus en plus croissant. Les chefs d’entreprises recruteurs sont de moins en moins satisfaits par rapport à leurs attentes des produits de l’enseignement supérieur. L’évidence est qu’il y a une inadéquation entre la formation académique proposée par les universités et les besoins du marché. Ce qui amoindri le taux d’insertion professionnelle de nos jeunes diplômés», a martelé le ministre Kouaro Yves Chabi. Pour corriger cet état de chose, estime-t-il, il s’avère indispensable de réfléchir à de nouvelles stratégies de gestion de ces difficultés pour faire rayonner l’Enseignement Supérieur au Bénin.
Une table ronde est aussi organisée sur le thème : «Nécessité d’un enseignement supérieur plus productif d’emplois» et animée par les professeurs Brice Sinsin, Anne Floquet, Eléonore Yayi Ladékan, Nelly Kelome, Expédit Vissin et le docteur Serge Abihona.

Gloria ADJIVESSODE

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Les plus récents

Santé et Bien- être

L’utilisation du bouillon communément appelé « cube » devient aujourd’hui, chose récurrente dans nos habitudes culinaires.