banner ong educaction

Educ'Action à une participation citoyenne responsable | Les jeunes béninois s’engagent avec EMI

Organisé le samedi 22 juillet 2017 à la Maison des Médias ‘’Thomas Mégnassan’’ à Cotonou, l’atelier de formation sur l’Education aux Médias et à l’Information (EMI) a mobilisé une centaine de jeunes leaders de diverses associations de la société civile béninoise.

Techniquement et intellectuellement mise en œuvre par Educ’Action Média grâce à l’appui du Bureau régional de l’UNESCO-Abuja, cette activité vise à offrir aux citoyens, en l’occurrence les utilisateurs et consommateurs des produits des médias traditionnels et nouveaux, les compétences nécessaires en matière de tri d’informations pour jouir en toute responsabilité du droit à la liberté d’opinion et d’expression.

« Favoriser l’essor d’une jeunesse de qualité, véritable fer de lance du développement en Afrique ». C’est la vision du Groupe  Educ’Action  qui, grâce à l’accompagnement du Bureau régional de l’UNESCO-Abuja, a conduit l’atelier de formation sur l’Education aux Médias et à la Formation (EMI). Des jeunes, hommes et femmes, ont participé activement aux travaux faits de communications sur des sous-thèmes liés à EMI et à la mise en place du groupe de travail : le Réseau EMI-Educ’Action. Dans son mot de bienvenue, Ulrich Vital Ahotondji, Directeur général du Groupe Educ’Action, a renseigné que les découvertes technologiques, ces dernières années, ont révolutionné le monde des médias et de la communication avec une forte prolifération des plateformes expressions libres pour les citoyens. Seulement, cette avancée saluée de tous, sans un encadrement responsable, constitue déjà une menace à la paix durable, un terreau fertile à l’extrémisme et l’intolérance, a-t-il ajouté, présentant ainsi l’intérêt de l’EMI. Selon lui, l’objectif de la formation est d’offrir aux participants les compétences nécessaires pour évaluer de façon critique, les contenus et les sources des médias traditionnels et nouveaux, toute chose utile pour jouir des valeurs citoyennes et participer efficacement au débat démocratique et au développement.  « J’invite toute la jeunesse béninoise et africaine à une prise de conscience révolutionnaire, pour une participation plus responsable au débat public, pour une lutte sans merci contre le discours de haine, de peur et d’incertitude proféré çà et là », a-t-il martelé. Corinne Moussa, Chargée de Coordination à l’antenne nationale de l’UNESCO-Bénin, et Représentante du directeur régional de l’UNESCO-Abuja, a dit la satisfaction de son institution à appuyer le Groupe Educ’Action sur ce chantier de formation des jeunes à une prise de conscience responsable dans la diffusion des informations orientées vers la paix via les nouveaux canaux technologiques d’information. L’honneur est revenu à Adélaïde Fassinou Allagbada, Secrétaire Générale de la Commission Nationale de l’UNESCO-Bénin, de procéder à la cérémonie de lancement officielle de l’atelier. Convaincue que cette activité historique va permettre aux jeunes participants de s’engager  de façon responsable avec EMI, elle a exprimé la fierté de la commission d’œuvrer pour une meilleure éducation des jeunes en dépit des moyens limités.

Des communications édifiantes sur EMI…  

Trois communications ont été présentées par les différents experts pour renseigner la centaine de jeunes, hommes et femmes, sur le concept EMI. Le premier thème intitulé « Généralités sur l’Education aux Médias et à l’Information : EMI et la liberté d’expression » a été l’œuvre de Romuald Domar Logbo. A travers cette communication développée en cinq grands points, l’expert a entretenu les participants sur le contexte de EMI, les différentes composantes de l’EMI, son importance pour la démocratie et la bonne gouvernance, les conseils pratiques sur l’utilisation du programme, et enfin les liens entre liberté d’expression et d’information, l’accès à l’information et au débat démocratique. « ... ce programme reconnaît la nécessité d’une définition élargie de l’alphabétisation qui prenne en compte les médias et les services d’information sur tout support qu’il soit papier, écran ou électronique », a expliqué le communicateur. La deuxième communication présentée par Serge-David Zouémé a mis l’accent sur « l’Evaluation critique du contenu des médias et de leurs sources». Ici, il a été surtout évoqué l’esprit critique qui doit animer les jeunes diffiseurs, producteurs ou consommateurs de produits des médias, tous formats confondus. En guise de synthèse de cette communication. Il convient de retenir que même si on doit se réjouir de l’essor des  médias traditionnels et surtout des plateformes libres qui facilitent le débat démocratique et la liberté d’expression, il urge de doter les jeunes de compétences nouvelles, des aptitudes et attitudes avérées pour produire ou relayer des contenus médias crédibles, exacts, pertinents et opportuns qui promeuvent la paix, l’interculturalité, la tolérance et la rencontre des peuples. « L’internet offre de grandes opportunités pour améliorer la vie de tous les utilisateurs, mais des risques et des menaces accompagnent ce développement positif, souvent en parallèle avec ceux qui existent déjà dans le monde réel », a-t-il indiqué. Pour amener donc les jeunes à prendre conscience de la vulnérabilité de la numérisation faciale et de l’internet, Ulrich Vital Ahotondji a entretenu les participants sur l’ « Engagement des jeunes à une participation citoyenne responsable sur Internet et les réseaux sociaux et la mise en place du Réseau EMI-Educ’Action ». Le web 2.0 et le monde virtuel, l’utilisation d’Internet et les habitudes en ligne des enfants et des jeunes, les défis et les risques de l’utilisation d’Internet, la vie privée et la sécurité, l’autonomisation et l’utilisation responsable de l’Internet. Tous ces éléments sont passés en revue aux fins d’amener la jeunesse béninoise à prendre conscience des risques liés à l’utilisation d’Internet. Le web journaliste est alors initié à s’engager pour les valeurs de la démocratie et la paix.

EMI

Le Réseau EMI-Educ’Action sur les fonts baptismaux …

Première étape de plusieurs autres actions qui vont suivre, le Groupe Educ’Action a mis en place, au terme de la formation, le Réseau EMI-Educ’Action qui se veut un groupe de travail dynamique de jeunes utilisateurs de médias et autres diffuseurs libres d’information. Déjà, au sein de ce réseau, il est envisagé plusieurs activités pour sa promotion au bénin et au-delà des frontières. A l’issue des votes ouverts et démocratiques de la centaine de participants, un bureau de sept (07) membres a été désigné pour un mandat d’un an. Le Groupe Educ’Action et  sous la houlette de l’UNESCO s’engage à orienter et accompagner les initiatives et activités du réseau.

Edouard KATCHIKPE

 

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.