banner ong educaction

Guinée Conakry/ Education : Panique au sein de la famille syndicale

Trois   syndicalistes  arrêtés et un autre  en cavale. C’est le triste bilan du bras de fer qui oppose le gouvernement guinéen aux dirigeants du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée.

 

Le samedi 18 novembre 2018, alors qu’ils revenaient d’une réunion  de négociation avec l’ancienne Secrétaire Générale la CNTG (confédération nationale des travailleurs de Guinée), et présidente du Conseil économique et social, Hadja Rabiatou Sérah Diallo, les syndicalistes Mohamed Doumbouya, Fodé Abass et Mohamed Kaba ont été arrêtés et conduits dans un lieu tenu secret.  Il est leur est reproché, selon la déclaration du Ministre Albert Damantang Camara, porte-parole du gouvernement  d’avoir lancé une grève illégale. L’autorité explique que les  intéressés n’ont pas déposé de préavis  avant de déclencher  le débrayage. Ceci en violation aux textes qui régissent  la République.  Par conséquent, déduit le porte- parole du gouvernement,  ils sont accusés de trouble à l’ordre public.

La situation des trois mis en causes inquiète nombre de leurs camarades  dont  Aboubacar Soumah, désormais sur ses gardes dans l’attente d’un danger possible. Celui – ci révèle  qu’il vit, caché depuis l’arrestation de ses trois autres camarades.

A Conakry et  mêmes dans les zones- ex- centrées, les écoles, lycées et collèges  sont fermés. Les apprenants sans enseignants  manifestent  presque tous les jours leur mécontentement, avec à la clé des actes de violences et vandalisme.

Esckil AGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.