banner ong educaction

Revue de Presse : Débrayage dans les lycées français de l’étranger

Environ 500 lycées et établissements d’enseignements français à l’étranger  ont  observé un mouvement de grève  le lundi  27 novembre dernier.

Les média    en ont  fait leurs choux gras  en début de semaine.  TV5 Monde  explique que la décision de cesser les cours dans  ces établissements émane du collectif des syndicats des enseignants du secondaire. Ils dénoncent   le « coup brutal porté à l’Etablissement public » avec l’annulation en juillet dernier de « 33 millions d’euros de crédits sur le budget 2017 en cours ».  Il  poursuit  et précise  que  cette opération d’abattement  a été  confirmée  dans un communiqué par le ministère des Affaires étrangères. Le mouvement d’humeur des ‘’grévistes’’,  fait comprendre Le Courrier International   est une action pour protester  contre ces coupes budgétaires drastiques.

Il s’agit d’une baisse  de 10 % du budget de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et d’une probable suppression de postes en conséquence,  révèle Le Courrier International. Les syndicalistes français de l’éducation se sont donc levés  pour s’insurger contre les suppressions d’emplois prévues par l’Etat,  écrit, Le Figaro.

 

Et pour cause, justifie  au micro de Le Courrier International,  la présidente de l’Union des conseils de parents d’élèves de l’enseignement français au Maroc (UCPE), «  cette coupe budgétaire aura pour conséquence des projets avortés ou gelés ainsi que des suppressions de postes de résidents, ce qui induit le risque d’une baisse de qualité de l’enseignement ». Pour le Maroc seul,  se désole l’interviewée, 16 à 18 postes de professeurs résidents peuvent être supprimés.

Mouvement d’humeur également dans le secteur de l’éducation au Togo, affiche le site web  Togo Top Info.        Le mot d’ordre a été lancé par la  Coordination des Syndicats de l’Education au Togo (Cset).  En réponse à cet appel,  les enseignants ont déjà paralysé l’école pendant 72 heures et  sont  sur le point de le reconduire, regrette Afrique  Midi.  De débrayages à l’infini qui entachent la qualité de l’enseignement, analyse Togo Top Info qui se demande d’ailleurs d’où viendra le Salut pour une fin définitive des grèves dans le  système éducatif togolais.

Le Bénin n’est pas épargné de l’épidémie de la grève. Ses syndicalistes sont régulièrement  cités dans le rang des  auteurs du mauvais rendement scolaire. Au-delà, des mouvements de grève qu’ils lancent  à tout vent, le journal Educ’Action  a déniché  à leur niveau une autre  probable source du fort taux d’échec dans les écoles, lycées et collèges: le cumul des  responsabilités d’enseignant et de syndicaliste.

Les cours sont dispensés, selon l’enquête réalisée par mon confrère Enock Guidjimè aux prix de gymnastiques intellectuels. Des syndicalistes interviewés  par  l’hebdomadaire spécialisé en éducation avouent être les champions des cours   de rattrapage.  Dans les écoles primaires, c’est le comble. On soumet les apprenants à un lot d’exercices pour les abandonner au profit des activités syndicales.   Face à ces acrobaties, Educ’Action  s’interroge : quelle efficacité  pour le système éducatif ?

Au Burkina Faso, pas de grève dans le secteur de l’éducation. Mais  il n’y a pas eu   cours dans les établissements scolaires les 27 et 28 novembre dernier. A l’origine de cette cessation d’activités dans les écoles, la visite du Président  français, Emmanuel Macron  dans la capitale burkinabè, indique  le web journal Burkina 24.   

L’information était à la  Une  de plusieurs  journaux paraissant à Ouagadougou.  La plupart ont exprimé leur désolation par rapport à cette décision du gouvernement burkinabé.

Les écrivains  Felwine Sarr et Achille Mbembé se sont offusqués contre   cet acte du Président Rock Kaboré. Ils l’ont fait savoir à travers une réflexion qu’ils ont co-signée,  laquelle est publiée dans le journal Le Monde.

Terminons cette revue de presse avec Educ’Action qui s’est intéressé dans son dossier de cette semaine sur le type de repas que prennent les élèves  dans les établissements scolaires.

Insécurité alimentaire en milieu scolaire : Le vrai visage de la complicité des acteurs de l’école.

Esckil AGBO

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.