banner ong educaction

Bac 2018 : Un fort taux d’échec au Gabon

Le rendement du baccalauréat 2018 au Gabon n’est pas satisfaisant.

83%  de taux d’échec, nous informe Educ’Action. Sur les 22.000 candidats ayant composé, à peine 3.943 ont pu sortir leur épingle du jeu, regrette le site gaboneco.com. Ce rendement est celui de la première phase, précise Africapostnews. Le taux d’échec est astronomique, qualifie Educ’Action. Le   résultat est donc décevant, complète gaboneco.com

Il faut alors situer les responsabilités, suggère Africapostnews. Ce journal met en première loge sur le banc des accusés, les élèves eux-mêmes. Ils se sont montrés moins préoccupés par les études. En deuxième position, leurs parents, poursuit Africapostnews. Visiblement, croit savoir Educ’Action, ils n’ont pas su jouer pleinement leur rôle : manque de suivi et d’accompagnement.  En dernière position, Africapostnews doigte les enseignants. Au Gabon, révèle le journal de Ulrich Vital Ahotondji, beaucoup de professeurs de lycées et collèges souffrent de techniques de transmission du savoir. A cela, s’ajoute la légèreté dans l’appréciation des copies des apprenants. A ce niveau, la mode au pays de Omar Bongo Ondima est connue : les « notes sexuellement transmissibles », se désole Africapostnews.

Quittons le Gabon pour nous rendre au Bénin avec Educ’Action qui annonce les résultats du Certificat d’Etudes Primaire (CEP) pour le samedi 28 juillet. Le  journal Le Mutateur aborde le même sujet et rappelle qu’ils étaient au total  221.752 candidats à aller à l’assaut de cet examen du 02 au 06 juillet passé. Quant aux résultats du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC), ils seront connus dans les tout premiers jours du mois d’août, indique le quotidien qui estime, d’ailleurs, que les autorités du monde scolaire sont déjà   de pleins pieds dans les préparatifs de la rentrée scolaire 2018-2019 prévue pour le 16 septembre. C’est exact, appuient Educ’Action et Le Mutateur. Et pour cause, se réjouissent les deux parutions, la liste des ouvrages à étudier pour l’apprentissage du français est déjà disponible et peut être consultée dans ces deux journaux.

Radio Beninlivres a constaté le départ de ‘’Les fantômes du Brésil’’ de Florent Couao Zotti des classes de première. Ce roman qui avait remplacé en 2013  le célèbre livre ‘’Un piège sans fin’’ d’Olympe Bhêly Quenum, a laissé sa place à deux recueils de nouvelles : ‘’L’affaire Bissi, Il y a mieux que la neige’’ de Barnabe-akayi Aavito Daté pour les Premières littéraires et ‘’Il était une fois la crise’’ de Roger Ikor Agboho Glèlè pour celles scientifiques, détaille la première radio africaine 100% littérature.

Selon l’analyse de Radio Beninlivres, dans la nouvelle liste des œuvres au programme, beaucoup d’auteurs-écrivains béninois sont promus. Mais ceux-ci ne sont pas les seuls.

Educ’Action a également remarqué la valorisation de plusieurs Professeurs d’université du Bénin. « Promotion dans les différents grades au CAMES : Des Professeurs d’université admis font honneur au Bénin », écrit le journal, spécialisé en éducation qui publie la liste de ces derniers.

Fin de cette revue de presse, je vous retrouve mercredi prochain pour un nouveau numéro.

Esckil AGBO