RAVIP 02

Revue de presse : L’école béninoise toujours en surtension

Les enseignants et élèves retrouvent le chemin de l’école. C’est la  substance à retenir des titres de plusieurs journaux parus les mardi 20 et mercredi 21 mars au Bénin. Après la levée de la motion de l’Intersyndicale de la maternelle et du primaire : il y a une reprise partielle des cours, écrit Bénin Intelligent.

L’école s’éveille de nouveau », remarque La Presse du Jour. « Les syndicats retrouvent enfin le chemin de la sagesse », crie Le Soleil Bénin Info. Mais ce n’est pas tous les syndicats, nuance L’Evénement Précis.  Il s’agit de « SNECC- Bénin et une partie du front qui ont quitté le mouvement », croit savoir le journal.

Dans tous les cas, ovationne Nouvelle Expression « Gouvernement et syndicats regardent  désormais dans la même direction ». Le quotidien Le Matin constate la même chose et parle  de « timide reprise des cours dans les écoles ». L’année scolaire 2017-2018, enfin sauvée, indiquent plusieurs parutions. Cependant, « si l’année est validée, elle est déjà bâclée », se désole Le Clairon.

En revanche, Educ’Action relève que les écoles sont toujours sans vie. Malgré la suspension des grèves par l’Intersyndicale de la maternelle et du primaire, « les écoles restent toujours fermées », fait savoir l’hebdomadaire spécialisé en éducation au Bénin et en Afrique. « C’est une reprise-fiction des cours » dans ce sous-secteur,  soutient Dynamisme Info.  Le Ministre Salimane Karimou a d’ailleurs été hué par des parents d’élèves à Porto-Novo, le mardi 20 mars, rapporte ce journal.  « Il a été hué et conspué », souligne Le Pays Emergent. La scène s’est produite dans le quartier Djègan Daho, précise Educ’Action.  « Des enseignants désavouent, ainsi, la levée de motion de l’Intersyndicale de la maternelle et du primaire, observe Le Pays Emergent.  «  La preuve que la corde est raide  et risque de se casser », déduit  Point Média. « Le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats est plus nuisible que le compromis,  conclut  L’Autre quotidien.

En attendant l’arrangement entre les deux parties, certains enseignants en postes administratifs dans les différentes structures du Ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle peuvent déjà faire leur valise. Ils ont été déchargés de leurs fonctions,   nous informe le quotidien Kini – Kini  qui publie en sa page 2, la liste desdits enseignants mutés dans les classes. Ces derniers, désormais en situation de classe,  seront rejoints plus tard par leurs jeunes collègues  sur le point d’être recrutés. En effet, applaudit Le Challenge, le gouvernement s’apprête à recruter de nouveaux enseignants.

« Renforcement de l’enseignement secondaire en ressources humaines : Mahugnon Kakpo annonce le recrutement d’enseignants pour avril 2018 », écrit le journal. La Nouvelle Tribune et  Educ’Action confirment  l’information  et soulignent que c’est au cours de la rencontre d’échanges qu’il a eue avec les cadres de son administration, dimanche dernier, qu’il a rendu publique cette information.

Terminons cette revue de presse avec  Communal Info qui nous conduit au CEG 1 d’Abomey-Calavi. Dans cet établissement, alerte le journal, il est constaté la « disparition de six dossier de candidats au BEPC 2018 ».  « Les allocations de la CNSS ne sont pas versées  et les contrats des agents de liaison non signés », poursuit le quotidien en invitant la justice à se saisir de cette affaire.

Fin de cette revue de presse, je vous retrouve  mercredi prochain.

Esckil AGBO