banner ong educaction

Les élèves burkinabé soulagés, ceux du Bénin affligés

Le Président  Emmanuel Macron sera en visite à Dakar  dès  jeudi 1er février  2018 pour un séjour  de 48 heures, où il  parlera essentiellement de l’éducation.

  C’est le web journal français Reuters qui nous apporte l’information.  Il précise  que  le  Chef  de l’Etat  français co- présidera avec son homologue du Sénégal, Macky Sall  le  sommet sur le financement du Partenariat Mondial pour l’Education (PME).

Macron à Dakar pour promouvoir l’éducation,  écrit  VOA Afrique qui souligne qu’il s’agit d’une conférence de reconstitution des fonds du PME au cours de laquelle le Président français annoncera officiellement le montant des fonds receuillis auprès des donateurs publics et privés.    Une dizaine de Chefs d’Etat africains sont attendus  à ce sommet.  La star de la musique,  Rihana, désormais Ambassadrice du PME est aussi annoncée pour prendre part  à la rencontre,  indique Reuters.

Au total plus de mille acteurs   participeront  à ce sommet, espère le site  Info Etude.

Après les travaux de la conférence,  Emmanuel Macron se rendra, selon le site Info Etude à l’Université  Cheikh Anta Diop où il animera un entretien avec les étudiants.  Affrontera-t- il les pensionnaires de ce campus  comme c’était  le cas à Ouagadougou le 11 novembre 2017, s’interroge le site web. 

Du Sénégal, rendons- nous au Burkina Faso où le calme est revenu  dans le secteur de l’éducation  après la longue crise l’ayant secoué.  Le gouvernement et les syndicats de  l’éducation   ont signé un accord de fin crise le dimanche 28 janvier 2018,  nous renseigne  la  Radio France Internationale  (RFI).

Les  cours  ont effectivement  repris le lundi 29 janvier,  a constaté La Tribune Afrique. Ceci au prix d’un bras de fer opposant le gouvernement à la Coordination  Nationale des Syndicats de l’Education depuis octobre 2017,  souligne le journal. Avec la fin de la crise, les élèves burkinabé  sont soulagés,  affirme RFI.

Au Bénin, il n’y a point de soulagement  pour les apprenants des écoles primaires, des lycées, collèges et universités de l’Etat. Les enseignants  ont entamé  ce  mardi 30 janvier 2018 la 3ème  semaine des grèves.

Educ’Action informe que sur les campus l’intersyndicale  de l’enseignement  supérieur maintient sa motion  et va loin  en  exposant les vingt conditions  pour sauver l’année académique 2017- 2018. Selon leurs propos, rapportés par le journal spécialisé, il n’y aura  «  pas de reprise des chemins des amphithéâtres avant la satisfaction intégrale et totale de leurs revendications énumérées en vingt points ».

 A la grève des  enseignants des campus, s’ajoute désormais celle des  étudiants. L’Union Nationale des Scolaires et Etudiants du Bénin (Unseb) a aussi lancé un débrayage  de 48 heures pour exiger de meilleurs   conditions  d’étude des étudiants, signale  Educ’Action.

 Pour La Nouvelle Tribune, c’est un malaise général dans le secteur de l’éducation. Ce sont  des grèves aux conséquences fâcheuses et la première, analyse le quotidien de Vincent Folly  est  le non-respect des calendriers scolaire et académique. Les écoliers, élèves et étudiants désapprennent, les enseignants quant à eux sont oisifs,  ajoute le journal.

 Des conséquences qui semblent ne pas inquiéter le gouvernement car, remarque  La Nouvelle Tribune,  il ne s’est pas montré sensible  à la crise  en  cours.

Fin de cette revue de presse, je vous  retrouve le mercredi prochain.

Le Président  Emmanuel Macron sera en visite à Dakar  dès  jeudi 1er février  2018 pour un séjour  de 48 heures, où il  parlera essentiellement de l’éducation.   C’est le web journal français Reuters qui nous apporte l’information.  Il précise  que  le  Chef  de l’Etat  français co- présidera avec son homologue du Sénégal, Macky Sall  le  sommet sur le financement du Partenariat Mondial pour l’Education (PME).

Macron à Dakar pour promouvoir l’éducation,  écrit  VOA Afrique qui souligne qu’il s’agit d’une conférence de reconstitution des fonds du PME au cours de laquelle le Président français annoncera officiellement le montant des fonds receuillis auprès des donateurs publics et privés.    Une dizaine de Chefs d’Etat africains sont attendus  à ce sommet.  La star de la musique,  Rihana, désormais Ambassadrice du PME est aussi annoncée pour prendre part  à la rencontre,  indique Reuters.

Au total plus de mille acteurs   participeront  à ce sommet, espère le site  Info Etude.

Après les travaux de la conférence,  Emmanuel Macron se rendra, selon le site Info Etude à l’Université  Cheikh Anta Diop où il animera un entretien avec les étudiants.  Affrontera-t- il les pensionnaires de ce campus  comme c’était  le cas à Ouagadougou le 11 novembre 2017, s’interroge le site web. 

Du Sénégal, rendons- nous au Burkina Faso où le calme est revenu  dans le secteur de l’éducation  après la longue crise l’ayant secoué.  Le gouvernement et les syndicats de  l’éducation   ont signé un accord de fin crise le dimanche 28 janvier 2018,  nous renseigne  la  Radio France Internationale  (RFI).

Les  cours  ont effectivement  repris le lundi 29 janvier,  a constaté La Tribune Afrique. Ceci au prix d’un bras de fer opposant le gouvernement à la Coordination  Nationale des Syndicats de l’Education depuis octobre 2017,  souligne le journal. Avec la fin de la crise, les élèves burkinabé  sont soulagés,  affirme RFI.

Au Bénin, il n’y a point de soulagement  pour les apprenants des écoles primaires, des lycées, collèges et universités de l’Etat. Les enseignants  ont entamé  ce  mardi 30 janvier 2018 la 3ème  semaine des grèves.

Educ’Action informe que sur les campus l’intersyndicale  de l’enseignement  supérieur maintient sa motion  et va loin  en  exposant les vingt conditions  pour sauver l’année académique 2017- 2018. Selon leurs propos, rapportés par le journal spécialisé, il n’y aura  «  pas de reprise des chemins des amphithéâtres avant la satisfaction intégrale et totale de leurs revendications énumérées en vingt points ».

 A la grève des  enseignants des campus, s’ajoute désormais celle des  étudiants. L’Union Nationale des Scolaires et Etudiants du Bénin (Unseb) a aussi lancé un débrayage  de 48 heures pour exiger de meilleurs   conditions  d’étude des étudiants, signale  Educ’Action.

 Pour La Nouvelle Tribune, c’est un malaise général dans le secteur de l’éducation. Ce sont  des grèves aux conséquences fâcheuses et la première, analyse le quotidien de Vincent Folly  est  le non-respect des calendriers scolaire et académique. Les écoliers, élèves et étudiants désapprennent, les enseignants quant à eux sont oisifs,  ajoute le journal.

 Des conséquences qui semblent ne pas inquiéter le gouvernement car, remarque  La Nouvelle Tribune,  il ne s’est pas montré sensible  à la crise  en  cours.

Fin de cette revue de presse, je vous  retrouve le mercredi prochain.

Esckil AGBO