banner ong educaction

Revue de Presse : En France un enseignant homosexuel condamné pour agressions sexuelles sur son élève

Pour agressions sexuelles sur mineur, un enseignant de 53 ans écope de cinq ans de prison. L’Information nous est parvenue grâce  à  l’Agence France Presse (AFP).

L’homme n’est pas à sa première condamnation, à en croire  Ouest France.  Il a été déjà inculpé en 1997 et en 2003 pour  le même motif, explique le journal français.  Son dernier forfait s’est déroulé lors du réveillon de la Saint-Sylvestre 2016, souligne  l’AFP.  C’est un enseignant homosexuel habitué des agressions sexuelles sur les jeunes garçons, se désole  L’Echo Républicain. Le journal poursuit son compte- rendu d’investigation et rapporte que le professeur-agresseur est en poste au Lycée Notre–Dame  à Chartres  depuis septembre 2016.

  Les responsables  de l’établissement, au moment où ils le recrutaient  n’avaient accès qu’à une partie de son casier judiciaire, croit savoir  l’Echo Républicain. Le bulletin  no1  sur lequel  étaient mentionnées  ses premières condamnations leur avait été caché.

Et pour cause,  révèle l’AFP, lorsque l’accusé purge sa peine, la condamnation disparaît automatiquement du bulletin 2 du casier judiciaire. Seules les instances judicaires ont accès au volet numéro 1 du casier  où sont  inscrites  toutes les peines.

 Pas d’agressions sexuelles sur mineur en Côte d’Ivoire. Il n’en aurait peut- être jamais.  Ceci pour la simple raison  que ce pays prend l’habitude de former ses citoyens de demain sur la dignité. Côte d’Ivoire : 250 enfants formés sur les questions de dignité, de respect et de tolérance, titre Afrique Midi. C’est une activité  qui s’inscrit dans le cadre de  la  3ème édition  de Global Dignity Day, une initiative annuelle de l’Association Global Dignity,  informe @bidjan.net qui a passé en revue le bilan des  deux premières éditions de l’événement.  De la Côte d’Ivoire, rendons – nous  au Niger pour  faire part de la crise qui s’annonce  dans le secteur de l’enseignement professionnel et technique.   L’Union Nationale des Agents Contractuels et Fonctionnaires des Enseignements Professionnels et Techniques (UNACEPT) à travers  son Secrétaire Général,  M. Sanoussi Gambo a rendu publique le dimanche 05 novembre  une déclaration de presse  dans laquelle,  il  a exposé un chapelet de revendications  sur  lesquelles l’organisation syndicale et  le Ministre de l’enseignement professionnel et technique  sont divisés.  L’information est à la Une  du site @niamey.com qui estime que le Ministre Abdoulkadri Tidjani  est dans le viseur des syndicalistes.

Ceux- ci reprochent à l’autorité de tutelle un relâchement dans la prise en compte de leurs revendications, indique le Web journal Actu Niger.

Au Bénin, aucune place n’est encore accordée à une quelconque crise dans le secteur de l’éducation. L’heure est aux réformes et c’est ce que le Ministre  Salimane Karimou des enseignements maternel et primaire  est allé partager avec ses homologues de plusieurs autres pays lors de la 39ème Conférence Générale de l’Unesco à Paris.  Educ’Action se réjouit de la participation du Ministre béninois  et écrit en sa manchette du mardi 14 novembre : 39ème Conférence Générale de l’Unesco à Paris : Salimane Karimou expose  les réformes éducatives du Bénin. L’homme,  du haut de la tribune de l’Unesco et  devant plus de 200 ministres de l’éducation et de la culture, poursuit le journal  est revenu sur les grandes innovations  du Président Patrice Talon pour  le système éducatif. Au nombre de celles- ci,  la Cité Internationale de l’Innovation  et du Savoir (CIIS) et  le Plan Sectoriel pour l’Education (PSE) post 2015 en cours d’élaboration. Abordant la même actualité Le  Matinal   titre : Avancées de la politique éducative au Bénin : Karimou Salimane convainc l’Assemblée de l’Unesco.

Terminons cette revue de presse  par une inquiétude qu’exprime  Educ’Action.    Le journal constate la non tenue  du concours probatoire de l’inspectorat et se demande si  les classes  des  écoles maternelles et primaires vont continuer à rester sans inspection.  Vous pouvez lire la petite enquête réalisée à cet effet à la page 4  dans la parution  numéro 216 du mardi 14 novembre 2017.

Amis internautes, je vous retrouve mercredi prochain.

Esckil AGBO