banner ong educaction

Revue de Presse : Réformes dans les universités béninoise et française

Remaniement ministériel au Bénin. Le secteur de l’éducation n’en est pas épargné.  Le journal Educ’Action constate le départ de Lucien Kokou  du Ministère des Enseignements Secondaire,  Technique et de la Formation Professionnelle  (MESTFP).

Ce dernier cède sa place   au Professeur Mahugnon Kakpo qui occupait jusqu’à la formation du gouvernent 2 du Président Patrice Talon, le poste de Directeur des Examens et Concours (DEC) de ce ministère, titre le journal à sa Une du mardi 31 octobre dernier.

Les quotidiens  Le Matinal, La Nouvelle Tribune, le Béninois Libéré  et le Matin  ont aussi remarqué l’absence de Lucien Kokou dans le deuxième gouvernement du Chef de l’Etat.  Pour  Le Meilleur, l’ancien MESTFP s’en va avec un bilan satisfaisant. Quant au nouveau, le Professeur Mahugnon Kakpo, poursuit le  journal de Firmin Gbèkan, « il fait des partenaires sociaux une pièce maîtresse de la réussite de sa mission ».

« Il a promis aux syndicalistes un  dialogue franc, sincère et objectif  mais avec fermeté et détermination », renchérit mon confrère Justin Amoussou de Le Challenge.

En partant de l’équipe gouvernementale, le désormais ancien Ministre Lucien Kokou  n’a pas pu emmener avec lui sa collègue du supérieur. Marie – Odile Attanasso est  toujours  au gouvernement.

« C’est la prime au leadership » commente Le Matinal. En bon leader, elle est déjà sur le terrain pour poursuivre les chantiers qu’elle a ouverts  depuis sa nomination en avril 2016. Elle était sur la radio nationale  le week- end dernier où, pendant 90 minutes elle a essayé de convaincre étudiants, parents d’étudiants et enseignants des universités publiques du Bénin. L’information est relayée par le journal en ligne Visage du Bénin.  Selon le  compte – rendu du web journal, l’autorité a exposé durant  l’émission les différentes réformes en cours dans son département ministériel. Desdites réformes, on retient  la réorientation de la bourse d’excellence.

Outre cela,  « l’ancien décret  qui autorise l’étudiant non boursier à l’obtenir  quand il passe en 2ème année  avec 11,51 de moyenne n’est plus en vigueur »,  alerte La Nouvelle Tribune.   Il faut réunir 14 de moyenne avant d’être boursier.  Des réformes que prendront impérativement en compte les nouveaux Recteurs  qui, les jours à venir  seront déclarés définitivement élus à la tête des universités publiques du Bénin.

En effet, les élections pour renouveler  les équipes  rectorales ont  eu  lieu  le 30 octobre passé. A en croire Educ’Action, on tend vers un deuxième tour à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC). Et ce, précise le Matin, entre les Professeurs Maxime da Cruz et Delphin Mèhinto, fait savoir L’Evénement Précis.  Ils livreront un duel  épique, prévient Bénin Web Tv qui souligne que le deuxième tour  se déroulera le 08 novembre. A l’université de Parakou, point de second tour. La liste conduite par le Recteur sortant Prosper Gandaho est réélue pour un deuxième mandat, nous informent,  L’Evénement Précis, Le Matinal et Le Matin.

Du Bénin allons au Burkina Faso où  le torchon brûle entre les étudiants et les responsables des universités. Burkina 24 nous rapporte une déclaration de l’ensemble des organisations estudiantines d’Ouagadougou, laquelle expose les conditions précaires voire inhumaines dans lesquelles étudient les apprenants des campus publics. «  Burkina Faso : Les étudiants  dénoncent la clochardisation dont ils sont victimes », écrit le web journal. Ils sont assujettis à des « années académiques sans tête ni queue », développe Educ’Action qui a publié sur son site web l’intégralité de ladite déclaration.

En France,  l’heure n’est  pas à l’indignation chez les étudiants. Mais plutôt  à la reconnaissance. Le Parisien fait le récit des mesures prises par le gouvernement pour réformer l’accès à l’université.  Selon le journal,  le Premier Ministre Edouard Philippe  et la Ministre  de l’Enseignement Supérieur  Frédérique Vidal ont exposé  en début de semaine les différentes réformes qu’ils ont entamées. 

Ces réformes, détaille Le Parisien,  amélioreront les graves dysfonctionnements constatés dans les universités  et assainiront  le milieu estudiantin en proie à un système «  sélectif, brutal et profondément inégalitaire ».

Fin de cette revue de presse, je vous retrouve mercredi prochain.

Esckil AGBO