banner ong educaction

Perturbation de l’année scolaire : Les vieux démons sont de retour au Burkina Faso

Le Burkina Faso ne connaîtra, peut- être pas,  une année scolaire 2018- 2019 apaisée. Les enseignants sont de nouveau en colère contre le gouvernement.

 

Le  pays des hommes intègres a connu, le lundi 1er octobre dernier, une rentrée scolaire sur fond de grogne,  nous apprend l’Agence de presse africaine.

 La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) projette des marche et meetings sur l’ensemble du territoire national dans les prochains jours, alerte le site web. Elle l’a fait savoir au cours d’une  conférence de presse qu’elle a organisée le jour même de la rentrée scolaire, souligne le faso.net.

De  l’entretien des syndicalistes avec les journalistes, on retient  que  la CNSE organisera  des marches et meetings   dans tout le pays le 05 octobre prochain. Ce serait sa manière  de célébrer cette année la    journée mondiale de l’enseignant, à en croire  l’Agence de presse africaine qui  souligne que ces syndicalistes sont fâchés parce que jusquer – là, le gouvernement peine à mettre en application leur protocole d’accord du 27 janvier 2018, signé au cours de l’année scolaire 2017- 2018, après des mois de grève dans le secteur.   Pour ces enseignants remontés contre l’équipe du Président Rock Kaboré,: «le droit à l’éducation, c’est aussi le droit à un personnel enseignant qualifié», nous rapporte le faso.net.

Mais la colère de la CNSE n’a pas empêché au Ministre   de l’enseignement supérieur Amkassoum Maïga  et à son collègue de l’éducation nationale, Professeur Stanislas Ouaro de constater de visu l’effectivité de la rentrée  scolaire et universitaire le lundi  passé,   fait observer  le quotidien Sidwaya. Les deux autorités   étaient  à Fada N’Gourma   pour lancer officiellement la rentrée scolaire et universitaire 2018-2019, selon ce journal.

Pendant ce temps, les vendeurs de fournitures scolaires  passaient  une journée chaude,   indique, pour sa part le journal  L’Observateur Paalga.  Ce quotidien nous informe qu’il y a eu     ce même lundi   une opération spéciale de contrôle des prix  et de la qualité des fournitures scolaires.  Ladite opération,  précise –t- il,  est à l’actif  du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’Artisanat qui n’a pas du tout plaisanté   sur le respect des prix des articles scolaires.

Quittons le Burkina Faso pour nous rendre au Bénin où des enseignants ont été démis de leur fonction pour alcoolisme.  L’information nous est parvenue grâce au web journal La Nouvelle Tribune Info.   Ils sont au total huit et viennent  tous du département de l’Atacora dans le nord du Bénin, déchiffre le site web banouto.com.

« Ce sont des enseignants qu’on ne peut plus mettre devant les élèves, parce qu’à les voir debout, ça fait honte et l’enseignant est un modèle », a confié Denga Sahgui, le directeur départemental de l’enseignement secondaire   à nos confrères de l’Agence Bénin Presse (ABP). Le processus de suspension de leur salaire est déjà  lancé, car justifie M. Sahgui au micro de l’ABP : « ce n’est pas quelque chose qu’on fait du jour au lendemain, il y a des étapes et je pense que ce sera chose faite ».   

 Ces enseignants renvoyés du système éducatif ne pourront  pas postuler pour  être membres du prochain  Conseil National de l’Education (CNE). Les appels à candidature pour le recrutement des  Conseillers   sont lancés,  écrit Educ’Action. La procédure de mise en place  est ainsi déclenchée et plusieurs  poste sont à pourvoir à en croire   le journal, spécialisé en éducation. Sur son site web et dans sa parution du mardi 02 octobre 2018, vous pouvez lire les  conditions pour  se présenter comme candidat.

Fin de cette revue de presse, je vous retrouve le mercredi prochain pour un nouveau un numéro.

Esckil AGBO