banner ong educaction

Risques de contraction des allergies liées à l’usage de la craie | Urgence de passer du tableau noir au blanc

Les tableaux noirs qui impliquent l’utilisation de la craie sont toujours d’actualité dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire au Bénin, au moment où sous d’autres cieux place est faite depuis quelques années à l’usage des tableaux blancs.

Pour mesurer la gravité de l’usage de la craie sur la santé humaine, le journal Educ’Action a rencontré certains acteurs de l’école et des médecins spécialistes qui se sont prononcés sur le sujet.

Dans la manipulation de la craie sur les tableaux noirs, des enseignants sont souvent appelés à inhaler, contre leur gré, la poussière occasionnée par cette dernière. Aujourd’hui directrice de l’Ecole Primaire Publique Hindé 1, Marianne Adéoti se souvient qu’à l’époque où elle était encore sur les bancs du primaire, son maître prenait de temps à autre une boîte de lait pour atténuer l’effet de la poussière de la craie sur son organisme. A en croire la directrice, l’enseignant étant toujours en contact avec la poussière de la craie, il est livré à des maladies cardio-vasculaires. Son collègue en charge de la direction du Groupe Scolaire ‘‘La Source’’, situé derrière le cours primaire du Complexe Scolaire Protestant de Cotonou précise que plusieurs qualités de craie existent sur le marché et en tombant sur la mauvaise qualité, l’on est exposé à des maladies. « Tomber malade à cause de la poussière de la craie est possible compte tenu de la qualité de production de cette dernière. La craie peut être source de maux, raison pour laquelle il faut faire attention à la qualité à choisir, car certaines craies contiennent des substances toxiques », avertit le quinquagénaire, André Attolou.


Les dangers de l’usage de la craie sur la santé…

« La craie est un outil d’enseignement, mais quand l’on s’expose à sa poussière, l’on risque de contracter une allergie respiratoire tout comme les moisissures, les acariens et la pollution atmosphérique qui sont tous des facteurs de risques des allergies respiratoires », fait savoir d’un air convaincant Alain Patrick Noumi, médecin spécialiste en Oto Rhino Laryngologie – Chirurgie Cervico Faciale (ORL-CCF). Les enseignants qui utilisent donc la craie s’exposent à des risques liés aux allergènes responsables des allergies respiratoires. Le médecin explique « On peut avoir plusieurs types d’allergies : la dermique atypique, les maux d’yeux dont les conjonctivites et les voies aériennes respiratoires qui sont subdivisées en deux, d’où les voies aériennes respiratoires supérieures qui concernent l’ORL et les voies respiratoires inferieures qui concernent le pneumologue ». Parlant de l’Oto Rhino Laryngologie, l’agent de santé renseigne que les voies respiratoires sont essentiellement dominées par des rhinites allergiques que sont des maladies inflammatoires chroniques de la muqueuse nasale, et même sinusienne. Quant à l’allergie, l’Oto Rhino Laryngologiste témoigne qu’elle est une maladie atavique qui se contracte facilement par un enseignant ou un apprenant qui est en contact permanent avec la craie. Aussi, a-t-il affirmé, que près de 70% de la population mondiale est allergique, mais ne développe pas les manifestations allergiques. Par ailleurs, l’homme scientifique fait allusion à une statistique de la France sur le mal pour soutenir son affirmation. « La prévalence de l’asthme en France par exemple, une allergie respiratoire pulmonaire, environ 6,7% de la population française en souffre. Pour qu’il y ait manifestation de l’allergie, c’est-à-dire pour que l’enseignant soit vraiment atteint par la poussière, il faut qu’il soit allergique », a laissé entendre Alain Patrick Noumi pour montrer que l’allergie n’épargne aucun continent.

Urgence de passer du tableau noir en blanc comme proposition émerge…

« Concernant la substitution du tableau noir, cela est normal. Actuellement, c’est ce qui se fait sur tout le territoire français. C’est parce qu’ils ont constaté que la majorité des enfants en étaient victimes, et par conséquent trop absentéistes aux cours. Des études ont montré chez eux, que la poussière de la craie était vraiment un facteur de risque pour les enfants », a fait savoir Alain Patrick Noumi avant d’ajouter que l’allergie ne se traite pas mais se contrôle. Proposition relativement soutenue par André Attolou qui précise : « La substitution sera une aubaine. Sur le plan écologique, c’est ce qui est conseillé d’ailleurs mais au plan économique, je ne saurais quoi dire car, cela sera source de fuite de devises ». Il urge donc que le Bénin aille à l’école de la France qui a déjà procédé à la substitution des tableaux noirs au profit des tableaux blancs. La santé des enseignants et pourquoi pas des apprenants en dépend.

Elvis PATTEY

Developed in conjunction with Joomla extensions.

Vidéos

Developed in conjunction with Joomla extensions.